vendredi, janvier 28, 2022
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxIran: l'épicentre du coronavirus et son expansion dans le monde

Iran: l’épicentre du coronavirus et son expansion dans le monde

Le coronavirus a été découvert pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan. Avec la formation et la propagation de ce virus à Wuhan, toute la ville a été mise en quarantaine et des mesures importantes ont été prises à l’échelle internationale pour lutter contre ce virus et arrêter sa transmission à d’autres pays. De nombreux pays, malgré une transaction commerciale et financière importante et élevée avec la Chine, ont annulé des vols vers ce pays et ont coupé toutes leurs connexions avec ce pays pour empêcher ce virus d’entrer dans leur pays.

Le régime iranien a cependant considéré cette situation comme une opportunité. Ainsi, non seulement il n’a pas annulé ses correspondances et transactions avec la Chine, mais les vols de Mahan Air vers la Chine se sont développés, remplaçant la place d’autres compagnies aériennes. Pour cette raison, la contagion a touché l’Iran fin janvier.
D’un autre côté, le régime a intentionnellement dissimulé et gardé secret la transmission des coronavirus à l’Iran pendant un mois jusqu’au 20 février, pour pouvoir fêter son anniversaire de révolution le 11 février et ses élections parlementaires simulées le 21 février.

La propagation rapide du coronavirus depuis l’Iran
Très rapidement et en raison des déplacements des Iraniens vers d’autres pays, le virus a été transmis à d’autres pays du monde. Par conséquent, la propagation du virus dans une dizaines de pays est due à l’Iran. Dans de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Europe, aux États-Unis et au Canada s’étaient des Iraniens porteurs du virus qui ont propagé l’épidémie.

Bien que l’Iran ne soit pas à l’origine du coronavirus, il est devenu son épicentre et le régime des mollahs, refusant de couper ses relations avec la Chine, puis en dissimulant le virus est devenu un danger pour le monde.

Le «Centre de recherche Ara-Asra» est un groupe de réflexion proche du Guide suprême du régime, Ali Khamenei. Ce groupe de réflexion a créé un rapport sur l’épidémie de coronavirus et pour confronter les informations selon lesquelles l’Iran est l’épicentre du coronavirus, suggère des mesures spécifiques de propagande que le régime devrait prendre pour y faire face.

Ce rapport fait référence à des actions qui ont depuis été mises en œuvre par les responsables du régime, notamment :

• Efforts diplomatiques du ministère des Affaires étrangères du régime et utilisation de relations diplomatiques non officielles pour pousser à la levée immédiate de toutes les sanctions, y compris les sanctions américaines

• Renforcer l’idée de « bioterrorisme »

• Négocier et influencer l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Croissant-Rouge

• Utiliser la société médicale et souligner que cette maladie est une crise internationale et ne doit pas être transformée en argument politique

• Utiliser la société médicale pour qualifier le régime iranien de «victime» et non d’épicentre de la maladie. Et ce faisant, l’autre partie devrait être accusée de mener le bioterrorisme

• Guider l’opinion publique à considérer la situation en Iran comme similaire à celle de l’Italie et de la Corée du Sud

• Mettre en évidence le coronavirus en tant que maladie extraterritoriale

• Utiliser des médias et des télévisions comme Al-Jazeera et les médias arabes du régime comme Al-Mayadin et Al-Kuthar pour continuer sur cette voie.

• Utiliser les Iraniens à l’étranger pour mettre en œuvre cette stratégie

Une opération médiatique

Vous trouverez ci-dessous des extraits du rapport «Asra-Ara». Le rapport a été publié sur le site Web de l’agence de presse Mizan le 14 mars 2020.

« L’Iran sera accusé d’être l’épicentre de l’épidémie de coronavirus. Parallèlement au front intérieur dirigé par le Ministère de la santé, un front diplomatique, dirigé par le Ministère des affaires étrangères, devrait être organisé et avec la diplomatie. Une série de travaux devrait être effectuée en ce qui concerne les pays de la région, notamment le renforcement des médias arabophones iraniens ainsi que les relations avec la chaîne de télévision Al-Jazeera pour jouer le rôle de médiation nécessaire, en partageant les expériences médicales et de gestion avec les pays de la région via l’envoi des équipes médicales, partageant la science de la création de kits de test avec les pays de la région, utilisant la capacité des Iraniens de ces pays et créant une institution régionale de lutte contre le coronavirus.

La poursuite d’idées liées à la diplomatie publique dans le domaine international devrait également être à l’ordre du jour: l’utilisation de médecins et de la communauté médicale en tant que militants de la diplomatie publique et leurs activités médiatiques internationales telles que la publication de lettres par la communauté médicale iranienne critiquant la transformation du phénomène épidémique en confrontation politique, dépeignant l’Iran comme une victime du virus face aux efforts visant à dépeindre l’Iran comme un épicentre de la maladie, mettant en évidence l’idée de «terrorisme médical» contre l’idée de la maladie, comparant l’Iran avec des pays avec un une situation similaire, comme l’Italie et la Corée du Sud, et l’activation de capacités diplomatiques non officielles, telles que la diplomatie parlementaire, pour guider l’opinion publique dans le monde et affronter la diplomatie publique façonnée contre l’Iran, sont nécessaires.

Le coronavirus est devenu le centre de conflits politiques contre l’Iran et les pays bénéficiaires tentent d’augmenter ses conséquences négatives pour l’Iran. De toute évidence, en raison de la nature mondiale de ces conséquences, il est important de mobiliser les gouvernements et les opinions publiques des nations à cet égard. Dans ce différend politique plutôt international, l’opinion publique est très précieuse. Par conséquent, les outils pour impacter l’opinion publique, comme les armes de ce différend sont reconnaissables. Dans une perspective plus large, le sens de la diplomatie, qui vise à affecter l’opinion publique des nations, a acquis une grande importance. De nos jours, la diplomatie est utilisée comme un outil pour renforcer le soft power contre les hard power du pays. Actuellement, il semble que le différend le plus important concernant le coronavirus dans le monde met en évidence la propagation de la maladie en Iran et identifie l’Iran comme l’épicentre, la source et début de la chaîne de transmission.

Les dangers d’être étiquetés comme la source et le centre d’une crise auront de lourdes conséquences internationales pour un pays. Par conséquent, la Chine essaie également de se présenter comme le découvreur de ce virus, pas son épicentre. Dans les prochains jours, les efforts diplomatiques chinois à cet égard vont probablement augmenter. D’autre part, les médias internationaux, en publiant des informations sur la propagation du coronavirus par l’Iran à d’autres pays, préparent l’opinion publique à accepter l’Iran comme source et épicentre de cette maladie. La base qui facilitera l’acceptation de cette affirmation par l’opinion publique dépeint une image de sécurité de l’Iran au cours des dernières années.

L’attaque médiatique lourde et concentrée, une partie de l’opinion publique nationale et les médias parlant le farsi accompagnant ce processus et l’atmosphère psychologique de l’opinion publique mondiale sont prêtes en raison de l’étonnement général de la propagation rapide de Corona. Ces circonstances expliquées mettent en évidence l’importance de la diplomatie en tant qu’outil efficace dans la situation actuelle. Par conséquent, la diplomatie ainsi que la diplomatie non officielle devrait être au cœur de l’opération internationale de l’Iran et devrait être considérée comme l’axe de planification et d’action des relations extérieures du pays à l’avenir. Ainsi, le rôle de la diplomatie générale dans la gestion de la menace actuelle est très important. À cet égard, un train de mesures visant à bloquer la propagation régionale du coronavirus et à défendre le prestige du pays au niveau international semble important et vital. Une série d’actions enchaînées sur le coronavirus par rapport aux pays de la région devrait être inscrite à l’ordre du jour.

Comme cela a été mentionné précédemment, il est prévu que, dans un avenir proche, étant donné les efforts diplomatiques de la Chine pour nier l’idée de considérer la Chine comme la « source et l’épicentre », ainsi que la vaste opération médiatique contre notre pays, l’Iran sera le premier candidat à être accusé au monde. La vaste diffusion et la publication de nouvelles sur la propagation de ce virus de l’Iran à d’autres pays et à d’autres bases existantes pour souligner cette accusation contre l’Iran confirment ce scénario. La solution à ce projet médiatique est de dépeindre l’image de l’Iran sur les médias sociaux et la presse non officielle comme la «victime». «Démontrer» les éléments de l’Iran «opprimés» concernant le coronavirus et les efforts incessants de l’Iran pour contrôler, briser la chaîne de transmission dans le monde sont très efficaces.
À cet égard, les premières nouvelles de la propagation du virus en Chine, l’intervalle de reconnaissance du virus en Iran, et les nouvelles appelant la Chine comme l’épicentre de cette maladie, en Iran pour l’opinion publique du pays et à l’étranger pour le public mondial devrait être pris en considération. À cet égard, il convient de veiller à ce que la diffusion de ces nouvelles ne soit pas sous la forme d’une attaque contre la Chine.
Renforcer l’idée de «bioterrorisme» contre l’idée de considérer la Chine comme «l’épicentre»

L’analyse des racines de la création du coronavirus devrait être conforme à la création des motifs d’accusation contre l’Iran. Actuellement, il y a deux idées à ce sujet. Le premier souligne le rôle de la Chine à cet égard et le second considère le coronavirus comme un «bioterrorisme» contre l’Iran et la Chine. L’indication et l’analyse confirmant la seconde théorie devraient être injectées dans l’opinion publique mondiale. Étant donné que ce travail ne pouvait pas être effectué par le biais des médias internationaux officiels, les campagnes et les hashtags à cet égard sur le cyberespace devraient donc être conçus et diffusés à l’échelle mondiale. Comme nous le savons, symboliser ou mettre en évidence des symboles et des actes symboliques est important pour affecter l’opinion publique et avoir une couverture médiatique.

Par exemple, lécher les sanctuaires saints en Iran par un groupe de personnes a été diffusé par les médias internationaux pour présenter les Iraniens comme une nation superstitieuse et anti-hygiénique. En contrepartie, les symboles contractuels devraient être conçus et publiés. Par exemple, idolâtrer et symboliser les infirmières et les médecins qui ont perdu la vie en combattant le coronavirus ou en mettant en évidence les progrès de l’Iran dans les sciences médicales pourraient être efficaces.

Utilisation de capacités diplomatiques non officielles
Utiliser les potentiels et les capacités officieux dans les relations extérieures est parfois plus efficace que les canaux officiels. Par exemple, la diplomatie parlementaire, l’une des diplomaties les moins officielles, devrait être envisagée. La lettre du président du Parlement iranien à l’Union interparlementaire et aux chefs de parlement des autres pays, demandant le consensus de la communauté internationale et adoptant des positions de principe pour lever immédiatement toutes les sanctions, y compris les sanctions médicales américaines contre l’Iran. Ou la visite du secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale en Irak et l’offre d’assistance à ce pays dans la lutte contre le coronavirus joueront un rôle important dans la représentation d’une image positive de l’Iran.

Souligner la propagation généralisée de la maladie en Italie et en Corée du Sud
La mise en évidence de la propagation de la maladie dans d’autres parties du monde, en particulier dans les pays aux conditions similaires ou pires qu’en Iran, comme la Corée du Sud et l’Italie, diminue les rumeurs de négligence et de mauvaise gestion dans la lutte contre le coronavirus dans l’opinion publique en Iran. De plus, dans l’opinion publique mondiale, l’Iran ne devrait pas être considéré comme le seul pays à forte prévalence de cette maladie, et la légitimité d’une vaste propagande politique contre l’Iran devrait donc être réduite dans une certaine mesure.

Mettre en évidence la nature extraterritoriale du coronavirus
L’une des questions les plus importantes qui créeront un sentiment de solidarité avec l’Iran dans l’opinion publique mondiale est de souligner la nature extraterritoriale du coronavirus et sa propagation. La mise en évidence de cette déclaration remettra en cause les déclarations fictives faites par l’ennemi contre l’Iran concernant la transmission de ce virus de l’Iran à différents pays. En outre, l’opinion publique nationale aura une mentalité moins négative à l’égard de la situation actuelle en observant la situation mondiale actuelle, ce qui entraînera une augmentation de la portée de la «résilience sociale» en Iran.

Négociation et impact sur l’Organisation mondiale de la santé et le Croissant-Rouge
Les organisations et institutions mondiales actives dans le traitement des problèmes médicaux et des crises peuvent être abordées et incluses dans la diplomatie générale. À cet égard, les campagnes sociales à l’intérieur de l’Iran devraient aider ces deux organisations à fournir une image positive de l’Iran. La publication de lettres de la communauté médicale iranienne à ces organisations ou médecins du monde entier et critiquant la transformation de la médecine en conflit politique par les médecins sera beaucoup plus efficace dans l’opinion publique car la position des médecins a une réputation professionnelle et une voix indépendante des gouvernements. Cela pourrait conduire à l’échec de projets politiques, du moins au niveau de l’opinion publique des nations.

Conclusion
Selon le rapport du «Centre de recherche Asra-Ara», en même temps que l’épidémie de coronavirus dans le pays, la gestion de l’opinion internationale et la gestion de ses vastes conséquences politiques, économiques et sécuritaires au niveau international revêtent une grande importance. La question des coronavirus est devenue un différend politique international. Par conséquent, considérer cette question comme une simple question médicale ou domestique entraînera des dommages. Étant donné que ce différend politique est axé sur les opinions publiques, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran, le rôle de la diplomatie générale en tant qu’outil efficace pour influencer les gens et l’opinion publique devient important. Par conséquent, l’organisation d’une chaîne d’actions, à la lumière de l’examen des règles diplomatiques, est mise en évidence dans ce rapport.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe