mardi, juillet 7, 2020
Accueil Publications Publications: Rapports spéciaux Les médias d'État iraniens admettent que l’OMPI est la principale menace, la...

Les médias d’État iraniens admettent que l’OMPI est la principale menace, la monarchie est sans conséquence

Le 24 avril 2020, le site Web officiel Nasim-e Kermanshah a republié un article, repris par les agences de presse iranienne Nama News et Nasim News. La publication répétée de cet article met en évidence la crainte considérable que ressent le régime à l’égard de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK). L’article décrit l’OMPI comme la principale menace pour le renversement du régime et décrit le rôle de l’organisation dans les manifestations contre le régime en Iran. Il déplore que les responsables et les médias officiels mentionnent les partisans de la monarchie aux côtés de l’OMPI pour « brouiller les cartes» dans le souci d’empêcher les jeunes de rejoindre le principale mouvement de résistance iranien.
La vérité est que la monarchie a été historiquement enterrée en Iran lorsque des millions d’Iraniens se sont soulevés durant la révolution de 1979. Avec sa révolution, le peuple iranien a fait son choix historique de rejeter toute forme de dictature. Les crimes inégalés des mollahs n’effaceront pas des mémoires les crimes de la monarchie déchue ; le peuple iranien, qui ne souhaite pas le retour de la dictature du Chah, aspire à la liberté et à une démocratie pluraliste et laïque dans l’antique pays.

Chercher à tort à mettre en avant les partisans de la monarchie pour faire ombrage à l’OMPI est une méthode du ministère du Renseignement iranien (vevak) pour diaboliser la seule alternative viable au régime iranien. Celui-ci est pleinement conscient que les partisans de la monarchie déchue ne constituent pas une opposition sérieuse ou une alternative au régime. En les mentionnant, le régime veut brouiller la scène politique de l’opposition et discréditer l’OMPI. Une vérité qu’admet de façon inédite l’auteur de l’article de Nasim-e Kermanshah.

Voici la traduction de cet article :

Le « brouillage » et une négligence coûteuse
Pourquoi nous utilisons déraisonnablement le nom de Reza Pahlavi [le fils du Shah], qui ne constitue pas une menace pour le système, comme d’un brouillage aux côtés du véritable ennemi, l’OMPI, qui cherche notre chute.

Par Dr. Meysam Parsa:
Mon voyage dans la ville sainte de Machhad et le pèlerinage du sanctuaire sacré de l’Imam Reza ont affiné mon âme. Sur le chemin du retour à Téhéran, le mouvement du train et le reflet rapide des arbres et des maisons dans la fenêtre du wagon m’ont rempli de joie. Je ne faisais pas attention au résultat de la recherche que je venais de faire sur mon téléphone portable. En effet, l’Organisation de Monafeghine [hypocrite, terme péjoratif utilisé par le régime pour désigner le mouvement des Moudjahidine du Peuple -OMPI) est le sujet de ma spécialité et de mes recherches. Tous les jours je recherche les mots clés «MEK», «OMPI», « monafeghine ».
Je dois souligner que lorsque j’ai commencé mes recherches sur ce groupuscule, je m’apprêtais également à faire des recherches sur l’histoire de l’Islam durant la période de la dynastie des safavides. Mais j’ai vite compris que le sujet de l’OMPI est un sujet trop vaste et entrer dans son labyrinthe ne me laissera aucun temps pour faire des recherches sur d’autres sujets.
Alors que je profitais de la vue sur la route, je me suis rappelé que je ne devais pas perdre de temps, alors j’ai regardé les résultats de la recherche. Un média d’État avait écrit : « Le complot de l’OMPI et des monarchistes… » En voyant cela, la même question a surgi dans mon esprit : jusqu’où allons-nous continuer dans cette négligence ?

C’était la même question que j’avais déjà entendue de la part d’un leader de la prière du vendredi et représentant du guide suprême. Nous discutions avec lui de l’OMPI, et le processus destructeur de ces ennemis jurés de la République islamique. C’était au milieu de la sédition de 2018 et c’était clair pour nous tous que l’OMPI jouait un rôle de leadership et d’accélérateur [dans le soulèvement].

Par ailleurs, vu la connaissance que j’avais du représentant du guide et sa proximité avec ce dernier, je savais que la question «jusqu’où allons-nous continuer la négligence» exprimait une réalité douloureuse. Or, je ne savais pas tout à fait de quoi il était question exactement. Alors, j’ai tranquillement levé la main et demandé : – Monsieur, que voulez-vous dire par “négligence” ? Il m’a jeté un regard profond, a remonté son manteau, a essuyé la transpiration de son front avec le dos de la main et a dit:
«Aujourd’hui, j’ai lu dans les informations les propos du commandant Kazem Mojtabaei, qui a affirmé : l’OMPI et les monarchistes dirigeaient les récents incidents (décembre 2018). »
J’ai regardé avec étonnement le représentant du guide et j’ai de nouveau demandé : – « Mais où est le problème avec cette affirmation Haji? »
Il m’a regardé et a dit sur un ton de faiseur de leçon :
« Le problème avec ce genre de propos est que le commandant Mojtabaei détourne involontairement l’attention de l’opinion publique et des forces loyales, de l’ennemi principal que sont les Moudjahidine du peuple. Comment diable pourrions-nous décrire les monarchistes de principal ennemi du système ? Au cours des 39 dernières années ont-ils mené une seule action sérieuse pour perturber notre sécurité nationale ? S’agit-il même d’une force organisée ? Ils ne sont qu’un nom, monarchie, et des individus disparates. C’est pourquoi ces gens ne sont pas et n’ont jamais été une menace pour le système islamique. »

Ensuite, Haji a expliqué qu’il y a une énorme erreur dans la culture de nos médias. Cette erreur ne concerne pas « comment connaître l’ennemi » mais « comment confronter l’ennemi ». Car quiconque a été impliqué dans les affaires de l’Etat et a œuvré farouchement pour préserver l’héritage de l’imam Khomeiny, sait parfaitement que le seul et unique ennemi de la République islamique sacrée est l’OMPI et c’est tout. Mais, une fois que nous nous engageons dans une guerre médiatique avec ce groupe, nous constatons que nos écrivains, nos tribuns… placent le nom de l’OMPI à côté des monarchistes.

Ensuite, le représentant du guide suprême a ajouté : « Pourquoi pensez-vous que ceux qui savent clairement que c’est l’OMPI qui est le seul ennemi et que les monarchistes ne sont qu’une plaisanterie, ils continuent de semer le doute dans l’opinion au sujet de l’ennemi juré du système islamique ? »

Un des frères qui avait combattu pendant la défense sacrée [la guerre Iran-Irak] et que j’avais vu plusieurs fois auparavant, leva la main et avec un simple mot donna la réponse : « Haji, c’est pour faire du brouillage ! »
« Bravo! », s’est exclamé Hadji à deux reprises.

À partir de cette nuit-là, et avec les explications de Haji, j’ai compris que les nombreux partisans de la révolution souhaitent voir le système perdurer. Mais ils considèrent l’existence de l’OMPI et leur intention maléfique de renverser la République islamique, comme un obstacle au rêve de voir le système perdurer. Ils ont vu comment ce groupuscule, depuis les incidents du 20 juin 1981 jusqu’à aujourd’hui, ont utilisé chaque minute, chaque heure, chaque jour, chaque semaine, chaque mois et chaque année pour comploter et agir pour renverser le système et envoyer leurs flèches empoisonnées vers le guide suprême.

Oui, beaucoup d’amis voient judicieusement cette réalité, mais font le mauvais choix dans l’étape suivante et dans la méthode de confronter cet ennemi. Au lieu d’avertir la société sur le seul ennemi, le groupuscule de l’OMPI, ils vont placer le nom de l’OMPI à côté de la l’illusion monarchiste, dans le souci de ne pas mettre en évidence l’OMPI !

Un ami a même fait référence à une réunion au cours de laquelle M. Alavi, le ministre du Renseignement (VEVAK), a donné « une directive à tous les médias pour qu’à chaque fois qu’ils veulent avertir au sujet du danger des monafeghine, ils s’avisent de les mentionner à côté des monarchistes ou de Reza Pahlavi, pour que l’OMPI ne soit pas mis en évidence dans l’esprit de la jeune génération ! »

La tactique du brouillage est allée jusqu’à faire dire, le 3 octobre 2018, au général Yahya Rahim Safavi [ancien commandant en chef des pasdaran], malgré sa sagesse incomparable, sous l’influence de la propagande des amis du système : « Les Américains cherchent à semer le trouble dans la société iranienne et pour cela misent à unir l’OMPI et les monarchistes. » (3 octobre 2018).
Or, ces amis qui ont cette conception des choses, ont-ils pensé aux conséquences de cette approche ? Cette méthode de brouillage ne risque-t-il pas de réduire la menace potentielle de l’OMPI dans l’esprit des partisans de la république islamique ?

Avez-vous oublié que le Guide suprême lui-même, au sujet des émeutes de 2018, a déclaré le 9 janvier 2018 : « Un triangle était actif lors de ces incidents. Ça ne date pas d’aujourd’hui. C’était organisé et le pion de cette (rébellion) c’était l’OMPI. Ils se préparaient depuis des mois, ils s’organisaient depuis des mois. »

L’Imam Khomeiny n’avait-il pas dit explicitement en 1981 que l’ennemi n’est ni les États-Unis, ni Israël, mais l’ennemi est ici même, tout proche, l’organisation des monafeghine. Alors, si nous prenons l’Imam Khomeiny et le guide suprême comme références, pourquoi dans notre littérature nous ne montrons pas avec précision et clarté aux partisans de la révolution : qui est le véritable ennemi ? Pourquoi nous ne crions pas de manière courageuse mais aussi responsable, que l’ennemi qui cherche notre chute c’est l’OMPI et nul autre ! Donc, donnons-nous la main tous ensemble pour combattre cet ennemi maléfique.

Pourquoi, sous prétexte de brouillage, mettons-nous inutilement le nom de Reza Pahlavi, qui n’est qu’« une allumette sans danger » pour le système, aux côtés de l’ennemi principal, l’OMPI, qui cherche notre chute? Et alors que nos partisans continuent avec cette mauvaise méthode, Massoud Radjavi parle constamment des « Unités de résistance » et appelle à semer le trouble et à réaliser le renversement du système.

Alors que dans la guerre psychologique et médiatique, les partisans du système islamique sacré s’efforcent de ne pas «mettre en évidence l’ennemi», Maryam Radjavi adresse insolemment un message en ces termes à l’occasion de la nouvelle année scolaire : «L’ouverture des écoles et des universités donne une nouvelle impulsion aux soulèvements et aux mouvements de protestation, et contribuera à assiéger le régime pourri des mollahs… Levez-vous pour réaliser le soulèvement et la libération de notre patrie occupée par les mollahs. Il faut étendre les unités de résistance à toutes les écoles et universités du pays. »

Oui, l’ennemi est sérieux. Lui n’utilise pas la tactique de « brouillage » pour traiter avec nous. Il faut donc nous réveiller. Il faut lever les rideaux. Cessons la tactique néfaste de « brouillage ». C’est en montrant courageusement le flèche en direction du principal ennemi et c’est en donnant espoir aux partisans du système islamique que nous pourrons le préserver de la menace des Moudjahidine du peuple.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe