mardi, janvier 25, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeInformations sur les activités du Renseignement iranien et l'agent terroriste arrêté au...

Informations sur les activités du Renseignement iranien et l’agent terroriste arrêté au Danemark

Photo: L’agent Mohammad Davoudzadeh Lului aux côtés Mohammad Hassan Habibollahzadeh, ambassadeur du régime des mollahs en Norvège, lors d’une cérémonie à l’ambassade en mars 2018.

Mohammad Davoudzadeh Lului, 39 ans, travail pour le ministère iranien du Renseignement (VEVAK) depuis 10 ans. Il a été arrêté le 21 octobre 2018 à l’aéroport de Göteborg en Suède à la demande du gouvernement danois à son retour d’Iran. Il était poursuivi pour avoir participé à un complot terroriste contre des citoyens arabes iraniens au Danemark. Ses communications actives avec l’ambassadeur et l’ambassade d’Iran en Norvège confirment que les ambassades du régime théocratique et ses diplomates se livrent activement au terrorisme et à l’espionnage en utilisant les moyens diplomatiques.

De nombreux agents de la Force terroriste Qods et du sinistre Vevak commettent leurs crimes dans divers pays du monde sous couvert diplomatique et alimentent le réseau des agents du régime. Ces derniers mois, outre Assadollah Asadi (diplomate du régime en Autriche) emprisonné en Belgique, deux diplomates basé au Pays Bas et un diplomate terroriste basé en France ont été expulsés de ces pays.

1- Davoudzadeh, né à Ahwaz et résident d’Ispahan, a été envoyé en Norvège en 2008 sous couvert de réfugié pour acquérir la citoyenneté norvégienne, ce qui lui a permis de disposer de moyens nécessaires pour s’acquitter des tâches assignées par le VEVAK. Malgré son statut de réfugié, il a voyagé à plusieurs reprises en Iran. Cet acte est considéré comme une trahison pour tous les réfugiés politiques et, conformément à la Convention de Genève et aux lois norvégiennes, cela devrait invalider son statut de réfugié.

2- Davoudzadeh était en relation active avec l’ambassade du régime à Oslo et l’ambassadeur Mohammad Hassan Habibollahzadeh. Le 9 novembre, les médias norvégiens ont publié sa photo prise lors d’une cérémonie à l’ambassade à l’occasion du Nouvel An iranien (mars 2018), et on y voit cet agent au premier rang aux côtés du ministre norvégien des Pêches, Per Sandberg, d’une agente iranienne nommée Bahareh Heidari (Letnes), et de l’ambassadeur iranien.

Il convient de rappeler que le régime des mollahs avait tenté d’instrumentaliser le ministre norvégien en question par l’intermédiaire de la même femme, et s’était rendu à plusieurs reprises à l’ambassade du régime sans le consentement du gouvernement norvégien et s’était également rendu en Iran. Les négligences de Per Sandberg ont finalement conduit à sa démission du gouvernement et de son parti.

3. Davoudzadeh a été chargé d’approcher l’OMPI et le CNRI en Norvège l’année dernière. Afin d’obtenir un certain crédit, ledit agent s’est approché des sympathisants l’OMPI à Oslo lors d’un rassemblement et leur a demandé d’être mis en relation avec l’OMPI. Un membre de l’OMPI à Oslo l’a subséquemment rencontré dans un café et l’a interrogé. Mais en raison d’importantes contradictions dans son discours et dans son parcours, il est devenu évident qu’il n’était pas opposant au régime et qu’il était très probablement en mission et on a appris qu’il avait créé des sociétés écrans à cette fin.

4. D’autres enquêtes sont venu confirmer ces soupçons. Puis, en février 2018, la question a été porté à l’attention des autorités norvégiennes afin de prévenir de futurs activités d’espionnage et de terrorisme. Dans les mois qui ont suivi, cet agent a de nouveau contacté des partisans de l’OMPI pour essayer d’attirer leur attention, prétendant avoir des informations importantes et vouloir les fournir à l’OMPI, ce qui a été ignoré par le mouvement.

5. L’une des missions de Davoudzadeh à Oslo était la formation d’associations et de sociétés écrans pour espionner et préparer le terrain à des actes terroristes et pour contourner les sanctions. Par exemple, avec deux autres, Marjan Gharib (un parent de Davoudzadeh) et Parviz Khodabandeh Shahraki, il a créé une association appelée Association d’amitié irano-norvégienne, enregistrée sous le numéro 919663235. Afin de transférer à l’Iran des équipements et du matériel prohibé par l’intermédiaire de Davoudzadeh, les services de Renseignement des mollahs ont créé des sociétés écrans à Bam, ville dévastée par un tremblement de terre et ayant besoin d’assistance particulières pour sa reconstruction. À cette fin, Davoudzadeh a rencontré le directeur de la Eghtesad Nowin Bank à Téhéran et s’est concerté avec lui pour contourner les sanctions. En outre, en coordination avec l’ambassade du régime à Oslo, il a mis à la disposition de l’équipe de football de Bam les moyens lui permettant de se rendre en Norvège et a trav
aillé en étroite collaboration avec Imami, l’interprète de l’ambassade.

6. Les services de Renseignement du régime, surpris d’apprendre que cet agent avait été démasqué et arrêté au Danemark, ont obligé son frère (Mohammad Reza Davoudzadeh) à Ispahan à assurer que lui et les autres membres de sa famille gardent le silence sur l’arrestation de Mohammad Davoudzadeh, et informer immédiatement le VEVAK si quelqu’un pose des questions à cet égard.

7- Le quotidien officiel « Iran », le 3 novembre 2018, dans un article intitulé « La nécessité d’un suivi décisif de la question danoise », a écrit : « S’il y a un lien entre la personne arrêtée et des citoyens iraniens… cela n’a pas été, bien évidemment, au su des autorités du pays. En de telles circonstances une action déterminée est nécessaire pour éradiquer de telles actions incontrôlées. L’expérience passée dans l’affaire des meurtres en série a montré qu’il y a des forces qui agissent de leur propre chef et c’est le gouvernement et les responsables qui doivent en payer le prix… Dans tous ces cas, nous devons trouver la piste des activités des services du renseignement israélien en collaboration avec l’OMPI. »

Le 5 novembre 2108, Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères des mollahs, en réponse à un député du Majlis sur les annexes secrètes de l’accord nucléaire, a déclaré : « Nous ne sommes pas dans un pays où l’on puisse agir de son propre chef…. il est impossible de faire quelque chose dans ce pays sans être tenu de faire un rapport. ». Il a implicitement reconnu que tous les activités du régime, notamment ses activités terroristes, sont réalisés sous la direction et avec l’approbation des plus hautes autorités iraniennes.

Par ailleurs, le quotidien danois Jyllands-Posten, se fondant sur des documents obtenus au sein de l’ambassade des mollahs au Danemark, a écrit : « Ils ont obtenu de l’ambassade iranienne un livret qui contient les noms de certains exilés iraniens qui ont été qualifiés de terroristes (…) Deux anciens chefs de l’appareil du Renseignement pensent que ce livret est une sorte de liste des têtes à abattre. Les politiciens danois ont demandé une enquête sur le ‘’Liste de mort’’ du régime. »

8- Les activités du VEVAK en Norvège sont coordonnées et contrôlées par Mohammad Hassan Habibollah Zadeh, l’ambassadeur des mollahs dans ce pays. Les tâches qui lui sont assignées révèlent que le Vevak accorde une attention particulière à la Norvège en raison de la « présence officielle de l’OMPI et du CNRI » dans ce pays.

Considérant les complots terroristes avérés du VEVAK en Albanie, en Belgique, en France, aux États-Unis et au Danemark, ainsi que l’arrestation et l’expulsion de plusieurs diplomates terroristes, la Résistance iranienne souligne une fois de plus la nécessité et l’urgence d’ajouter le VEVAK aux listes américaines et européennes des entités terroristes, ainsi que l’arrestation ou l’expulsion des agents de la dictature religieuse du sol européen.

Conseil national de la Résistance iranienne – Commission pour la sécurité et la lutte antiterroriste
Le 11 novembre 2018

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe