Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Iran: la farce électorale présidentielle

ImageLa disqualification de 1000 candidats à la farce électorale présidentielle démontre l’illégitimité du régime des mollahs et son manque d’avenir

Le Conseil des Gardiens des mollahs a disqualifié plus de 1000 candidats à la farce électorale présidentielle à venir, n’approuvant que six d’entre eux.


Tous les disqualifiés avaient affirmé leur loyauté au système du Velayat-e-Faghih (la suprématie du religieux) et beaucoup figuraient au nombre des ténors de ce régime durant les vingt-cinq dernières années.

Les candidats approuvés par le Conseil des Gardiens font partie des pires criminels de l’histoire contemporaine de l’Iran et ont commis des crimes contre l’humanité.

Le favori, Akbar Hachemi Rafsandjani, a joué un rôle clé dans les atrocités perpétrées par le régime des mollahs, comme l’exécution de 120.000 prisonniers politiques, l’assassinat d’opposants à l’étranger et les meurtres en séries dans les années 1990 en Iran. L’ancien président du Majlis Mehdi Karoubi étaient un confident de Khomeiny et a ouvertement approuvé la fatwa de Khomeiny pour massacrer plus de 30.000 prisonniers politiques en 1988.

Les quatre autres candidats, l’ex-commandant en chef des pasdarans, le général Mohsen Rezaï, l’ancien chef de la radiotélévision d’Etat le général Ali Laridjani, l’ancien commandant des forces de sécurité de l’Etat le général Mohammad Bagher Ghalibaf et le maire de Téhéran le général Mahmoud Ahmadinejad, ont un long passé de meurtre et de répression de la population iranienne.

Tout en répétant que les élections en Iran étaient seulement un moyen de renforcer le régime fasciste religieux, la présidente de la République élue de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi a dit que « la farce électorale n’est ni libre, ni équitable, ni légitime ». « La nation iranienne rejette et boycotte la mascarade électorale du régime du Velayat-e-Faghih », a-t-elle ajouté, appelant la communauté internationale et tous les gouvernements du monde à déclarer l’élection présidentielle illégitime et nulle et à se tenir du côté des demandes du peuple iranien pour la démocratie et la liberté.

Soulignant le passé des candidats, Mme Radjavi a déclaré que « ceux qui voudraient faire passer Rafsandjani pour pragmatique, ou dire que les commandants des pasdaran sont des modérés pour justifier la politique de complaisance, ne se contentent pas d’apaiser ce régime. Ils trempent les mains dans le sang de la nation iranienne. Plus personne ne peut trouver de justification à la poursuite de la politique de complaisance ou jouer au jeu des réformes au sein de ce régime. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 23 mai 2005
© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés