mercredi, juin 29, 2022
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxLes législateurs britanniques appellent le gouvernement à désigner les pasdaran comme une...

Les législateurs britanniques appellent le gouvernement à désigner les pasdaran comme une organisation terroriste et à soutenir le plan en dix points de Radjavi

Les législateurs britanniques appellent le gouvernement à désigner les pasdaran comme une organisation terroriste et à soutenir le plan en dix points de Radjavi

Pour célébrer l’Aïd Norouz, la nouvelle année du calendrier perse, les membres du Parlement britannique et les membres de la communauté iranienne au Royaume-Uni se sont réunis à Londres le 24 mars.

L’événement tenu à la Chambre des Communes britannique a été suivi par plusieurs membres du parlement qui ont félicité le peuple iranien et sa Résistance pour la nouvelle année tout en condamnant les violations croissantes des Droits de l’Homme en Iran. Les législateurs britanniques ont appelé à la poursuite des responsables du régime iranien, y compris le président des mollahs, Ebrahim Raïssi, pour son rôle actif dans la Commission de la mort et pour avoir ordonné des exécutions massives lors du massacre des prisonniers politiques en 1988. Ils ont également appelé le gouvernement britannique à reconnaître le droit du peuple iranien à combattre le régime et à s’engager officiellement dans sa résistance organisée.

Les orateurs ont souligné le rôle crucial des Gardiens de la révolution du régime dans l’exportation du terrorisme et la répression du peuple iranien et ont insisté sur le fait que la conduite des pasdaran est conforme aux critères d’une organisation terroriste en vertu de la loi de 2000 sur le terrorisme. Les législateurs britanniques ont demandé un boycott et une large désignation des pasdaran comme une entité terroriste et ont appelé la ministre britannique des Affaires étrangères, Elizabeth Truss, à travailler avec le ministère de l’Intérieur pour répertorier et sanctionner les pasdaran.

La présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi, a envoyé un message vidéo et s’est adressée à l’assemblée.

Dans son discours, David Jones, député et ancien secrétaire d’Etat pour le Pays de Galles et ministre du Brexit, a commémoré le regretté Sir David Amess, un grand ami de la
Résistance iranienne et l’un des plus anciens membres du Parlement britannique. « Le régime des mollahs est maintenant plus faible et plus impuissant que jamais. Il voit dans le plan en 10 points de Mme Radjavi une augmentation de sa popularité internationale et une reconnaissance comme alternative démocratique viable à sa théocratie. Le gouvernement britannique doit reconnaître et soutenir le CNRI, dirigé par Maryam Radjavi, et la lutte du peuple iranien pour la liberté et la démocratie », a-t-il déclaré.

« Nous exhortons le gouvernement à adopter une politique forte à l’égard de l’Iran, qui interdise les Gardiens de la révolution en tant qu’organisation terroriste étrangère et impose des sanctions en matière de Droits de l’Homme, notamment à l’encontre d’Ebrahim Raïssi », a déclaré Matthew Offord, membre du Parlement britannique.
« Je suis la nouvelle représentante conservatrice de Southend West, la même circonscription que Sir David Amess représentait précédemment au Parlement », a déclaré la députée
Anna Firth. « Je ferai de mon mieux pour perpétuer l’héritage de Sir David et travailler avec les autres membres du Parlement pour soutenir le Conseil national de la Résistance iranienne et tenir le régime responsable de ses violations des Droits de l’Homme et de ses activités déstabilisatrices dans la région, ainsi que de son soutien au terrorisme. »

Félicitant le peuple iranien, les membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) basés à Achraf 3, à l’occasion de Norouz et de la nouvelle année, Bob Blackman, député, a déclaré : « Le complot déjoué à Paris nous a appris que le régime utilise régulièrement ses ambassades, ses centres culturels et ses diplomates en Europe pour diffuser le terrorisme et mener des opérations terroristes, notamment en recrutant des agents qui sont payés des dizaines de milliers d’euros sur plusieurs années. Par conséquent, il est absolument vital de fermer les ambassades et les centres culturels du régime et d’expulser leurs ambassadeurs, diplomates et agents d’Europe et de Grande-Bretagne, car il ne s’agit pas de missions diplomatiques, mais de centres de propagation du terrorisme. Le ministère de l’Intérieur doit également prendre des mesures immédiates pour enregistrer l’intégrité des Gardiens de la révolution en tant qu’organisation terroriste dans un premier temps. »

Dans son discours, le député britannique Steve McCabe a salué le courage des femmes iraniennes qui ont mené les protestations en Iran et se sont transformées en piliers de la Résistance contre le régime, en disant : « Les mollahs ne peuvent pas supporter le soutien croissant à l’opposition pro-démocratique du CNRI et le mécontentement général. C’est pourquoi ils commettent des actes insensés.

« Je préconise depuis longtemps une politique ferme contre le régime criminel en Iran, car il constitue une menace pour le monde et pour le peuple iranien », a déclaré le député Sir Roger Gale. « Les actions des Gardiens de la révolution répondent aux critères énoncés dans la loi sur le terrorisme de 2000. La communauté internationale doit rejeter la théocratie au pouvoir en Iran et se tenir aux côtés du peuple iranien et du CNRI, un mouvement qui fait de grands sacrifices pour faire avancer la cause de la liberté, des Droits de l’Homme et de la démocratie. »

« Nous devons nous rappeler que le régime en Iran mène une répression interne avec la propagation du terrorisme et de l’instabilité dans la région », a déclaré John Spellar, membre du Parlement britannique. « C’est une opération à deux volets du régime, car il ne peut survivre que par le chaos et les tueries. Il a même essayé de faire exploser le rassemblement de l’opposition à Paris, ce qui montre qu’il a peur du mouvement de Résistance organisé ainsi que du programme démocratique en 10 points que Mme Maryam Radjavi a projeté pour l’avenir de l’Iran. Ce programme est progressiste et reflète les aspirations démocratiques du peuple iranien. La communauté internationale et le Royaume-Uni doivent reconnaître cette alternative démocratique et soutenir la solution populaire iranienne au régime. »

Lord Singh, membre de la Chambre des Lords, a déclaré : « Les manifestations continues à travers l’Iran et la répression brutale et les arrestations généralisées par le régime ont montré au monde que le peuple iranien rejette la tyrannie religieuse et veut un Iran libre et démocratique. Je crois que nous, en Occident et dans la communauté internationale, devons reconnaître et soutenir le mouvement iranien de Résistance dirigé par les Iraniens, une alternative démocratique populaire aux demandes de la société iranienne, et j’appelle la Grande-Bretagne à se tenir aux côtés de Maryam Radjavi. »

Soutenant le plan en dix points de Mme Radjavi, Margaret Owen, avocate et militante des Droits des femmes, a déclaré : « La communauté internationale est restée très silencieuse sur le régime criminel des mollahs et sur les responsables de l’horrible massacre de 30 000 personnes en 1988. Les auteurs de ce massacre doivent être jugés par la Cour pénale internationale pour leurs crimes contre l’humanité et leurs crimes de guerre. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe