Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Soleimani, le commandant des Pasdaran iraniens, gravement blessé en Syrie

Soleimani, le commandant de la Force Qods, gravement blessé en Syrie et de nombreux généraux de brigade des pasdarans tués

CNRI - Selon les rapports provenant de l'intérieur du Corps des Gardiens de la Révolution (Pasdaran), le général Qasem Soleimani, commandant en chef de la Force terroriste Qods des Pasdaran, a été grièvement blessé à la tête par des éclats d'obus, au sud d'Alep, il y a deux semaines. Le véhicule de Qasem Soleimani, qui se trouvait sur les lieux pour superviser une opération des gardiens de la révolution et des forces paramilitaires à sa solde, a été ciblé par l'Armée syrienne libre, blessant Soleimani.

En raison de la gravité de ses blessures, le général Soleimani a été immédiatement transféré par un hélicoptère des Pasdaran à Damas et après avoir reçu un traitement préliminaire fut transféré à Téhéran. Il a été hospitalisé à l'Hôpital Baqiyatollah des Gardiens de la Révolution qui est situé à l’avenue Mollasadra à Téhéran. A ce jour il a subit au moins deux importantes interventions chirurgicales.

Il est dans l'unité de soins intensifs (Section C7) de cet hôpital au septième étage. Son état est jugé très grave et est interdit de visites. Une équipe de médecins dirigée par Dr Gholamreza Farzanegan, un spécialiste neurologue et du cerveau, supervise son état de santé. Dr Alireza Jalali, directeur de l'hôpital Baqiyatollah suit personnellement la situation médicale de Soleimani.

La section de contre-espionnage des Gardiens de la révolution a imposé des restrictions sévères pour empêcher toute fuite d'informations sur la présence et l’état de santé de Soleimani et a ordonné à tous les membres du personnel hospitalier à s’abstenir de répondre à toute question à cet égard. Le régime iranien est inquiet que la nouvelle sur les blessures de Soleimani provoque un effondrement complet de la morale des troupes des Pasdarans et de ses milices en Syrie. Déjà, les gardiens de la révolution sont très effrayés et anxieux en raison du nombre élevé de morts et de blessés subies durant les deux derniers mois en Syrie.

Alors que l’insurrection du peuple syrien entre bientôt dans sa sixième année, le Guide suprême du régime iranien Ali Khamenei et les Pasdaran sont confrontés à des défaites consécutives malgré le déploiement de toutes leurs ressources militaires, économiques et politiques dans la guerre contre le peuple syrien et son insurrection. Des cadavres des gardiens de la révolution sont acheminés quotidiennement dans différentes villes iraniennes, alors que d’autres corps restent abandonnés dans des zones libérées de la Syrie.

Ces défaites consécutives à la hausse depuis l'hiver 2014, a contraint le régime iranien a demander l'aide de la Russie pour éviter un effondrement rapide du régime de Bachar Assad. Le régime iranien maintenait en vain cet espoir que grâce à l'emploi de la puissance de frappes aériennes de la Russie, l'aide de ses gardiens de la révolution et des milices mbauchées comme le Hezbollah, les mercenaires irakiens, afghans ou pakistanais, et le reste de l'armée d'Assad, il serait en mesure d'écraser la révolution syrienne.

Cependant, après les bombardements les plus intenses et le massacre de milliers de civils, ces deux derniers mois, le régime iranien n'a rien obtenu d’autres que davantage de cadavres de gardiens de la révolution, y compris de nombreux de généraux de brigade des pasdaran.

Conseil national de la Résistance iranienne
La commission de la Sécurité et de la lutte anti- terroriste
Le 28 novembre 2015

Multimedia

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés