jeudi, janvier 27, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeL'ex ministre du Renseignement en Iran : l'ONU est sur la même...

L’ex ministre du Renseignement en Iran : l’ONU est sur la même ligne que nous pour anéantir l’Ompi

Nécessité d’un rapport transparent sur les relations de la MANUI et de Kobler avec le régime iranien sur l’OMPI et la fin immédiate de ces communications

Moslehi : Achraf était la moitié d’une de nos mégapoles. Pour l’effacer nous avons conclu que les tribus irakiennes avaient perdu leurs terres pour son développement !

Le rôle des Moudjahidine est de créer l’unité entre les groupes d’opposition et la coalition régionale, et on peut voir leur empreinte en Afghanistan, en Irak, en Syrie et en Egypte

Le 28 août, Heydar Moslehi, le ministre du Renseignement sortant en Iran a déclaré sans cacher sa crainte du soutien populaire dont bénéficie l’Ompi : Notre objectif « est de neutraliser les mesures de propagande afin de nous débarrasser de l’Ompi. L’Arrogance veut réhabiliter les agissements de l’Ompi et c’est pourquoi elle l’a retirée de sa liste des organisations terroristes ». Il a ajouté que le rôle de l’OMPI est de « créer l’unité entre les groupes d’opposition » et « une alliance régionale contre l’Iran », et « on peut voir facilement leur empreinte en Afghanistan, en Irak, en Syrie et en Egypte ».

Ce parrain de la mafia des mollahs, qui est un confident de Khamenei, a admis que « Achraf était la moitié d’une de nos mégalopoles dotée de divers services urbains ».  La fermeture d’Achraf et l’histoire de l’expropriation des paysans de leurs terres sont des histoires entièrement fabriquées par le régime iranien. «Dans nos démarches pour fermer le camp d’Achraf, nous avons conclu que beaucoup de tribus irakiennes avaient également perdu leurs terres en raison du développement d’Achraf ! » La notion d’expropriation des paysans qui a été inventée en 2009 par les agents des mollahs a servi d’alibi au massacre d’avril 2011 des habitants par les forces irakiennes, faisant 37 morts et des centaines de blessés.

Moslehi a également souligné que le représentant de l’ONU a été complice du régime des mollahs dans l’élimination de l’OMPI. «Même maintenant, nous avons des querelles avec les Américains pour le règlement définitif de l’OMPI en Irak, tandis que l’ONU est sur la même ligne que nous pour éliminer le groupe », a-t-il dit.

Depuis fin 2011, quand Kobler a pris ses fonctions à Bagdad de Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, les Achrafiens et leurs représentants, ainsi que la Résistance iranienne et les partisans d’Achraf dans le monde, se sont plaints en de multiples occasions sur le fait qu’il a permis l’ingérence de la dictature religieuse dans le dossier d’Achraf et de Liberty. Ils ont appelé l’ONU à condamner cette attitude.

Faleh Fayyaz , conseiller à la sécurité de Maliki, à son retour d’ Iran, déclarait  le 24 avril 2012 à la chaine télévisée officielle al- Iraqiya que «M. Martin Kobler, via l’ambassade d’Iran ou d’autres canaux de communication, a eu des discussions avec la partie iranienne afin de fournir ce qui est  nécessaires à la mise en œuvre du protocole d’accord signé et discuté entre lui et l’Irak pour fermer le camp d’Achraf à la fin de l’année et mettre fin à la présence de cette organisation sur le sol irakien. »

Tahar Boumedra, le conseiller de la MANUI sur les questions d’Achraf, témoignait sous serment le 13 septembre 2013 dans une audition au Congrès américain : «Ici, je tiens à confirmer devant vous que la MANUI n’a aucune indépendance. Tout ce qui concerne Achraf est décidé dans le bureau du Premier ministre et parfois à l’ambassade d’Iran à Bagdad. »

Le Comité international pour l’application de la Justice (ISJ), qui représente 4000 parlementaires des deux côtés de l’Atlantique, avait annoncé le 9 mai 2012 après le voyage de Kobler à Téhéran :

« La visite de M. Kobler à Téhéran exactement le jour après le transfert du 5ème groupe d’habitants pose, plus que jamais, une série de questions et de préoccupations à tous les gens épris de liberté, d’autant plus que lors de sa visite en Europe en février, M. Kobler avait dit aux équipes européennes que l’ambassadeur iranien en Irak avait fait du transfert d’Achraf de l’OMPI la condition préalable à sa propre visite en Iran. » Et d’ajouter que l’ISJ condamne les déclarations du représentant du Secrétaire général de l’ONU sur le rôle constructif de l’Iran en Irak et déconseille des négociations sur Achraf et Liberty avec le régime totalitaire de l’Iran.

Le 7 octobre 2012, Danaïfar, l’ambassadeur des mollahs à Bagdad et un commandant de la Force terroriste Qods, disait sur al- Iraqiyah TV : « Aujourd’hui, j’ai rencontré Kobler pour parler en détails sur Achraf et faire part de nos attentes. »

Le 9 mai 2012, le secrétariat du CNRI a publié un communiqué disant : « Les agents du ministère du Renseignement des mollahs ont rencontré Martin Kobler à l’hôtel Laleh de Téhéran et lui ont demandé l’extradition d’un groupe d’Achrafiens vers le régime des mollahs.» Le communiqué ajoutait que Kobler avait rencontré des agents du Vevak sous couvert de familles d’habitants d’Achraf.

Aujourd’hui, il ne fait aucun doute que la fermeture d’Achraf, l’exode de ses habitants, leur transfert dans la prison de Liberty pour les exposer à des attaques à la roquette et au mortier, sont totalement le fait du régime iranien. Cet acte criminel viole clairement de nombreuses conventions internationales.

Par conséquent, pour faire cesser ce processus qui conduira certainement à d’autres massacres, la Résistance iranienne exhorte les Nations Unies à fournir un rapport transparent sur toutes les discussions et les communications entre Kobler et d’autres responsables de la MANUI avec le régime inhumain de l’Iran sur le sort des habitants d’Achraf et de Liberty, et d’interdire sur le champ ces communications. C’est une nécessité pour assurer la protection de ces personnes protégées sous la Quatrième Convention de Genève, qui sont selon le HCR, des réfugiés, des demandeurs d’asile et des personnes relevant de sa compétence.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 30 août 2013

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe