mercredi, juin 29, 2022
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxA Washington, des experts appellent à une politique ferme envers le régime...

A Washington, des experts appellent à une politique ferme envers le régime iranien

A Washington, des experts appellent à une politique ferme envers le régime iranien

A l’occasion du Norouz et du nouvel an persan, le bureau de représentation du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Washington a organisé une conférence où d’anciens responsables américains et des experts en sécurité nationale et en affaires étrangères, y compris des chercheurs de think tanks, ont insisté pour que les Gardiens de la révolution du régime iranien restent sur la liste des organisations terroristes du Département d’Etat. Ils souligné la nécessité d’intensifier les sanctions contre Téhéran et le soutient à la lutte des Iraniens pour la liberté et la démocratie dans leur pays.

Dans son discours d’ouverture, Mme Soona Samsami, représentante du CNRI aux Etats-Unis, a souligné le fait que le Guide Suprême des mollahs, Ali Khamenei, qui a installé Ebrahim Raïssi, un meurtrier de masse, comme président pour consolider son régime et empêcher l’éruption de nouveaux soulèvements, a finalement échoué.

« L’année dernière, l’Iran a été le théâtre de grands soulèvements anti-régime tous les quatre mois de la part d’agriculteurs, d’ouvriers, d’enseignants, d’infirmières, d’investisseurs escroqués, de métallurgistes et de porteurs de carburant », a déclaré Mme Samsami, ajoutant : « Au lieu de réfléchir aux désignations terroristes qui devraient être retirées des machines de terreur du régime iranien, les États-Unis et les nations occidentales devraient chercher des moyens de tenir le régime responsable de la répression, du génocide et du terrorisme en cours depuis des décennies. Les dirigeants du régime doivent faire face à la justice pour quatre décennies de crimes contre l’humanité et de génocide. Au contraire, la communauté internationale devrait reconnaître la lutte du peuple iranien pour renverser le régime théocratique et établir une République d’Iran démocratique, laïque et non nucléaire. Rien ne peut s’opposer à la victoire du peuple iranien, qui a fait preuve d’un courage, d’une résilience et d’une détermination incroyables face à l’adversité. »

Le secrétaire d’État adjoint aux affaires politico-militaires de l’administration Bush, l’ambassadeur Lincoln Bloomfield Jr, a déclaré : « L’Iran continue de violer les normes internationales. La crise en Ukraine nous rappelle que les normes internationales sont ce par quoi nous devons vivre dans un monde pacifique. Donc, quand tout cela sera terminé, notez bien mes mots, il sera temps d’avoir une conversation majeure sur le retour des pays démocratiques, du monde autonome et de groupes comme le CNRI, pour soutenir le plan en 10 points de Madame Radjavi, qui est parfaitement conforme à toutes nos valeurs. »

« Depuis 2018, il y a eu 8 soulèvements majeurs en Iran impliquant 200 villes et des centaines de milliers de personnes », a déclaré l’ambassadeur Mitchell Reiss, ancien directeur de la planification politique du département d’État américain, ajoutant : « Les protestations se sont poursuivies en 2022. Les Unités de Résistance, organisées par la principale opposition iranienne, l’OMPI, et composées de tous les secteurs de la société iranienne, ont mené les protestations et ciblé les symboles de la répression dans tout l’Iran. »

Citant la résistance héroïque de l’armée ukrainienne et de son peuple, l’ambassadeur Reiss a ajouté : « Les combattants de la liberté à Achraf 3, symbole de la résistance pour le peuple iranien, sont dans la même situation depuis des décennies. Que ce soit en Ukraine ou en Iran, la cause est la même – le combat est pour la liberté, la démocratie et l’égalité. En Ukraine comme en Iran, ces hommes et ces femmes courageux montrent au monde que ces principes valent la peine de se battre et même de mourir pour eux. »

Le sénateur Robert Torricelli, ancien sénateur américain du New Jersey, s’est également exprimé lors de la conférence : « Alors que nous voyons maintenant la communauté internationale, presque au pas de course, imposer des sanctions aux Russes pour la destruction qu’ils ont infligée au peuple ukrainien, nous nous demandons ce qu’il en est de l’Iran. Pourquoi est-ce différent ? Et le peuple iranien mérite-t-il franchement moins que les autres, simplement parce qu’il ne se trouve pas au cœur de l’Europe ? N’avons-nous pas tous les mêmes normes et les mêmes droits ? Et alors que l’administration négocie avec Téhéran, les mollahs insistant pour que les Gardiens de la révolution soient retirés de la liste des terroristes, nous répondons un non catégorique. Qu’est-ce qui a changé ? En quoi les Gardiens de la révolution sont-ils moins terroristes aujourd’hui qu’ils ne l’étaient hier ou qu’ils ne l’étaient lorsqu’ils tuaient des soldats américains en Irak ? »

« Ceux d’entre nous qui peuvent se soucier de l’Iran, mais ne sont pas iraniens ne sont pas moins déterminés à ce que le peuple iranien soit libre et que ce cauchemar prenne fin« , a conclu le sénateur Torricelli dans son discours percutant.

Discutant des avancées nucléaires du régime des mollahs et citant des preuves documentées que Téhéran travaille sans relâche sur son programme nucléaire depuis 1979, l’honorable Michael Mukasey, ancien procureur général des États-Unis, a ajouté : « Je vous soumets que retirer les pasdaran de la liste des organisations terroristes étrangères serait en fait encore pire que de ne pas avoir placé l’organisation sur la liste en premier lieu. Cela reviendrait en effet pour les États-Unis à dire que le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran), qui est l’une des deux entités responsables du statut de l’Iran en tant qu’État soutenant le terrorisme, n’est pas lui-même une organisation terroriste. »

L’ambassadeur Robert G. Joseph, ancien sous-secrétaire d’État à la maîtrise des armements et à la sécurité internationale, a également déclaré lors de la conférence : « Téhéran ne renoncera jamais, ne renoncera jamais à son programme d’armes nucléaires. C’est un régime faible. C’est un régime désespéré en guerre contre son peuple. Il tire la leçon de Kadhafi et de la Libye, et probablement maintenant de l’Ukraine, qu’il doit disposer d’une capacité d’armement nucléaire comme garantie pour dissuader toute intervention extérieure dans le conflit civil qui ne manquera pas de se produire lorsque le peuple iranien se soulèvera pour réclamer liberté et dignité. C’est ce fait fondamental qui devrait guider la politique américaine, en apportant espoir et assistance à l’opposition iranienne, et non une bouée de sauvetage aux mollahs. »

« Nous avons les Russes qui négocient pour que les Etats-Unis renouvelle le JCPOA », a déclaré le Dr Steven Bucci, chercheur invité à The Heritage Foundation et ancien secrétaire adjoint à la Défense. « Dans le même temps, nous demandons à l’Iran et à la Russie, deux pays que nous avons sanctionnés, de pomper plus de pétrole pour nous en raison de préoccupations purement nationales… Nous devons arrêter cette folie d’essayer de travailler avec les mollahs et adopter une position de force et des sanctions maximales et faire de notre mieux pour mettre un terme à ce régime horrible et travailler en faveur d’une véritable liberté pour le peuple iranien. »

Mettant en garde contre le fait d’offrir des concessions à Téhéran, l’ambassadeur Joseph DeTrani, ancien directeur du National Counterproliferation Center et conseiller spécial du directeur du renseignement national, a déclaré : « Au fil des ans, nous avons vu le comportement de l’Iran. Nous avons vu ce qu’ils ont fait avec le Hezbollah et le Liban. Nous avons vu ce qu’ils ont fait avec les Houthites au Yémen… Cela a précédé le JCPOA et a suivi le JCPOA en 2015. Je pense que nous devrions nous rappeler ceci, lorsque nous parlions du JCPOA et de sa mise en œuvre, il y avait un espoir, un certain sentiment qu’avec cela l’Iran modérera son comportement. Il cessera ses activités terroristes, son comportement intrusif menaçant, que ce soit au Yémen, en Irak, en Syrie, au Liban, etc. Mais cela ne s’est pas produit. »

Rappelant les centaines de vies américaines qui ont été perdues ou mutilées dans la guerre en Irak, aux tours de Khobar, en Syrie et ailleurs à cause des actes terroristes des pasdaran, l’honorable David Shedd, ancien directeur par intérim de la Defense Intelligence Agency, a mis en garde contre le retrait des pasdaran de la liste des FTO du département d’État et a déclaré : « Avec le courage et la franchise de l’opposition qui s’insurge quotidiennement contre le régime de Téhéran, nous devons nous tenir aux côtés du peuple iranien en ne retirant pas les pasdaran de la liste et en n’accédant pas à une demande formulée par une tierce partie, à savoir les Russes, les Chinois et d’autres membres de cette équipe de négociation qui se sont rendus à Vienne pendant que nous étions assis dans l’antichambre en attendant de voir ce qui en sortirait ? J’aimerais que la perspective soit plus brillante pour 2022, mais l’espoir est éternel et nous sommes aux côtés du peuple iranien pour nous insurger contre une politique insensée et mauvaise et des politiques mal conçues qui, en fin de compte, nuiront non seulement à l’Iran, mais aussi aux États-Unis et à ceux qui défendent la liberté.  »

Discutant de la façon dont les Iraniens ont combattu le régime barbare de Téhéran, l’ambassadrice Paula Dobriansky, ancienne sous-secrétaire d’État aux affaires mondiales, a déclaré à la conférence : « Un autre domaine qui se distingue vraiment comme étant flagrant en termes de violations des Droits de l’Homme est celui des droits et de la dignité des femmes. Ces droits font l’objet de restrictions importantes en Iran. Les femmes mariées ne peuvent obtenir un passeport ou quitter le pays sans l’autorisation de leurs maris. Et une femme considérée comme désobéissante ou sans aucune raison peut être battue et blessée. Ses enfants peuvent lui être retirés. Le régime a également échoué lamentablement dans la lutte contre l’épidémie, la véritable épidémie de violence domestique. Ainsi, les violations des Droits de l’Homme ont été systémiques en Iran. »
« Ainsi, alors que nous nous réunissons pour célébrer le nouvel an, rappelons-nous la force de ces peuples épris de liberté en Iran et dans le monde, et cet espoir même d’un jour nouveau« , a conclu l’Amb. Dobriansky.

Jonathan Ruhe, directeur de la politique étrangère de JINSA, a déclaré : « Mon organisation suit de près les attaques de missiles et de drones du régime dans la région. Et juste pour donner à tout le monde une sorte de bref aperçu, je vais simplement noter qu’en 2015, lorsque l’accord initial a été convenu, l’Iran et ses mandataires inféodés ont utilisé environ 100 projectiles au total dans des attaques autour du Moyen-Orient. La plupart de ces projectiles étaient de simples roquettes à courte portée, relativement rudimentaires et non guidées. En comparaison, l’année dernière, ce nombre est passé à 750, contre 100 il y a sept ans, et il s’agissait principalement de drones et de missiles balistiques avancés, à plus longue portée et beaucoup plus coûteux. Cela représente une tendance majeure à la hausse des capacités iraniennes, et cela ne fera qu’empirer avec l’allègement des sanctions. »

« La principale chose à laquelle nous devrions penser en ce moment, c’est que si l’Iran obtenait une arme nucléaire, cela changerait la dynamique au Moyen-Orient », a averti le général (à la retraite) Chuck F. Wald, ancien commandant adjoint du Commandement européen des États-Unis : « Cela menotterait les États-Unis du point de vue de notre participation là-bas et de nos négociations avec d’autres pays du Moyen-Orient. Cela va définitivement changer notre stature auprès de nos alliés. Et le fait de retirer le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) de la liste des organisations terroristes serait une énorme erreur et serait même immoral. »

Offrant un aperçu technique des programmes nucléaires et de missiles de Téhéran, le Dr Behzad Raofi, ingénieur en chef de la vérification et de la validation des projets et ingénieur en chef de la validation des missions spatiales, a déclaré à la conférence : « En tant qu’Américain d’origine iranienne qui souhaite voir un Iran non nucléaire, libre, démocratique et laïc, le dernier message que j’aimerais vous transmettre est le suivant : malgré la fausse et trompeuse démonstration de force extérieure, le problème existentiel du régime iranien est interne et lié à sa population défiante qui souhaite un changement positif en Iran. L’opposition principale, le CNRI et l’OMPI sont organisés, de plus en plus forts, et gagnent du terrain parmi la jeunesse iranienne rebelle. »

À propos de l’exploitation systémique de la structure économique de l’Iran par les pasdaran et des crises qui en découlent, le Dr Siamack Shojai, professeur et ancien doyen du Cotsakos College of Business de l’Université William Paterson, a déclaré : « À mon avis, le monde extérieur a deux choix. Le premier est de continuer à ne tirer aucune leçon des 20 ou 42 dernières années et de poursuivre plus ou moins le jeu du chat et de la souris ainsi que la politique d’apaisement et de laisser les pasdaran et le clergé avoir accès à des milliards de dollars ? L’autre choix, et je vais conclure ici, l’autre choix du monde libre est de se joindre au peuple iranien, de l’écouter, de l’aider, de se tenir à ses côtés et d’espérer que grâce à son effort direct et au soutien réel et total des étrangers, y compris des États-Unis d’Amérique, ce régime sera envoyé dans l’histoire et qu’un Iran libre, démocratique et laïc prévaudra fondamentalement en Iran et construira l’avenir du peuple iranien. « 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe