jeudi, juillet 7, 2022
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxLa présence du CGRI et du Hezbollah en Amérique du Sud

La présence du CGRI et du Hezbollah en Amérique du Sud

La présence du CGRI et du Hezbollah en Amérique du Sud
Le CGRI a été nommé organisation terroriste étrangère (FTO) par l’administration américaine.

L’implication du régime iranien dans pratiquement toutes les crises et tous les points chauds du Moyen-Orient est claire. Pourtant, les opérations déstabilisatrices du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de Téhéran et de sa force extraterritoriale Al-Qods s’étendent à travers le monde. Leurs agents travaillent sous différentes bannières pour mettre en œuvre la doctrine de la « révolution islamique universelle » du régime, qui est essentiellement la création d’un califat islamique. L’Amérique latine est devenue une « zone d’opération » du régime iranien.

Le réseau de gangs terroristes et mafieux du régime dans les pays d’Amérique du Sud est apparu à la suite de décennies de corruption et de sous-développement dans ces pays. Ces dernières années, le CGRI et son groupe terroriste par procuration, le Hezbollah, ont pu contourner les sanctions internationales et gagner des devises fortes en renforçant leur présence en Amérique latine.

Un régime qui pend des gens pour avoir plusieurs grammes de drogue en Iran, dirige l’un des plus grands empires de la drogue d’Amérique latine par l’intermédiaire de son groupe terroriste par procuration, le Hezbollah. Ce rapport met en lumière certains aspects de la présence du régime iranien en Amérique du Sud et comment cette présence inquiétante met en danger les habitants de ces pays ainsi que la paix et la sécurité mondiales.

Des décennies d’échecs chroniques dans les pays d’Amérique latine tels que la corruption, le crime organisé et la violence politique ont aidé le régime iranien à faire des efforts concrets pour exporter son influence idéologique et politique dans l’hémisphère occidental.

Le 9 janvier 2017, le général de brigade Mohammad Reza Naqdi, chef des affaires culturelles et sociales du CGRI, qui était également le commandant des milices Basij du CGRI, a reconnu la coopération en matière de sécurité entre l’Iran et de nombreux pays d’Amérique latine. « Une équipe d’Amérique latine est venue dans notre pays pour recevoir une formation sur la manière d’établir le Basij », a-t-il déclaré à la télévision publique, ajoutant que les stagiaires « gravitaient vers l’islam et louaient la résistance et les réalisations de l’Iran ».

En 2009, Naqdi a aidé les ministères vénézuéliens de la Défense et de l’Intérieur à former leurs milices notoires, connues sous le nom de colectivos. En 2015, Fox News a publié les photos de Naqdi lors d’une réunion en 2009 avec le président vénézuélien Hugo Chavez à Caracas, au Venezuela. Des années plus tard, les résultats du soutien de Naqdi sont devenus évidents dans les rues du Venezuela alors que les colectivos imposaient une lourde répression aux manifestants innocents.

Le 22 novembre 2020, Hossein Salami, le commandant en chef du CGRI, a reconnu : «Aujourd’hui, la puissance de la révolution islamique a retiré l’Amérique de sa base stratégique. Aujourd’hui, le discours Basij s’est répandu au Yémen, au Liban, en Syrie, en Irak, en Amérique latine et dans certaines parties de l’Afrique. »

Cette soi-disant démonstration de « puissance » équivaut à des opérations terroristes, comme le complot d’assassinat déjoué de l’ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis en 2011, l’arrestation récente de deux agents iraniens en Colombie en novembre 2021 et l’attentat à la bombe de l’AMIA en Argentine en 1994.

En mars 2020, des mois après l’élimination de Qassem Soleimani, le commandant de la force Al-Qods du CGRI, l’amiral Craig Faller du Commandement Sud a tiré la sonnette d’alarme sur d’éventuelles attaques de représailles : « Certains partisans du Hezbollah cachent des armes et collectent des fonds, souvent via des dons caritatifs, des envois de fonds et par des moyens illicites, tels que le trafic de drogue et le blanchiment d’argent. Avoir une empreinte dans la région permet également à l’Iran de collecter des renseignements et de mener des plans d’urgence pour d’éventuelles attaques de représailles contre les États-Unis et les intérêts occidentaux. »

Dans sa déclaration de mars 2021, l’amiral Faller a déclaré : « L’Organisation du Jihad islamique (OIJ) du Hezbollah, sa branche des opérations extérieures, est responsable d’au moins trois attaques très médiatisées dans la région et de trois autres opérations planifiées qui ont été interrompues ».

« La Force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique, la principale unité d’opérations extérieures de Téhéran pour l’exportation de la révolution islamique, maintien des agents dans les ambassades étrangères, les organisations caritatives et les institutions religieuses et culturelles pour renforcer les liens à l’échelle mondiale », a ajouté l’amiral Faller.

Il est crucial de revoir le « modèle de pénétration » de Téhéran en Amérique latine.

Lors de son témoignage du 18 mars 2015 devant la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, Joseph M. Humire, co-auteur de « Iran’s Strategic Penetration Of Latin America », a révélé des informations accablantes sur la présence du régime iranien en Amérique latine.

M. Humire a déclaré que « la République islamique maintient l’Amérique latine comme une priorité stratégique pour son positionnement mondial et est devenue de plus en plus importante. La République islamique cherche à tirer parti de son élan au cours de la dernière décennie et à étendre ses opérations pour dépasser ses associations typiques avec l’Alliance bolivarienne des Amériques (ALBA).

D’après Humer, le schéma de pénétration de Téhéran comporte quatre niveaux essentielles. Ces niveaux commencent à « un niveau informel par le biais d’échanges culturels, qui évoluent vers des relations diplomatiques plus formelles qui permettent une plus grande coopération économique« .

La posture politique et les nombreux accords et accords, dont la plupart ne se concrétisent pas, « permettent aux ayatollahs de créer la couverture politique et économique nécessaire pour insérer plus d’agents, créer des sociétés écrans, établir des canaux détournés avec le gouvernement hôte et, finalement, se tailler des espaces pour que leurs officiers militaires et paramilitaires puissent entrer dans la région pour soutenir les intérêts stratégiques de la République islamique ».

Humire a témoigné que Téhéran a utilisé « sa pénétration culturelle pour avoir accès à des personnalités éminentes au sein des communautés islamiques et indigènes de toute la région ».

« Une fois ce contact établi, l’Iran renforce sa présence diplomatique, comme c’est le cas au Venezuela et à Cuba, ou établit une nouvelle ambassade, comme cela s’est produit en Bolivie, en Équateur et au Nicaragua. En Bolivie, il a été rapporté qu’il n’y a pas moins de 145 diplomates iraniens accrédités vivant dans la nation andine. Un nombre qui dépasse de loin leur intérêt manifeste ou leur commerce avec l’État plurinational », a-t-il ajouté.

Le régime a augmenté le nombre de ses ambassades à travers l’Amérique latine. Une fois ces ambassades installées, Téhéran construit plusieurs mosquées et centres culturels dits « islamiques », lui servant d’yeux et d’oreilles sur le terrain.

Les ambassades des mollahs gèrent leur réseau d’espionnage et de terrorisme dans ces pays. Sous prétexte d’échanges commerciaux et culturels, ces émissaires de la terreur servent de conduits pour les achats et les activités d’acquisition illégales tout en servant de bases aux agents de Téhéran qui s’immergent dans les communautés locales.

En d’autres termes, comme l’a dit Humire, la « présence commerciale et diplomatique de Téhéran établit le déni plausible nécessaire pour renforcer sa capacité pour la couche finale de sa pénétration, qui est une présence militaire et paramilitaire, sans précédent dans la région« .

Cette méthode a permis au régime d’infiltrer plusieurs services de renseignement et de défense des pays ou de coopter leurs services à son profit. Malheureusement, la vaste corruption en Amérique latine permet à Téhéran de se déplacer à travers différentes couches de pénétration stratégique dans différents pays de l’hémisphère occidental.

Hezbollah en Amérique latine

Le Hezbollah a agi plus ouvertement, mettant en œuvre la stratégie du régime iranien en Amérique latine. Le groupe n’est pas seulement impliqué dans le terrorisme, mais aussi dans le crime organisé et le trafic de drogue.

Le rapport « Au sud de la frontière, une menace du Hezbollah » de Matthew Levitt en 2013 souligne « que le Hezbollah a une forte présence dans les pays comprenant la zone des trois frontières. Des activités telles que la contrefaçon et le trafic de drogue ont été identifiées à Puerto Iguazú, Foz do Iguaçu et Ciudad del Este en Argentine, au Brésil et au Paraguay. Les autorités ont découvert que Sobhi Mahmoud Fayad, un militant du Hezbollah de cette zone, a envoyé plus de 50 millions de dollars au Hezbollah depuis 1995. »

Selon Small Wars Journal, « la présence du Hezbollah en Amérique latine remonte à la fondation du groupe ».

« Un facteur essentiel dans l’établissement des cellules du Hezbollah a été le flux de migrants libanais arrivant dans la zone des trois frontières (TBA) reliant l’Argentine, le Brésil et le Paraguay dans les années 1960 et 1970. La diaspora multigénérationnelle et les zones qui ont facilité le commerce des migrants libanais ont permis aux militants du Hezbollah d’infiltrer le sous-continent et de mener leurs activités », indique le rapport.

Une fois qu’il a consolidé sa présence dans les trois frontières, le Hezbollah a trouvé un refuge sûr pour étendre davantage ses activités malveillantes : le Venezuela.

Venezuela

Lorsque Hugo Chávez a pris le pouvoir en 1999, une relation a commencé entre lui et le Hezbollah, permettant au Hezbollah de construire un vaste réseau pour mener des activités illicites, telles que le trafic de drogue, le blanchiment d’argent et la contrebande.

Selon l’enquête du Small Wars Journal, « le Hezbollah a établi une structure criminelle au Venezuela qui opère à travers des clans familiaux compartimentés, tels que Nassereddine, Saleh et Rada, qui s’intègrent dans l’économie illicite contrôlée par le régime et dans l’appareil politique et la bureaucratie du régime. Le Hezbollah contrôle des zones telles que l’île de Margarita, où il opère librement.

Selon un rapport du Wall Street Journal en 2020, « le ministre vénézuélien des industries et de la production nationale, Tareck Zaidan El Aissami Maddah – le fils d’un père syrien et d’une mère libanaise – a été le point de départ pour étendre les liens commerciaux et militaires avec l’Iran ».

« Le Venezuela est également accusé d’avoir distribué de fausses identités à des agents du Moyen-Orient afin qu’ils puissent voyager dans la région en tant que Vénézuéliens« , ajoute le rapport du WSJ.

Le Hezbollah réalise des profits importants grâce au commerce illicite et à la contrebande dans la zone des trois frontières et dans d’autres zones de libre-échange de la région. Pourtant, ces derniers temps années et sous l’ombre de l’inaction des gouvernements occidentaux, les activités du Hezbollah se sont étendues bien au-delà de ces points chauds bien connus et comprennent non seulement la logistique et le financement, mais aussi les opérations terroristes. Par l’intermédiaire du Hezbollah, le régime iranien a créé un solide réseau de renseignement couvrant la moitié sud de l’hémisphère occidental.

Selon un rapport de l’Institute for National Strategic Studies Strategic Perspectives en juin 2021, « Le régime a réussi à créer un réseau de chambres d’écho avec la Russie, le Venezuela et le BCJE pour pousser l’opposition anti-américaine. message bien au-delà des limites d’un seul membre du réseau.

« HispanTV, teleSUR et RT en Español, ainsi que des centaines de sites Web interconnectés et de comptes de médias sociaux sur de multiples plateformes, sont les principaux piliers de leurs efforts actuels. Le petit corps de super-diffuseurs est un messager clé dans la diffusion de la désinformation en diffusant des informations dans les principaux médias pour amplifier les messages afin de présenter l’Iran, la Russie et le BJCE comme des forces révolutionnaires éclairées luttant pour mettre fin à l’impérialisme américain », ajoute le rapport.

Le lien du Hezbollah avec le crime organisé

Un exemple des liens du Hezbollah avec le crime organisé transnational est le réseau dirigé par Aymad Joumaa, un ressortissant libanais qui dirige une organisation mondiale de blanchiment d’argent et de trafic de drogue.

Selon l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor américain, qui a annoncé des sanctions contre Joumaa en janvier 2011, cet individu coordonne « les expéditions et la vente de cocaïne en Amérique latine avant de faire passer les fonds par une maison de change libanaise. En fin de compte, il aurait blanchi l’argent par l’intermédiaire de plusieurs concessionnaires de voitures d’occasion et de personnes morales qu’il contrôlait au Bénin et au Congo. L’OFAC a affirmé que le programme générait plus de 200 millions de dollars de bénéfices chaque mois.

Le régime iranien, par l’intermédiaire du Hezbollah, a tenté à plusieurs reprises de coopérer avec des groupes criminels transnationaux organisés en Amérique latine. L’exemple le plus flagrant de cette stratégie a été le complot visant à assassiner l’ambassadeur saoudien aux États-Unis en 2011.

En octobre 2011, les procureurs fédéraux du district sud de New York ont accusé deux Iraniens d’avoir tenté de recruter des membres d’un cartel de la drogue mexicain pour assassiner l’ambassadeur saoudien dans un restaurant à Washington, D.C.

Le cerveau du complot était Golam Shakuri, un responsable de la Force Qods basé en Iran. Shakuri a supervisé Manssour Arbabsiar, un double national irano-américain, pour embaucher des membres d’un cartel de la drogue et proposer de les payer pour assassiner l’ambassadeur. Le complot a échoué car Arbabsiar a involontairement approché une source confidentielle de la Drug Enforcement Administration Agency, qui s’est fait passer pour un membre du cartel et a apparemment accepté de commettre l’attentat à la bombe.

La présence active du Hezbollah en Amérique latine a ouvert la voie à Téhéran pour maintenir ses cellules terroristes dans toute la région, ce qui leur a finalement permis d’y semer le chaos.

Argentine

Un attentat à la bombe a fait s’effondrer le bâtiment de l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) en 1994, tuant 86 personnes et en blessant des centaines d’autres. Cette tragédie ne s’est pas formée du jour au lendemain.

Le régime iranien a d’abord envoyé Mohsen Rabbani, un agent du renseignement, à Buenos Aires le 27 août 1983, près de onze ans avant l’attaque de l’AMIA. Rabbani a non seulement établi le plan directeur pour mener des attaques terroristes dans l’hémisphère occidental, mais aussi pour les dissimuler.

En tant que chef de la mosquée at-Tauhid, Rabbani a commencé à rechercher des cibles potentielles pour des attaques terroristes soutenues par l’Iran. Lors d’un témoignage ultérieur, trois des étudiants de Rabbani à la mosquée at-Tauhid ont fait remarquer qu’il leur avait dit en 1990 « d’exporter la révolution » et que « nous sommes tous le Hezbollah« . Cette planification a finalement conduit au bombardement de l’ambassade d’Israël à Buenos Aires le 17 mars 1992, tuant 23 personnes, ainsi qu’à l’attentat de l’AMIA.

Selon le regretté Dr Alberto Nisman, le procureur des attentats à la bombe de l’AMIA qui a ensuite été assassiné, Rabbani a passé plusieurs années en tant qu’imam de la mosquée At-Tahuid à Buenos Aires, où il a recruté, fait du prosélytisme et créé un système de renseignement qui rapporterait à l’ambassade d’Iran à Buenos Aires et à travers elle à Téhéran.

Un rapport du Wall Street Journal du 12 janvier 2020 souligne qu’« il y a des raisons de croire, par exemple, que le meurtre en 2015 du procureur fédéral argentin Alberto Nisman était une opération soutenue par l’Iran. Nisman enquêtait sur une prétendue dissimulation par l’Argentine du rôle de l’Iran dans l’attentat à la bombe de l’AMIA. À la veille d’une audience du Congrès argentin, où il devait rendre ses conclusions, il a été retrouvé mort dans son appartement.

Guyane

Un autre agent iranien qui a poursuivi le modus operandi de Rabbani était sa cohorte la plus proche, Michael Seaforth, mieux connu sous son nom musulman Abdul Kadir.

Kadir était un politicien guyanais arrêté en 2007 à Trinité-et-Tobago dans le cadre d’un complot visant à faire sauter des réservoirs d’approvisionnement en carburéacteur et un pipeline au JFK Internati l’aéroport de New York.

Kadir a développé une structure de renseignement en Guyane et dans les Caraïbes à la demande de Téhéran, qui s’apparentait au réseau de Rabbani en Argentine. Kadir a fondé et dirigé le Centre d’information islamique de Guyane. Par conséquent, il a acquis une influence considérable sur les communautés islamiques de Guyane et des pays voisins, à travers les Caraïbes et sur les groupes de la diaspora aux États-Unis.

Selon Humire, « c’est le bras long de Kadir à la diaspora des Afro-Guyanais du Queens, à New York, qui travaillait à l’aéroport international JFK, qui a aidé à accéder à la cible de cette attaque terroriste déjouée ».

Kadir était originaire d’Amérique latine, opérant comme agent d’influence de Téhéran. Au fil du temps, Téhéran a recruté plusieurs milliers d’agents d’influence en Amérique latine et dans les Caraïbes, les formant non seulement dans la ville iranienne de Qom mais aussi à Cuba, en Bolivie, en Équateur, au Venezuela, au Nicaragua et au Brésil.

Ces agents opèrent sous prétexte d’activités de promotion culturelle et religieuse pour apporter un soutien opérationnel et logistique au terrorisme.

Kadir était un musulman chiite très respecté, mais coordonné avec des musulmans sunnites radicaux associés au groupe terroriste islamique Jamaat al Muslimeen (JAM) basé à Trinidad. « C’est important puisque la majorité de la population musulmane d’Amérique latine est sunnite, ce qui offre à l’Iran et au Hezbollah des voies d’approche accrues dans la région », a déclaré Humire devant la Chambre des représentants des États-Unis à cet égard.

Colombie

Quelques semaines après l’attentat terroriste déjoué du régime iranien au Kenya, le quotidien colombien El Tiempo a révélé un autre complot terroriste raté iranien. Cette révélation a montré une fois de plus comment l’Amérique latine est devenue le champ d’opérations du régime iranien.

Selon El Tiempo, un Iranien connu sous le nom d’Assadi a recruté deux détenus alors qu’il partageait une cellule à Dubaï entre 2017 et 2021. Les trois purgeaient une peine pour des condamnations antérieures.

Une fois libérés en mars 2021, les deux agents se sont rendus en Colombie, espionnant deux hommes d’affaires israéliens et leurs familles, identifiant leurs maisons, leurs lieux de travail et leurs mouvements de routine.

Selon les autorités locales, ces agents avaient engagé des tueurs à gages locaux pour commettre un assassinat, mais les services de renseignement colombiens ont déjoué leurs complots.

Il a été révélé plus tard que les terroristes de Téhéran auraient également cherché à cibler des diplomates américains, notant que les autorités colombiennes avaient arrêté et expulsé deux membres du Hezbollah – probablement les deux mêmes armes à feu recrutées à Dubaï.

La présence du régime en Colombie ne devrait pas surprendre, car le pays accueille une vaste opération de propagande iranienne, partage une frontière avec le Venezuela et abrite une forte communauté chiite libanaise impliquée dans le financement du terrorisme. La Colombie entretient également des relations commerciales, diplomatiques et de sécurité avec les États-Unis et Israël, offrant un environnement riche en cibles pour le régime iranien.

Conclusion

Les faits ci-dessus ne montrent que la pointe de l’iceberg de la menace croissante du régime iranien en Amérique du Sud. L’administration américaine actuelle a engagé un dialogue avec le régime des mollahs, choisissant de freiner les ambitions nucléaires de Téhéran. Pourtant, cette information alarmante clarifie qu’il n’y a pas de temps pour faire des erreurs.

Depuis sa fondation en 1979, la théocratie au pouvoir en Iran a tenté de semer l’insécurité et d’exporter ses crises intérieures afin de maintenir sa fragile emprise sur le pouvoir. Les mollahs ont gaspillé la richesse nationale dans le terrorisme, laissant les Iraniens ordinaires dans la pauvreté et la misère absolues.

Les négociations avec le régime terroriste de Téhéran ne font que l’encourager à poursuivre ses activités néfastes. Les récents complots terroristes déjoués en Afrique, en Europe et en Amérique du Sud témoignent du fait que Téhéran considère le terrorisme comme un levier et exploite la faible approche actuelle des gouvernements occidentaux pour poursuivre ses activités malveillantes.

Afin de neutraliser les menaces du régime, la communauté internationale devrait maintenir les sanctions contre le régime et accroître sa pression sur la théocratie au pouvoir. La seule façon d’arrêter le terrorisme de Téhéran est de le mettre à genoux en menant une politique de fermeté.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe