lundi, janvier 17, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Terrorisme & intégrismeLutte de pouvoir entre factions criminelles et indifférence des Iraniens pour la...

Lutte de pouvoir entre factions criminelles et indifférence des Iraniens pour la mascarade électorale en Iran

Lutte de pouvoir entre factions criminelles et indifférence des Iraniens pour la mascarade électorale en Iran

La parodie électorale en Iran – Communiqué n° 1

Selon des rapports reçus d’Iran, très peu d’électeurs se sont rendus dans les bureaux de votes à Téhéran et en province. Malgré les demandes insistantes et les appels répétés des dirigeants du régime des mollahs, les Iraniens sont restés largement indifférents pour les élections de l’« Assemblée des Experts » et du parlement des mollahs. Cette parodie électorale n’est qu’une mise en scène de la lutte pour le pouvoir que se livrent les différentes factions du régime.

Tous les candidats en lice sont des individus qui pendant les trois dernières décennies ont joué un rôle actif dans les crimes de la dictature religieuse au pouvoir en Iran. À titre d’exemple, parmi les candidats présentés par la faction de Rafsandjani-Rohani, il y a trois anciens ministres des renseignements – Mohammad Mohammadi-Reychahri, Ghorban-Ali Dori-Nadjafabadi, Mahmoud Alavi – ainsi qu’Ali Razini, un juge brutal et criminel. Ces individus ont joué un rôle clé dans les exécutions de plusieurs dizaines de milliers de dissidents politiques en Iran et dans l’exportation du terrorisme vers les autres pays.

Dans la liste des candidats de la faction rivale, il y a notamment : Mohammad Yazdi, Mahmoud Chauroudi et Sadegh Laridjani, l’actuel et deux précédents chefs de l’appareil judiciaire des mollahs qui est la machine d’exécutions et de tueries de ce régime ; Ahmad Jannati, le chef du « Conseil des Gardiens » ; et Mohammad-Taghi Mesbah-Yazdi, le chef de file de la bande la plus fascisante du régime des mollahs.

Tous les candidats de ces deux factions rivales sont impliqués au même niveau dans des crimes contre l’humanité et doivent être traduits en Justice.

Maryam Radjavi, présidente-élue de la Résistance iranienne, a déclaré à propos de ce spectacle électoral : « ce spectacle n’a aucune légitimité. quelle que soit l’issue de la farce électorale pour le renouvellement du Majlis et de l’Assemblée des Experts en Iran, qui n’ont pas la moindre légitimité aux yeux du peuple iranien, le régime en sortira affaibli, ses crises internes exacerbées et le ressentiment de la population à l’égard des factions corrompues et criminelles des mollahs amplifié. Il n’y aura pas de gagnant au sein du régime parce qu’il en sortira globalement perdant. Ce semblant de scrutin ne fera qu’ajouter à la colère du peuple iranien et attiser les querelles intestines des factions au pouvoir. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 26 février 2016

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe