mardi, mai 24, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMaryam Radjavi appelle à des mesures urgentes pour sauver les prisonniers en...

Maryam Radjavi appelle à des mesures urgentes pour sauver les prisonniers en Iran

 La Présidente élue de la Résistance appelle la communauté internationale à prendre des mesures urgentes contre les «aveux» télévisés, la torture et l'exécution des détenus en Iran

CNRI – Dans des lettres adressées au Secrétaire général des Nations unies, au Conseil de sécurité, au Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et à des organisations internationales des droits de l'homme, Mme Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne a prévenu que les personnes arrêtées pendant le soulèvement populaire en Iran sont confrontées à la torture, aux  exécutions et sont forcées de faire des aveux télévisés. Elle a appelé au renvoi du bilan criminel du régime devant le Conseil de sécurité et à des mesures contraignantes pour empêcher la torture et l'exécution des prisonniers politiques. Elle a réaffirmé la nécessité d'envoyer une mission internationale en Iran pour enquêter sur les crimes du régime des mollahs.

Evoquant les propos du mollah Ahmad Jannati, le chef du Conseil des gardiens, dans son sermon du vendredi, disant que dans les jours à venir d'autres confessions de détenus seraient diffusées, Mme Radjavi a déclaré que le régime torture physiquement et psychologiquement les personnes arrêtées pour les forcer à comparaître à la télévision d'État et à corroborer ses allégations ridicules comme quoi le soulèvement du peuple est alimenté et guidé de l'étranger.

Une fois de plus, elle a dit que dès le début du soulèvement, des gardiens de la révolution, des miliciens du Bassidj, des agents des forces de sécurité de l'État, du ministère du Renseignement et d’autres en civil ont attaqué la population avec des armes, du gaz lacrymogène et du gaz au poivre, faisant plus de 200 morts et des milliers de blessés et d’arrestations. Les détenus connaissent des conditions effroyables et sont soumis à des tortures brutales. Au moins un détenu, Kianouch Assa, un étudiant de la faculté des sciences et de l’industrie de l'Université de Téhéran, arrêté le 15 juin, est mort sous la torture. Elle a ajouté que par les rafles, la torture et les exécutions tout en brisant leur détermination et en propageant la peur, les mollahs tentent en vain de sauver leur régime de la colère populaire.

Le mollah Ahmad Khatami, membre de l'Assemblée des Experts, a déclaré le 26 juin que les personnes arrêtées étaient en « guerre contre Dieu ». Il avait appelé le judiciaire à les exécuter. Le mollah Mahmoud Hachemi Chahroudi, chef du judiciaire, a créé le 30 juin un groupe tripartite, composé du procureur général le mollah Ghorbanali Dorri-Najafabadi, du directeur de l’Organisation de l’inspection générale Mostafa Pour-Mohammadi, et du Premier vice-chef judiciaire Ebrahim Ra’issi, pour traiter les dossiers des prisonniers du soulèvement national. Pour-Mohammadi et Ra’issi ont tous deux été membres du «Comité de la mort», fondé par Khomeiny en 1988, qui en l'espace de quelques semaines, avait ordonné l'exécution de 30.000 prisonniers politiques.

Pour-Mohammadi, qui a été ministre de l'Intérieur de Mahmoud Ahmadinejad, était à l'époque du massacre un vice-ministre du Renseignement. Il a joué le premier rôle dans la mise en œuvre de la fatwa de Khomeiny pour le massacre des prisonniers politiques.

Dorri-Najafabadi porte la responsabilité des meurtres en série d'opposants politiques à la fin des années 1990 quand il était ministre du Renseignement.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 4 juillet 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe