Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Rohani, ses ministres et le Parlement des mollahs mettent en avant la répression, l’exportation du terrorisme et l’ingérence agressive

Rohani, ses ministres et le Parlement des mollahs mettent en avant la répression, l’exportation du terrorisme et l’ingérence agressive

Le cabinet de Rohani au Parlement
Rohani, ses ministres et le Parlement des mollahs mettent en avant la répression, l’exportation du terrorisme et l’ingérence agressive

Lors de l’audience de confirmation de Mahmoud Alavi, ministre du Renseignement du cabinet de Rohani, les responsables du régime ont reconnu le rôle du Renseignement dans l’exportation du terrorisme et dans l’ingérence belliciste en Syrie et en Irak.

Alaeddin Boroujerdi, président de la Commission de la sécurité nationale et la politique étrangère du parlement théocratique, a reconnu l'ingérence criminelle du régime des mollahs dans la région et a déclaré que ce qui est arrivé en Syrie, en Irak, au Liban et dans toute la région « indique que seule la République islamique d'Iran peut défier toutes les grandes puissances mondiales ».

Aziz Akbarian, un député de la faction Khamenei, a déclaré : « En tant qu’élément des Gardiens de la révolution (pasdaran) depuis 27 ans, je dis que nous devons vaincre nos ennemis étrangers, ce que le ministère du Renseignement a réussi à faire avec la coopération des pasdaran. »

Ali Mottaharri, le vice-président du Parlement, au sujet de l'expansion du service de Renseignement des pasdaran et de l’absence de contrôle sur ses opérations, a déclaré : « La sphère de travail du service de Renseignement des pasdaran s’est étendue et a atteint les médias, les journalistes, ou les universités, les étudiants et les publications d’étudiants... et a fourni des excuses de droits de l’homme aux ennemies. » Il a décrit la protestation contre les violations des droits de homme en Iran comme « un problème politique et sécuritaire dans le pays », qui a causé des dommages au régime au cours des dernières années (télévision du régime, 16 août 2017).

Le bourreau Alavi avec une complaisance écœurante à Khamenei, a déclaré : « Nous suivons l’autorité qui nous est confiée par le Guide Suprême (Velayat-e-Faqih), nous respectons cela, nous nous engageons à cela, et pour la réduction de nos pouvoirs dans cette voie, nous n’avons aucune réaction. Si le Guide Suprême donne toute l'autorité du ministère du Renseignement à d’autres institutions, nous accepterons cela et nous nous y conformerons respectueusement. Nous respectons les institutions qui jouissent de telles prérogatives... L'interaction d'aujourd'hui entre le ministère du Renseignement et les agences de Renseignement, notamment les pasdaran, est bonne. »

Lors de la présentation des ministres, Rohani a fait l’éloge du sbire Avaei, son nouveau ministre de la Justice et l'ancien ministre de la Justice, tous deux membres des « Commissions de la mort » lors du massacre de 30.000 prisonniers politiques en 1988, et les a décrits comme des modérés et des défenseurs droits de l’homme. Rohani a déclaré au sujet de Pourmohammadi : « Nous avons eu une amitié avant le gouvernement, et partout où il était présent, il était un serviteur. Au sein du ministère de la Justice, il s’est acquitté de ses fonctions. Il a joué son rôle dans les domaines des droits de l’homme, des droits des citoyens et de la lutte contre la corruption dans ce gouvernement... » Au sujet du bourreau Avaei, il a déclaré : « Il est modéré. Chaque fois qu’Avaei disait quelque chose, c’était rassurant pour nous, parce que nous croyions en la sincérité de sa modération. » (télévision du régime - 13 août 2017)

Après les dénonciations faites à l’échelle nationale et internationale au sujet de Pourmohammadi comme un des bourreaux les plus cruels du massacre de 1988, Rohani l’a inévitablement remplacé par Alireza Avaei, membre de la « Commission de la mort » dans la province du Khouzistan (Communiqué du CNRI - 8 août 2017)

Selon des témoins, sur l'ordre d’Avaei, de jeunes prisonniers de moins de 18 ans étaient exécutés par groupes de deux ou trois dans l’arrière-cour déserte de la prison de Younesco dans la ville de Dezful. Ce sbire a été inscrit sur la liste des sanctions de l’UE en octobre 2011.


Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 17 août 2017

Multimedia

Contactez-nous

© 2020 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés