dimanche, octobre 18, 2020
Accueil Publications Publications: Rapports spéciaux Iran : Toutes les factions du régime ont été impliquées dans le...

Iran : Toutes les factions du régime ont été impliquées dans le massacre de 1988

Photos de certaines victimes du massacre de 1988 en Iran lors d’une exposition publique

Le mois dernier, Amnesty International a utilisé Twitter pour partager un document issu des archives de l’organisation concernant le massacre de prisonniers politiques qui a eu lieu pendant l’été 1988 en Iran. Ce document, un appel aux autorités iraniennes contemporaines, souligne le fait que le Premier ministre de l’époque, Mir-Hossein Mousavi, et d’autres responsables du régime étaient pleinement conscients de ces massacres et ont soit autorisés leur poursuite, soit les ont activement encouragés et couverts.

En fait, ce document n’est que l’un des seize qu’Amnesty a envoyés à Téhéran pour tenter de mettre fin aux massacres. Aucun d’entre eux n’a reçu de réponse, et Amnesty en est venu à reconnaître que la stratégie officielle du régime était de nier qu’un massacre n’ait jamais eu lieu, en dépit d’une multitude de preuves. Certains des appels de l’organisation ont même attiré l’attention sur des pendaisons qui avaient été effectuées en public. Bien que ces pendaisons ne représentent qu’une petite partie des milliers d’exécutions totales, elles soulignent un modèle de répression violente qui est très visible pour les militants, les prisonniers et les journalistes indépendants dans tout le pays.

C’est en grande partie grâce aux efforts de ces militants qu’Amnesty a pu en apprendre autant qu’elle l’a fait sur les meurtres alors qu’ils étaient encore en cours. Malheureusement, ces mêmes voix n’ont pas réussi à s’imposer parmi les décideurs politiques occidentaux, qui ont préféré, pour la plupart, fermer les yeux sur les affaires intérieures de l’Iran dans l’espoir de normaliser les relations avec un régime dont ils pensaient que la mainmise sur le pouvoir était sûre. Mais le massacre lui-même aurait dû être reconnu comme un signe de la vulnérabilité du régime face à la dissidence publique des groupes d’opposition organisés comme l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

La grande majorité des 30.000 prisonniers politiques qui ont été tués pendant le massacre étaient membres de l’OMPI. Elle est néanmoins restée la principale voix pour la démocratie en Iran, et s’est depuis lors développée au point de mener un soulèvement national en janvier 2018, et un autre en novembre 2019. Ces deux mouvements ont été ponctués par des slogans qui ne laissaient aucun doute sur la demande de changement de régime de la part de la population. Parmi ceux-ci figurait le slogan : « Réformistes et radicaux : le jeu est terminé. »

Ce slogan visait à souligner l’absence perçue de différence substantielle entre l’idéologie et le comportement des deux principales factions politiques du régime. C’est un message qui a longtemps été promu par l’OMPI dans le but de plaider en faveur d’une alternative démocratique.

Dans un reportage sur le tweet d’Amnesty, Radio Farda a déclaré qu’il « semble être un coup porté à Mir-Hossein Mousavi… ainsi qu’à ses partisans ». Ceci est significatif car Mousavi est devenu bien connu depuis 2009 comme un candidat présidentiel « réformiste » et l’un des deux leaders du « Mouvement vert » suite au résultat contesté de l’élection de cette année-là. Depuis près d’une décennie maintenant, Mousavi est assigné à résidence en raison de cette dissidence, mais il continue de contredire les rapports indépendants sur le massacre de 1988, et insiste sur le fait qu’il n’avait aucune connaissance de ces crimes odieux.

En exposant cela comme un mensonge, il est clair que la direction du soi-disant mouvement de réforme n’absout aucun homme politique iranien de sa culpabilité pour les crimes du régime. Cette observation peut être étendue à l’implication de l’actuel président du régime, Hassan Rohani, dont l’élection en 2013 a été largement saluée par les décideurs politiques occidentaux et présentée comme une justification partielle du Mouvement des Verts après la répression violente des manifestations à Téhéran. L’enthousiasme pour le rôle de Rohani a considérablement baissé au cours de son mandat, en raison de son incapacité à tenir la quasi-totalité de ses promesses de campagne à consonance libérale. Mais ce résultat a été prédit dès le premier jour par l’OMPI.

En plus de reconnaître l’absence fondamentale de différence entre les radicaux et les soi-disant réformistes, le principal groupe d’opposition était bien conscient du fait que Rohani s’était aligné sur les pires éléments du régime en 1988, époque à laquelle il occupait déjà un rôle qui lui aurait donné une connaissance intime du massacre qui se préparait. Pendant sa campagne présidentielle et après son élection, Rohani a adhéré à la consigne de silence non officielle du régime concernant la référence aux exécutions de masse. Mais en choisissant la composition de son gouvernement, il a clarifié son soutien à la répression passée de la dissidence en nommant comme ministre de la Justice un membre éminent des « commissions de la mort » qui ont supervisé le massacre.

Ce membre du cabinet, Mostafa Pourmohammadi, a fait l’objet d’un examen minutieux en 2016 après qu’une fuite d’un enregistrement audio datant de 1988 a attiré l’attention du public sur le massacre comme jamais auparavant. Mais il n’a fait aucun effort pour se cacher des allégations, disant aux médias officiels qu’il était « fier » de son rôle dans l’exécution du « commandement de Dieu » qui aurait demandé la mise à mort des membres de l’OMPI. Pendant la transition vers le second mandat de Rohani en 2017, Pourmohammadi a été retiré du cabinet, mais il est resté un proche conseiller du président. De plus, son remplaçant à la tête du ministère de la Justice s’est avéré être également un des membres des commissions de la mort en 1988.

On peut maintenant en dire autant du chef du pouvoir judiciaire iranien, Ebrahim Raïssi, qui a supervisé une répression accrue de la dissidence, en particulier en réponse aux récents soulèvements nationaux. Rien qu’en novembre, 1 500 manifestants pacifiques ont été abattus par le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran), et plusieurs autres militants ont depuis été condamnés à mort pour avoir participé à cette manifestation et à d’autres. Samedi, Téhéran a fait la une des journaux internationaux en défiant les appels internationaux et en exécutant le champion de lutte Navid Afkari, qui avait participé à une manifestation en août 2018.

Naturellement, Amnesty International faisait partie des organisations de défense des droits de l’homme qui avaient exhorté Téhéran à épargner la vie de l’athlète et militant populaire. L’échec de cet appel s’ajoute donc à une longue liste de campagnes qu’Amnesty a menées auprès des autorités iraniennes qui ont ensuite été rejetées ou ignorées. Cela souligne également le refus catégorique du régime d’entreprendre des réformes significatives sur la base de simples recommandations ou d’expressions de l’indignation internationale.

S’il y a le moindre espoir d’une telle réforme, elle dépend de l’action résolue de la communauté internationale pour que les mollahs répondent des crimes passés et présents. Cela doit commencer avec le massacre de 1988 – non seulement le « pire crime de la République islamique », mais aussi très probablement le pire crime contre l’humanité de la seconde moitié du XXe siècle.

Comme en témoigne leur présence continue à des postes de haut rang au sein du gouvernement, les responsables qui ont perpétré ce massacre ont bénéficié d’un sentiment d’impunité depuis que les premiers avertissements sont tombés dans l’oreille d’un sourd en Occident. Cette impunité sert de base à la répression actuelle de la dissidence, notamment au massacre de militants en novembre dernier. Le bilan de ces mesures de répression continuera à s’alourdir si les puissances mondiales ne s’unissent pas pour imposer des sanctions strictes à l’Iran pour ses violations des droits humains, pour enquêter sur le massacre de 1988 et pour poursuivre ses auteurs devant la Cour pénale internationale.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe