mardi, septembre 21, 2021
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxPanel en ligne - Des experts discutent du terrorisme d'État de l’Iran...

Panel en ligne – Des experts discutent du terrorisme d’État de l’Iran et de la politique de l’UE à l’égard de Téhéran

Un tribunal belge doit rendre son jugement sur les accusations de terrorisme portées contre Assadollah Assadi, un diplomate-terroriste du régime iranien, et ses complices le 4 février. Un panel d’anciens décideurs politiques européens et d’experts sur le recours au terrorisme par Téhéran se penche sur ce sujet lors d’un webinaire jeudi, discutant du message que l’Union européenne devrait envoyer à l’Iran à travers sa politique et des conséquences de l’adoption d’une position faible.

Assadi et ses co-conspirateurs – Amir Saadouni, sa femme Nasimeh Naami, et un troisième individu, Mehrdad Arefani – sont accusés de préparer un attentat terroriste contre un rassemblement annuel de l’opposition iranienne en 2018, ce qui laisse entendre qu’il dirigeait un vaste réseau d’espions et d’agents à travers l’Europe. Le rassemblement ciblé, organisé par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), s’est tenu à Villepinte, près de Paris. Selon les suspects arrêtés, la principale cible du complot était la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi.

Les procureurs belges ont exigé la peine maximale de 20 ans de prison pour Assadi pour tentative de meurtre terroriste et participation aux activités d’un groupe terroriste. Le tribunal pénal d’Anvers rendra son verdict le 4 février prochain.

Les participants discutent de la politique de l’Union européenne à l’égard de l’Iran. Cette page sera mise à jour avec les derniers propos et les derniers développements pendant la conférence.

Alejo Vidal-Quadras, ancien vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014

Alejo Vidal-Quadras s’exprime dans le panel en ligne

Le régime iranien est de nature répressive. Cela devrait faire de l’Iran une priorité absolue dans la politique européenne. Je conseille aux décideurs politiques de ne pas s’engager avec ce régime si vous voulez la paix et la stabilité dans la région, si vous voulez que les droits humains soient respectés en Iran. C’est le message clé que nous avons adressé aux décideurs politiques occidentaux. Ne vous engagez pas avec ce régime, car cela les encourage dans leurs violations des droits humains, leurs actes terroristes et leurs guerres par procuration. Au contraire, engagez-vous avec le peuple iranien qui souffre et avec l’opposition démocratique. Ce sont vos vrais amis, ceux que vous devez soutenir. C’est ce dont nous avons besoin pour la stabilité, la paix et les droits humains en Iran.

Nous avons été très critiques de la politique de complaisance envers l’Iran, simplement parce qu’elle ne fonctionne pas. Cette politique ne fonctionne pas, n’a jamais fonctionné, ne fonctionne pas et sera toujours contre-productive.

En ce qui concerne le jugement de l’affaire Assadi, nous avons décidé d’organiser cette conférence pour mettre les choses en perspective. Assadollah Assadi, l’ancien troisième avocat de l’ambassade iranienne à Vienne, est en prison et accusé d’avoir dirigé trois autres agents dans une opération de bombardement contre le rassemblement de l’opposition iranienne à Paris.

Heureusement, ce complot a été déjoué grâce à la coopération des gouvernements européens. Les dernières révélations du procès montrent que le couple irano- belge Nassimeh Naami et Amir Saadouni, qui a reçu la bombe directement d’Assadi, ont reçu l’ordre de placer l’engin explosif le plus près possible de la présidente élue du CNRI, Maryam Radjavi. J’étais assis très près de Mme Radjavi. Des personnalités politiques de premier plan étaient assises dans un espace de quelques mètres autour d’elle. Vous pouvez imaginer les conséquences si une telle attaque réussissait.

L’attentat aurait pu causer des centaines de morts. Les conséquences auraient été catastrophiques. Le procureur belge a fourni la preuve qu’Assadi a apporté un demi-kilo d’explosif TATP.

Assadi a apporté cet engin explosif sur un vol commercial de Téhéran à Vienne et l’a transporté dans sa valise diplomatique. Il a également apporté 22 000 euros en espèces pour payer les frais de l’opération. Assadi a donné des instructions au couple sur le fonctionnement et la détonation de l’engin.

Il y avait un troisième conspirateur dans l’événement. Comme on peut le constater, il s’agissait d’une attaque terroriste organisée par des professionnels. Toutes ces personnes risquent des peines de prison de longue durée. Les procureurs demandent des peines de 15 à 20 ans de prison. Sur instruction du régime, Assadi a refusé de comparaître devant le tribunal et prétend bénéficier de l’immunité diplomatique. Il est ironique qu’un tel criminel prétende avoir l’immunité diplomatique pour tuer des centaines d’innocents.

Assadi a également menacé le gouvernement belge et a déclaré que des groupes au Moyen-Orient pourraient exercer des représailles s’il était condamné. Un point d’intérêt majeur est la relation entre Assadi et la direction politique de l’Iran. Assadi n’est pas un terroriste véreux. Il fait partie du régime et au sommet de la hiérarchie se trouvent les autorités les plus importantes du régime.

Les procureurs ont déclaré que ces personnes ont reçu des instructions directement de Téhéran. Assadi est à la tête d’un réseau de terrorisme qui s’étend sur 11 pays européens. C’est la partie visible de l’iceberg.

Nous savons que le Guide Suprême, Ali Khamenei, le président du régime Hassan Rouhani et le ministre des Affaires étrangères toujours souriant, Mohammad Javad Zarif, étaient tous trois au courant de l’attaque, qu’ils ont tous les trois accepté l’attaque et qu’ils l’ont ordonnée. Si vous réfléchissez à cela, vous pouvez imaginer l’ampleur de cette attaque.

La justice belge rendra bientôt sa décision. Quelle que soit l’issue finale, nous devons attirer l’attention sur l’importance de cette affaire. Car il s’agit d’un son de cloche de l’Union européenne et des États européens. S’ils ne prennent pas cette question au sérieux, cela se répétera. S’il y a une autre attaque, elle pourrait réussir. Elle pourrait être d’une dimension plus importante. Tous ces gouvernements, et les gens du Service d’action extérieure, le Haut représentant, le Conseil, ils doivent être très attentifs au résultat de ce procès.

S’ils l’ignorent et continuent d’agir comme si de rien n’était, il y aura une autre attaque plus grave.

Giulio Terzi, ancien ministre italien des affaires étrangères

Giulio Terzi s’exprime dans le panel en ligne

Ce n’est pas un cas parmi d’autres, pas seulement un événement judiciaire. Il s’agit d’un tournant pour comprendre pleinement comment l’Iran et sa structure criminelle d’activités terroristes menacent l’Europe. C’est un régime qui est le premier État à soutenir le terrorisme et qui alimente les guerres au Moyen-Orient.

Lorsque Assadi a été arrêté par la police allemande, un carnet vert a été trouvé dans sa voiture avec des informations importantes sur son complot, ses actions et l’argent qu’il avait donné à différents agents inféodés en Europe. Assadi a effectué au moins 289 visites dans différents pays d’Europe. J’ai été diplomate et je dois dire que c’est une quantité incroyable d’activités. Il a rencontré des gens et les a payés en liquide.

Il faisait toutes ces activités sous le couvert de la diplomatie à Vienne. Seules quatre personnes ont été découvertes. Qu’en est-il des autres personnes de ce réseau qui restent en Europe ? Un réseau considérable de criminels attend des ordres pour mener des activités terroristes.

Cette affaire et la politique européenne suscitent de nombreuses questions. Comment l’Europe va-t-elle mettre fin à ces activités terroristes ? Si nous nous référons à l’histoire, il y a eu beaucoup d’actions terroristes sur le sol européen que le régime a niées en dépit d’une énorme quantité de preuves qui pointaient vers Téhéran. Comment l’Europe va-t-elle mettre fin à ces attaques terroristes contre les Européens et les réfugiés politiques ?

Les réfugiés politiques ont le droit d’être protégés contre les attaques des agents de Téhéran qui se trouvent dans les ambassades iraniennes. Les politiciens européens espèrent que la complaisance aveugle changera le comportement du régime. Les dirigeants européens croient-ils encore que le terrorisme, qui est le pilier de la politique étrangère iranienne, va disparaître de lui-même, comme un miracle ? Le public et les institutions européennes exigent de plus en plus une approche plus affirmée pour prévenir les activités terroristes de l’Iran.

Il suffit de continuer comme si de rien n’était. C’est le sentiment qu’ont développé de nombreux membres du Parlement européen. Avec une vingtaine d’anciens membres de gouvernements européens issus de 12 gouvernements, j’ai signé une lettre de propositions adressée au président de la Commission européenne, au chef de la politique étrangère de l’UE, Joseph Borrell, et à d’autres dirigeants de l’UE, et les ai exhortés à adopter des mesures fermes contre les activités terroristes du régime des mollahs.

L’UE n’a pas encore pris de mesures sérieuses. Elle vient de désigner deux personnes dans cette énorme affaire. L’UE poursuit ses activités comme si de rien n’était et n’a sanctionné que deux personnes. C’est inacceptable, car l’absence de mesures appropriées de la part de l’Europe a encouragé les mollahs à poursuivre leurs activités malveillantes. Le gouvernement iranien est convaincu qu’il jouit de l’impunité, quoi qu’il fasse en Europe.

Il y a des raisons évidentes pour que l’UE revoie son approche. Les relations entre l’Europe et l’Iran doivent être subordonnées à la prise de mesures concrètes par l’Iran pour mettre fin à ses activités malveillantes en Europe. Nous devons également adopter des mesures concrètes pour faire passer à Téhéran le message que nous sommes sérieux. Cela signifie la fermeture des ambassades iraniennes et l’expulsion des diplomates iraniens lorsqu’il existe des preuves évidentes d’activités terroristes.

Zarif est responsable de cette activité criminelle puisque la structure générale du ministère des Affaires étrangères est impliquée. Il y a un lien entre la tentative du gouvernement iranien de libérer Assadi et les exécutions et prises d’otages de ressortissants étrangers en Iran.

Ceux qui sont impliqués dans cette attaque, notamment les responsables iraniens, doivent être traduits en justice. Zarif doit être tenu pour responsable de son rôle dans cette attaque. Les Gardiens de la révolution (pasdaran) et le ministère iranien des Renseignements et de la sécurité (VEVAK) doivent être désignés comme des entités terroristes.

L’octroi de l’asile politique à ces agents et mercenaires doit être une ligne rouge. Il faut une approche ferme pour empêcher le chantage et la prise d’otages par le régime. Complaire avec ce régime, c’est comme nourrir un crocodile. Enfin, la course du régime iranien à la bombe nucléaire est aussi une course à l’utilisation terroriste. Il voudra mener des activités terroristes avec des armes de destruction massive. Cela devrait être fermement condamné par les dirigeants européens. L’idée de revenir à l’accord nucléaire et de lever les sanctions est folle et va à l’encontre de la sécurité du peuple européen.

Statement-by-former-European-ministers-26012021

Struan Stevenson, ancien eurodéputé représentant l’Ecosse (1999-2014), ancien président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak (2009-14), et président de l’intergroupe du Parlement européen « Amis pour un Iran libre » (2004-14)

Struan Stevenson s’exprime dans le panel en ligne

Nous devons réfléchir à l’histoire des décennies de complaisance de l’UE. Nous savons qu’Assadi est un agent du VEVAK. Il a utilisé la couverture diplomatique pour provoquer une attaque qui aurait pu tuer des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants. Assadi risque de faire l’objet d’autres accusations de terrorisme en Allemagne. Son carnet de notes contenait tous les détails de la bombe et l’argent qu’il avait versé à ses agents.

En tant que diplomate, vous ne pouvez pas effectuer des centaines de visites dans différents pays sans l’autorisation de votre ambassadeur. Et l’ambassadeur prend son commandement de Téhéran. Il ne fait aucun doute que ce complot a été ordonné par Khamenei, Rouhani, Zarif et le ministre du Renseignement Mahmoud Alavi. L’UE doit leur demander des comptes à tous. Mais l’Europe a fait preuve d’un silence assourdissant. Borrell n’a généralement rien dit.

Il s’est même engagé à préserver l’accord nucléaire lacunaire et a promis que l’Iran bénéficierait économiquement de la levée des sanctions par l’Europe. Lors de sa visite en Iran, Borrell n’a pas mentionné les violations des droits humains et n’a pas mentionné le meurtre de manifestants non-armés. La promesse d’une fin des sanctions était le message transmis par Borrell. Le signal envoyé aux mollahs était que pour l’UE, les questions commerciales, les droits humains ne le sont pas.

Borrell est peut-être un nouveau chanteur, mais c’est une vieille chanson. L’UE a envoyé un signal catastrophique à Téhéran en offrant concession après concession. Le procès d’Assadollah Assadi n’est que la partie émergée d’un immense iceberg terroriste. Le régime se sert de ses ambassades comme cellules terroristes pour les attentats à la bombe et les enlèvements.

Borrell a le devoir de protéger les citoyens de l’UE. Sa politique met nos citoyens en danger. Le silence de Borrell n’est pas acceptable. L’UE doit désigner les pasdaran comme une organisation terroriste et fermer les ambassades du régime.

Lorsque le verdict du diplomate terroriste sera annoncé, les yeux du monde entier seront tournés vers Borrell.

Paulo Casaca, ancien membre du Parlement européen originaire du Portugal

Les mollahs se sont appuyés sur le manque de courage politique et d’honnêteté des responsables des pays européens. Faisant partie des dizaines de milliers de victimes potentielles de l’attentat de Paris, je tiens à remercier les autorités belges pour le professionnalisme dont elles ont fait preuve dans le traitement de ce dossier.

Les mollahs ont eu recours à leur tactique habituelle de chantage. Ils prétendent maintenant que le chef de la cellule terroriste bénéficie de l’immunité diplomatique. Cette question a déjà été réglée en 2018 lorsqu’un tribunal allemand a déclaré que le suspect ne pouvait pas recourir à l’immunité diplomatique lorsqu’il était en voyage de vacances en dehors de son pays de service. Même s’il se trouvait à Vienne, il ne bénéficierait pas de l’immunité diplomatique pour des activités terroristes. Enfin, l’immunité diplomatique ne couvre pas le transfert de bombes sur les vols commerciaux. Et le régime lui-même a refusé l’immunité diplomatique lorsqu’il a saccagé l’ambassade des États-Unis à Téhéran après la révolution de 1979.

L’impunité du terrorisme qui a permis à l’Iran de semer la mort et le chaos dans le monde entier est le résultat d’une idéologie qui n’est en rien différente de celle des nazis. Il convient de noter que ces dernières années, l’Iran est le seul pays dont des pans entiers du gouvernement ont été désignés comme des entités terroristes par les autorités européennes.

Le Service européen pour l’action extérieure reste silencieux sur l’attaque odieuse de Téhéran contre l’Europe. L’Union européenne a récompensé le comportement agressif du régime en lui offrant un accord nucléaire renouvelé.

Les institutions européennes devraient renforcer l’unité européenne, faire respecter l’État de droit et assurer la protection des valeurs qui maintiennent nos pays ensemble, notamment la liberté et la protection contre le terrorisme. Elles ne doivent pas s’incliner devant les puissances terroristes étrangères qui veulent que nous nous inclinions devant elles. Le régime ne doit pas jouir de l’impunité en provoquant le terrorisme.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe