dimanche, octobre 24, 2021

Iran: Qui est Ebrahim Raïssi?

Le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, et Ebrahim Raïssi

Le 2 juin 2020, le chef du pouvoir judiciaire du régime iranien, Ebrahim Raïssi, connu pour son rôle dans le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988 en Iran, a défendu les crimes contre l’humanité du régime et a déclaré :
« En fait, l’imam Khomeiny était un héros dans la lutte contre les monafeghine (nom péjoratif du régime pour Moudjahidine du peuple d’Iran). Il les connaissait bien. On ne devrait leur donner aucun répit, insistait-il. »
« Lors d’une réunion à laquelle j’ai assisté avec trois ou quatre de nos collègues, un rapport a été présenté concernant un certain nombre de ces cas. Bien que nous savions que l’imam Khomeiny était plus révolutionnaire que nous, mais nous y étions allés pour dire que nous faisions ceci et cela… pensant que l’imam Khomeiny dirait que nous allons trop loin. Mais non, nous avons vu qu’il était plusieurs étapes en avant de nous. Non seulement il nous a encouragés, mais il a également déclaré que nous devions poursuivre ces mesures avec une fermeté beaucoup plus sérieuse, et pas seulement à Téhéran, mais dans toutes les autres provinces », a poursuivi Raïssi.
En 1988, le grand ayatollah Hossein-Ali Montazeri, successeur de Khomeiny à l’époque, a convoqué les membres de la « commission de la mort », dont Raïssi. Montazeri s’est adressé à eux lors de cette réunion qui a été enregistrée puis publiée en 2016 : «Le plus grand crime commis sous la République islamique, pour lequel l’histoire nous condamnera, a été commis par vous. Vos (noms) seront à l’avenir gravés dans les annales de l’histoire en tant que criminels. »
Un regard sur les antécédents d’Ebrahim Raïssi clarifie qui il est et pourquoi Khamenei l’a choisi comme chef du pouvoir judiciaire et peut-être le futur guide suprême du régime des mollahs.

Contexte:
Le mollah Ebrahim Raïssi est né en 1959 dans le quartier de Noghan dans la ville de Mashhad, province de Khorasan Razavi. Après avoir terminé ses études élémentaires, il a étudié au séminaire de Mashhad. En fait, son éducation non-séminaire n’est que jusqu’à la sixième année. Il a été envoyé du séminaire de Mashhad au séminaire de Qom à l’âge de 15 ans.
Raïssi avait dix-huit ans au moment de la révolution antimonarchique de 1979. Dans les premiers jours de la mise en place du régime, à l’invitation de Hadi Marvi, le représentant de Rouhollah Khomeini à Masjed-e-Soleiman, Raïssi s’est rendu à Masjed-e-Soleiman, et sa relation avec le tribunal administratif a commencé.
Un an plus tard, après son retour de la répression de Masjed Soleiman, Raïssi a été envoyé au parquet de Karaj en tant que juge alors qu’il n’avait que 19 ans. Son travail consistait essentiellement à interroger les détenus. À l’âge de 20 ans, le procureur révolutionnaire d’alors, le criminel Ali Qoddusi, a nommé Ebrahim Raïssi procureur de Karaj. Après quelques mois et d’innombrables crimes à Karaj, Ebrahim Raïssi a été nommé procureur de Hamedan tout en conservant son poste à Karaj.
Raïssi a continué à réprimer le peuple jusqu’en 1984 en tant que procureur de Hamedan. En 1984, lorsque le mollah Ali Razini est devenu chef du parquet central révolutionnaire, il a nommé Ebrahim Raïssi chef adjoint du parquet central des tribunaux révolutionnaires.

Tout en agissant en tant que chef adjoint de la magistrature, beaucoup pensaient que Raïssi était le véritable responsable, compte tenu de ses antécédents

À l’époque, le parquet central comptait trois adjoints: un adjoint économique, un adjoint au trafic de stupéfiants et un adjoint dit «groupuscules» (groupes politiques). Raïssi, alors âgé de 24 ans, est devenu adjoint aux « groupuscules ». Raïssi, alors adjoint du parquet du tribunal révolutionnaire, a participé activement à toutes les atrocités commises par le régime. Il a notamment joué un rôle actif en tant que membre de la « Commission de la mort » de Téhéran lors du massacre de 1988.

Les commissions de mort et massacre de 1988
Au cours de l’été 1998, à la suite d’une fatwa de Khomeiny, plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart membres et sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), ont été exécutés dans diverses prisons iraniennes, notamment la prison d’Evine à Téhéran et la prison de Gohardasht à Karaj.
Raïssi, qui était alors le procureur adjoint de Téhéran, avec le mollah Hossein Ali Nayyeri; Morteza Eshraqi, procureur de Téhéran; le mollah Mostafa Pourmohammadi, vice-ministre du renseignement; et Ismail Chouchtari, chef du service pénitentiaire, étaient membres du Commission central des «commissions de la mort», qui a supervisé le massacre de 1988. Ce commission a été chargé par Khomeiny de massacrer et d’exécuter tous les prisonniers politiques qui sont restés fermes dans leurs convictions.
Le 9 août 2016, Ahmad Montazeri, le fils aîné de l’ayatollah Montazeri, successeur de Khomeiny jusqu’au massacre de 1988, a rendu public l’enregistrement de la réunion du 15 août 1988 de son père avec les membres de la «Commission de la mort» de Téhéran. Au cours de la réunion, l’ayatollah Montazeri a vivement critiqué les exécutions et a déclaré à la Commission de la mort: «L’histoire nous condamnera et retiendra votre nom en tant que criminels ».»

Dans ses mémoires, Montazeri déclare: «C’était le premier [mois islamique de] Muharram; J’ai demandé à voir M. Nayyeri, M. Eshraqi, M. Raïssi et M. Pourmohammadi et j’ai dit: «Maintenant, c’est Muharram. Arrêtez au moins les exécutions à Muharram. » Montazeri poursuit: «M. Nayyeri m’a dit: «Jusqu’à présent, nous en avons exécuté 750 à Téhéran et séparé 200 personnes de ceux qui persévèrent dans leur position. Finissons-les et ensuite quoi que vous disiez, nous le ferons. »

VIDEO: The untold story of the 1988 Massacre in Iran

Ainsi, Ebrahim Raïssi, qui faisait partie de la machine à tuer du régime de Khomeiny depuis l’âge de 18 ans, a joué l’un des principaux rôles dans le bain de sang du fascisme religieux à l’âge de 28 ans en tant que membre de la Commission de la mort de 1988. Certains des survivants des exécutions ont raconté avoir vu Ebrahim Raïssi dans les couloirs et les chambres de torture de la prison, alors qu’il travaillait sur les affaires d’exécution sans vêtements religieux ni turban.

Ebrahim Raïssi, qui a prouvé son impitoyabilité lors du massacre de 1988 et a gagné la confiance spéciale de Khomeiny après ce massacre, a été grandement apprécié et a reçu des postes de responsabilité importantes.

Photo : De la droite Ebrahim Raïssi, Gholam Hossein Mohseni Ejei et Hossein Ali Nayeri

Poursuite des tueries et des crimes après le massacre de 1988

Le 1er janvier 1989, après avoir été convaincu de la brutalité de Raïssi en tant que procureur adjoint de Téhéran, Khomeiny l’a choisi pour faire partie d’une délégation de deux membres aux côtés des Nayyeri. Les deux ont été chargés de prononcer des condamnations à mort et d’ordonner l’amputation de membres afin d’augmenter la répression «indépendamment des difficultés administratives».

Ordre de Khomeiny:

Son Excellence, Hojjat al-Eslam Nayyeri,

Étant donné que j’ai reçu de nombreux rapports sur la faiblesse du système judiciaire et que le peuple honorable et engagé de l’Iran s’attend à une approche plus sérieuse, Votre Excellence et Hojatoleslam Raïssi se verront confier une mission judiciaire pour enquêter sur les villes de Semnan , Sirjan, Islamabad et Doroud, et pour exécuter ce qui est le commandement de Dieu dans ces cas, indépendamment des difficultés administratives. Que la paix soit avec vous.

Signature , 1er janvier 1981, Rouhollah Khomeini

Abdul-Karim Mousavi Ardebili, alors chef du Conseil judiciaire suprême du régime, a vu sa position en danger, à la suite de la lettre de Khomeiny à Raïssi et Nayyeri. Par conséquent, il s’est précipité brusquement à la prière du vendredi de Téhéran le 20 janvier 1989 et a déclaré:

«Les problèmes d’entrave du système judiciaire ont empêché la condamnation à des peines, et l’imam Khomeiny a récemment été informé que la condamnation serait retardée en raison de problèmes encombrants. Il a prêté une attention particulière et a envoyé une lettre soulignant que l’exécution du commandement de Dieu ne devait pas être retardée. Quand l’imam a dit cela et nous avons estimé que nous avions cette permission de l’imam, dans les 24 heures: quatre personnes ont été exécutées, deux mains coupées et trois personnes ont été emprisonnées. Le bureau de suivi est disponible jour et nuit et peut être notifié par téléphone. Dites-nous simplement qu’une telle chose s’est produite, et nous terminerons l’affaire dans 3, 4 ou 5 jours, en utilisant l’ordre de l’imam, en créant des tribunaux ad hoc extraordinaires. »

Un jour après le discours de Mousavi Ardebili déclarant sa position, Khomeiny a émis un nouvel ordre augmentant les prérogatives de Raïssi et ordonnant au Conseil judiciaire suprême du régime de donner à Raïssi et Nayyeri tous les cas stagnants afin de voir s’appliquer les condamnations à mort, les flagellations et les amputations.

Deuxième ordre de Khomeiny:

«Conseil judiciaire suprême de la République islamique,

Donnez tous les cas stagnants et les cas retardataires dans l’exécution de l’ordre de Dieu, à Raïssi et Nayyeri afin qu’ils puissent exécuter les ordres de Dieu le plus tôt possible, car les retards ne sont pas autorisés.
Signature : Rouhollah Khomeini, le 21 janvier 1989. »

Le 30 septembre 2019, dans un discours prononcé à l’ouverture de la 23e assemblée nationale des commandants et officiels des Gardiens de la révolution (CGRI, pasdaran), Raïssi a décrit sa cruauté durant ces années: «Nous ne nous couperons pas les doigts de ceux qui sont corrompus; nous allons leur couper toute la main. » Même les agences de presse publiques n’ont pas pu citer exactement cette phrase et ont essayé de la modifier.

Raisi: We will chop off the arms of corrupt figures!

Le 4 novembre 2019, le Trésor américain a imposé des sanctions à l’état-major des forces armées du régime iranien et à neuf personnes, dont Ebrahim Raïssi. La déclaration du Trésor a souligné le rôle d’Ebrahim Raïssi dans les commissions de la mort de 1988 qui ont condamné à mort des milliers de prisonniers politiques.

« Aujourd’hui, l’OFAC a désigné (comme terroriste) Ebrahim Raïssi, le chef du pouvoir judiciaire iranien, qui a été nommé par le Guide suprême en mars 2019. Avant la nomination de Raïssi à la tête du pouvoir judiciaire, il a été procureur général de Téhéran entre 1989 et 1994, premier chef adjoint du pouvoir judiciaire de 2004 à 2014 et procureur général de l’Iran de 2014 à 2016.

« Auparavant, en tant que procureur général adjoint de Téhéran, Raïssi a participé à une soi-disant » commission de la mort « qui a ordonné les exécutions extrajudiciaires de milliers de prisonniers politiques en 1988. »

Raïssi n’a jamais occupé un poste élu. Le chef suprême du régime, Ali Khamenei, l’a nommé chef du pouvoir judiciaire pour deux raisons: premièrement, pour accroître la répression et poursuivre la politique de radicalisation du régime. Deuxièmement, préparer le terrain pour l’assoir comme le prochain guide suprême du régime des mollahs. Pourtant, toutes les signes suggèrent que ces efforts sont voués à l’échec et ne sont que des gestes désespérés d’un régime en fin de vie.

Lire la suite

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe