mercredi, octobre 20, 2021
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsPublication de l'acte d'accusation dans l'affaire Hamid Noury, bourreau du régime iranien,...

Publication de l’acte d’accusation dans l’affaire Hamid Noury, bourreau du régime iranien, par le parquet suédois (Rapport)

Rapport n°3 par la commission juridique du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)

Publication de l’acte d’accusation et des documents dans l’affaire Hamid Noury, bourreau du régime iranien, par le parquet suédois

• L’acte d’accusation du procureur : [Rouhollah] Khomeiny [le guide suprême du régime iranien de 1979 à 1988] a publié une fatwa ou un décret [à l’été 1988], déclarant que tous les détenus dans les prisons iraniennes qui étaient affiliés ou partisans de l’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran [OMPI / Moudjahidin-e Khalq (MEK)], et qui étaient fidèles à leurs convictions, devaient être exécutés. Peu après, les exécutions massives des partisans et sympathisants des Moudjahidine incarcérés dans les prisons iraniennes ont commencé.
• Les documents enregistrés auprès du procureur suédois et figurant dans le dossier de l’affaire, comprennent la liste des 444 prisonniers de l’OMPI ayant été pendus dans la seule prison de Gohardacht, un livre intitulé « Crimes contre l’humanité » contenant les noms de plus de 5000 Moudjahidine, un livre intitulé « Massacre des prisonniers politiques » publié par l’OMPI il y a 22 ans, qui comprend une liste d’un nombre considérable d’agents et d’auteurs du massacre, dont Hamid Abbasi (Noury), ainsi que les souvenirs d’un certain nombre de membres et de sympathisants de l’OMPI.
• Selon les documents du dossier, Heresh Sadegh Ayoubi, ex-mari de la belle-fille de Noury, a fourni à la police et à la justice suédoises des informations sur son voyage en Suède. Hamid Noury était censé résider au domicile d’Ayoubi. Ayoubi est le destinataire de la photo [selfie] de Noury prise à l’intérieur de l’avion et publiée par (Iraj) Mesdaghi. Mesdaghi a reçu toutes les photos de Sadegh Ayoubi.
• Selon Heresh, Hamid Noury s’était rendu à Francfort en octobre 2016 et en Suède en décembre 2017 et septembre 2018. Noury a été délibérément stoppé brièvement par la police suédoise lors d’un voyage en Suède en 2018 à l’aéroport d’Arlanda à Stockholm.
• Courriel de Noury envoyé à Mesdaghi depuis l’Iran dix mois avant son voyage en Suède, et sa façon particulière d’éviter de répondre aux questions des enquêteurs.
• L’unité des crimes de guerre (UCG) du service des opérations nationales (SON) de la police suédoise : l’adresse électronique d’Iraj Mesdaghi a été retrouvée sur le téléphone d’Hamid Noury et il a envoyé deux courriels à l’adresse électronique de Mesdaghi le 17 janvier 2019 (dix mois avant le voyage de Noury et son arrestation ultérieure en Suède).
• Interrogé sur le courriel de Noury, Mesdaghi s’est souvenu qu’il en avait reçu un !
• Noury à propos de son courriel à Mesdaghi : Je n’ai jamais utilisé d’e-mail. Mon fils avait créé un compte courriel pour moi, mais je ne l’ai jamais utilisé. Je ne sais même pas comment l’utiliser. Peut-être que quelqu’un l’a piraté. Des dizaines de groupes d’opposition ont été et sont opposés au gouvernement iranien en Iran. Le seul groupe qui a déclaré la lutte armée est ce groupe d’hypocrites [terme péjoratif utilisé par le régime iranien pour nommer l’OMPI]. Je vous ai dit des dizaines de fois qu’ils ont tué des milliers de personnes en Iran. Ce que Daech a fait, ils l’ont fait en Iran il y a 40 ans …
• L’officier enquêteur en réponse à Noury : Nous ne sommes pas concernés par ce que les Moudjahidine ont fait en Iran, nous enquêtons sur la façon dont ils ont été traités dans les prisons iraniennes.
• Hamid Noury (Abbasi) est un retraité des gardiens de la révolution.

Le ministère public suédois a publié son acte d’accusation contre Hamid Noury, un bourreau du régime iranien, ainsi que certains documents de l’affaire. La commission juridique du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) informe par ce communiqué nos compatriotes de l’acte d’accusation et des documents pertinents.

L’acte d’accusation

1. Les procureurs du tribunal de district de Stockholm ont émis un acte d’accusation contre Hamid Noury, un bourreau connu du régime iranien, après un an et neuf mois d’enquête. L’enquête a été supervisée depuis le début par la procureure générale, Kristina Lindhoff Carleson. L’acte d’accusation se lit comme suit
Peu après l’attaque du 26 juillet 1988, le guide suprême iranien, l’ayatollah Khomeiny, a émis une fatwa / un ordre selon lequel tous les prisonniers des prisons iraniennes qui appartenaient / sympathisaient avec les Moudjahidine et qui étaient fidèles / loyaux dans leurs convictions devaient être exécutés.
Peu de temps après, les exécutions massives de partisans / sympathisants des Moudjahidine qui étaient détenus dans les prisons iraniennes ont commencé.
Entre le 30 juillet 1988 et le 16 août 1988, Hamid Noury, en tant que procureur adjoint ou autre rôle similaire, en coopération et collusion avec d’autres auteurs à la prison de Gohardacht à Karadj, en Iran, a exécuté un grand nombre de prisonniers qui étaient membres ou sympathisants des Moudjahidine.
La participation de Hamid Noury aux exécutions a consisté à organiser et à participer aux exécutions avec d’autres, en accord ou en consultation, notamment en sélectionnant les prisonniers qui seraient présentés à une commission de type tribunal (comité) qui avait pour mandat, en vertu de la fatwa ou de l’ordre, de décider quels prisonniers devaient être exécutés. Noury a emmené ces prisonniers dans le couloir dit de la mort où il les a surveillés, a lu les noms des prisonniers qui devaient être amenés à la commission, a amené les prisonniers à la commission, a fourni des informations écrites et orales sur les prisonniers à la commission, a lu les noms des prisonniers qui devaient être conduits à l’exécution, a ordonné aux prisonniers de se mettre en rang pour être escortés jusqu’au lieu d’exécution et a également escorté les prisonniers jusqu’au lieu d’exécution, après quoi les prisonniers ont été privés de la vie par pendaison. Hamid Noury a également lui-même, à certaines occasions, assisté et participé aux exécutions.
En outre, Hamid Noury, en tant qu’assistant du procureur adjoint ou dans une autre position / rôle similaire, au cours de la même période et au même endroit, ensemble et en accord / consultation avec d’autres auteurs, a libéré un très grand nombre de prisonniers qui appartenaient à / sympathisaient avec les Moudjahidine, (y compris les personnes listées dans les annexes A et B), pour de graves souffrances. Ceci en infligeant une grave angoisse de mort aux prisonniers, ce qui doit être jugé comme de la torture et un traitement inhumain en amenant les prisonniers au comité et / ou en les amenant dans le couloir dit de la mort en attendant leur admission au comité et / ou en attendant la décision du comité et, le cas échéant, en les amenant au site d’exécution et en prenant des mesures préparatoires avant l’exécution.
L’implication de Hamid Noury dans la torture et les traitements inhumains a consisté en ce qu’il a, avec le consensus / la consultation d’autres individus, sélectionné les prisonniers à amener devant la commission qui déciderait quels prisonniers seraient exécutés, a conduit les prisonniers au couloir dit de la mort, a ordonné aux prisonniers de s’asseoir là et d’attendre, souvent plusieurs heures, à les surveiller, à lire les noms de ceux qui devaient être amenés devant le comité et à les faire entrer dans le comitén, à lire les noms des prisonniers qui devaient être conduits sur le lieu de l’exécution, à ordonner aux prisonniers de se lever pour être escortés sur le lieu de l’exécution et à y escorter également les prisonniers.
2. L’acte d’accusation se réfère au fondement judiciaire de l’affaire et indique :
Il est principalement allégué que les actes ont été commis dans le cadre ou en relation avec le conflit armé international entre l’Iran et l’Irak.
Hamid Noury a ainsi commis une infraction grave à l’article 147 de la IVe Convention de Genève en liaison avec l’article 75 et l’article 85 par lesdits actes, qui sont dirigés contre des civils bénéficiant d’une protection spéciale en vertu de la IVe Convention de Genève ou des principes généralement admis du droit international humanitaire, du Protocole additionnel I et des principes généralement admis du droit international humanitaire.
À titre subsidiaire, il est allégué que les actes ont été commis dans le cadre d’un conflit armé non international entre l’Iran et les Moudjahidine ou en relation avec un tel conflit.
Par ces actes, Hamid Noury a donc commis une violation grave de l’article 3 commun de la IVe Convention de Genève et des principes universellement reconnus du droit international humanitaire.

La violation du droit international doit être considérée comme grave car un très grand nombre de personnes ont été exécutées, torturées et soumises à des traitements inhumains sous des formes extrêmement cruelles.

3. L’acte d’accusation fait référence à l’exécution de prisonniers politiques non-OMPI et déclare :
Au cours de la période allant du 27 août 1988 au 6 septembre 1988, Hamid Noury, à la prison de Gohardacht (Raja’i Shahr) à Karadj, en Iran, en tant qu’assistant du procureur adjoint ou à un autre poste / rôle similaire, ensemble et de concert / en consultation avec d’autres auteurs, a intentionnellement privé de la vie un très grand nombre de prisonniers dont les convictions idéologiques / religieuses étaient jugées en conflit avec l’État théocratique d’Iran (y compris les personnes listées en annexe C ).

Les plaignants

4. L’acte d’accusation et le dossier contiennent des textes d’entretiens et des documents que des dizaines de membres et de sympathisants de l’OMPI ont présentés comme témoins ou plaignants lors d’entretiens avec le Bureau du Procureur. Les entretiens avec 16 membres de l’OMPI à Achraf 3 en Albanie ont été menés par vidéoconférence, et d’autres entretiens ont été menés soit en Suède en personne, soit dans d’autres pays par vidéoconférence. Ces personnes sont soit des prisonniers libérés ayant été témoins des crimes commis par Hamid Noury dans le couloir de la mort de la prison de Gohardacht lors du massacre de 1988, soit leurs compagnons de prison qui y ont été martyrisés lors du massacre.
5. Onze membres de l’OMPI d’Achraf figurent parmi les plaignants dans cette affaire, notamment :
a. Asghar Mahdizadeh, prisonnier politique entre 1981 et 1994.
b. Mahmoud Roya’i, prisonnier politique entre 1981 et 1991.
c. Hossein Farsi, prisonnier politique entre 1981 et 1993. Son frère, Hassan Farsi, membre martyr de l’OMPI, a été exécuté lors du massacre à la prison d’Evine. Hossein a été blessé dans l’explosion d’une bombe terroriste au camp Habib [dans la région frontalière entre l’Iran et l’Irak] en novembre 1999 et a perdu un œil. En août 2009, Achraf a été attaqué par les mercenaires de la Force Qods de l’IRGC et Hossein a été pris en otage avec 35 autres personnes. Après 72 jours de grève de la faim, qui ont mené les otages à deux doigts de la mort, le gouvernement fantoche du régime iranien en Irak a été contraint de les libérer.
d. Mohammad Zand, prisonnier politique entre 1981 et 1992. Son frère, Reza Zand, membre martyr de l’OMPI, a été exécuté lors du massacre de 1988 à Gohardacht. Mohammad a été gravement blessé lors d’une attaque au missile [terroriste] contre le camp Liberty en Irak le 29 octobre 2015, qui a entraîné le martyre de 24 membres de l’OMPI.
e. Majid Saheb-Jam, prisonnier politique entre 1982 et 1999.
f. Akbar Samady, prisonnier politique entre 1981 et 1991.
g. Hossein Syed Ahmadi, dont quatre membres de la famille ont été martyrisés par le régime des mollahs. Mohsen Syed Ahmadi a été martyrisé lors du massacre de 1988 à la prison de Gohardacht et Mohammad Syed Ahmadi a été martyrisé lors du massacre de 1988 à la prison d’Evine.
h. Syed Jafar Mir-Mohammadi, le frère du membre martyr de l’OMPI Aqeel Mir-Mohammadi, qui a été exécuté lors du massacre de 1988 à la prison de Gohardacht.
i. Mahnaz Meymanat, membre de l’OMPI, dont la mère, le conjoint et deux frères ont été martyrisés par le régime des mollahs et dont le troisième frère a disparu après quatre ans de prison. Son frère aîné Mahmoud Meymanat a été exécuté lors du massacre à la prison de Gohardacht en 1988.
j. Mehri Hajinejad, membre de l’OMPI, prisonnière politique de 1981 à 1986, dont les trois frères et le mari ont été martyrisés par le régime des mollahs. Ali Hajinejad a été exécuté lors du massacre à la prison de Gohardacht en 1988.
k. Khadija Barhani, prisonnière OMPI, dont les six frères, membres de l’OMPI, et sa belle-sœur ont été martyrisés par le régime des mollahs. Lors du massacre de 1988, Ahmad Borhani a été exécuté à la prison d’Evine, tandis que Mohammad Hassan Borhani a été exécuté à la prison de Gohardacht. Minoo Mohammadi, l’épouse du membre martyr de l’OMPI Mohammad Mahdi Borhani, a été exécutée à la prison de Qazvine pendant le massacre de 1988. Mohammad Mahdi a été martyrisé à la prison d’Evine sous la torture en 1982.
l. Hassan Ashrafian, prisonnier politique entre 1982 et 1993, qui a été interrogé par le procureur suédois à Achraf-3 [en Albanie] a également été déclaré comme témoin.

Documents
6. Voici quelques-uns des documents enregistrés auprès de l’autorité du procureur suédois comme faisant partie des documents de l’affaire :
a. Les noms et les coordonnées de 444 membres et sympathisants des Moudjahidine ayant été exécutés lors du massacre de 1988 à la prison de Gohardacht. Le nombre de personnes exécutées à Gohardacht est certainement plus élevé et cette liste ne comprend pas toutes les parties de la prison de Gohardacht. Il y a très peu d’informations disponibles sur les prisonniers de certains quartiers de la prison dans lesquels tous les prisonniers ont été exécutés, donc la liste de 444 personnes ne comprend qu’une partie de ceux que Hamid Noury a emmenés quotidiennement de leurs quartiers à la commission de la mort [pendant le massacre de 1988]. La liste comprend 19 femmes membres de l’OMPI, les autres étant des hommes. Les femmes de l’OMPI à Téhéran étaient essentiellement emprisonnées à la prison d’Evine, la plupart d’entre elles ont été exécutées pendant le massacre, et les femmes de l’OMPI qui se trouvaient à la prison de Gohardacht avaient été transférées de Kermanchah à la prison de Gohardacht cinq mois avant le début du massacre, et dont les véritables identités ne sont pas connues à l’heure actuelle. Cinquante-deux des martyrs avaient terminé leur peine de prison et purgeaient une peine supplémentaire (appelée « meli kesh »).
b. Un autre document est le livre « Massacre des prisonniers politiques », publié en 1999, qui contient une liste de 3210 martyrs, ainsi que des agents et des auteurs du massacre, dont Hamid Abbasi (Noury). Dans ce livre, le nom de Hamid Abbasi et son rôle dans les crimes commis sont mentionnés dans plusieurs cas.
c. Le livre « Aftabkaran » (5 volumes des mémoires de Mahmoud Roya’i depuis sa prison) publié en 2007, et le livre « Une galaxie d’étoiles » (Mémoires de Hossein Farsi) publié en 2008. Ces deux livres contiennent des références au rôle de Hamid Abbasi dans diverses sections.
d. Un autre document est le livre  » Crimes contre l’humanité – 30 000 prisonniers politiques massacrés en Iran  » en anglais, publié en août 2018 à l’occasion du 30e anniversaire du massacre. Ce livre contient une liste de 5015 prisonniers de l’OMPI qui ont été martyrisés lors du massacre de 1988. Il contient également de nombreux autres détails sur le massacre, notamment le contexte et les événements qui ont conduit au massacre, les villes où le massacre a eu lieu, ainsi que les directeurs et les auteurs des massacres, et [des informations sur] les fosses communes [des prisonniers exécutés]. Une ambiguïté dans ce livre, comme le montrent les tableaux des pages 54, 55 et 56, concerne l’identité réelle et le nombre effectif des martyrs, dont le nombre est beaucoup plus important que ce qui a certainement été mentionné. Par exemple, alors qu’il y avait au moins 150 prisonniers de l’OMPI dans la ville de Qom au moment du massacre, et qu’aucun d’entre eux n’a survécu, le nombre de noms de prisonniers exécutés qui est parvenu à l’OMPI depuis cette ville n’est que de huit personnes. Pendant la même période, selon un témoin oculaire, au moins 40 membres de l’OMPI ont été martyrisés dans l’un des quartiers de la prison de Semnan, mais le nombre total de martyrs à Semnan est de 29. Un autre exemple est celui de la prison Dastguerd à Ispahan, qui, selon Amnesty International, a été le théâtre de l’exécution quotidienne d’au moins 10 personnes, entre août et janvier 1989, mais le livre n’enregistre dans son tableau que 118 personnes exécutées.

Heresh Sadegh Ayobi

7. Le 15 novembre 2019, la Commission de la sécurité et du contre-terrorisme du CNRI a publié un enregistrement secret du tortionnaire Mohammad Moghise’i qui prouve comment Moghise’i a essayé de prévenir Hamid Noury, quelques jours avant le voyage de Noury en Suède et l’a averti qu’il serait arrêté. Moghise’i a souligné que la police, les services de renseignement et le tribunal suédois étaient déjà au courant de la localisation de Noury par l’intermédiaire d’un pilote iranien (mari de la belle-fille divorcée de Hamid Noury). Dans le clip audio, on peut entendre Moghise’i dire :
« Je lui ai dit (à Hamid Noury) de ne pas y aller. Je lui ai dit ce vendredi, n’y va pas. Il l’avait compris aussi, et il est venu me dire que ‘je serai probablement arrêté’. Alors j’ai dit : ‘Alors pourquoi tu y vas ?’ Il avait voyagé plusieurs fois, mais ils ne lui avaient rien fait. Chaque année, il y allait pendant 10 jours. Il a eu un désaccord avec quelqu’un, il a été poursuivi [en justice] pour ça. Je lui ai dit de ne pas y aller, pourquoi y aller. J’ai dit que c’était un complot. Ils vont vous attraper là-bas, ils vont vous arrêter. Il y a un pilote iranien, il a un problème familial avec une femme, il est divorcé. Il a dit au tribunal [en Suède] que Hamid Noury faisait partie du régime. Et ils l’ont cité et j’ai été surpris d’entendre que le tribunal a soulevé ces questions, et plus tard ce type a écrit dans son rapport qu’il [Hamid Noury] a fait partie de l’appareil d’oppression en Iran. Il s’agissait d’un différend familial, un couple qui était divorcé, et il était un intermédiaire dans leur mariage. Ils ont déjà un enfant. Hamid Noury a déclaré que le mari parlait négativement de lui au tribunal, et aux services secrets suédois. (Hamid Noury) était juste un employé, un employé, un membre du personnel, et mon chef de bureau. Il était membre du personnel du Tribunal révolutionnaire. Dans les années 1980 et avec les problèmes [que nous avions] avec les hypocrites (acronyme pour l’OMPI). Jusque-là, il était allé 10 fois à l’étranger et n’avait jamais rencontré de problèmes. Il se rendait régulièrement dans des pays étrangers et il n’y avait aucune interdiction. Lui et sa femme, une femme divorcée, avaient des désaccords. Ils étaient en famille avec la femme divorcée, et le mari est allé à la police et a dit que son beau-père est actif dans le régime [iranien]… »
8. Les documents de l’affaire montrent en détail l’authenticité des déclarations susmentionnées. Selon ces documents, le mari de la belle-fille de Hamid Noury, Heresh Sadeq Ayoubi, se trouve en Suède depuis longtemps et il est citoyen de ce pays. Il avait des communications actives avec l’appareil de renseignement et de sécurité du régime des mollahs et se rendait constamment en Iran. Il y a au moins deux interrogatoires [rapports] de la police suédoise dans son dossier. Un rapport d’interrogatoire téléphonique montre qu’il était déjà en contact avec la police et les autorités judiciaires suédoises au sujet de la visite de Hamid Noury en Suède et qu’en même temps, il avait planifié la visite de Hamid Noury en Suède. La date du document indique le 8 novembre 2019, la veille du voyage de Hamid Noury en Suède et de son arrestation à l’aéroport Arlanda de Stockholm.
9. Le rapport de police à cet égard est partiellement présenté ci-dessous. Ce document était à l’origine en suédois et le procureur a publié la traduction en persan au format audio:
 » Le procès-verbal de la séance d’interrogatoire avec Sadegh Ayoubi Heresh – témoin.
Interrogateur : Martin Stein
Date de l’interrogatoire : 08-11-2019
Interrogatoire par téléphone avec Heresh Sadegh Ayoubi

Heresh a été contacté à la date indiquée sur la base de l’information selon laquelle Hamid Noury arriverait à Arlanda le 9-11-2019 en provenance de Téhéran.
Nous avons été informés que Heresh a réservé et payé un billet aller simple pour le voyage de Hamid de Milan à Téhéran le 19-11-2019. Numéro de vol 713 à 11h45.
Le but de son voyage en Suède est de servir de médiateur entre Heresh et la femme qui est la mère de la fille de Heresh. Cette femme est la fille de Hamid, et son nom est Somayeh Alibeygi.
On demande à Heresh s’il sait où Hamid va résider pendant son séjour en Suède. Il dit que Hamid restera chez lui [domicile de Heresh]. Mais pour autant que Heresh le sache, Hamid sera dans les environs d’Upsala pendant son séjour en Suède, sauf qu’il se rendra certainement à Harsinkosh en bateau (?) car il le fait habituellement.
On demande à Heresh pourquoi il a pris un billet aller simple de Milan à Téhéran pour Noury et pourquoi il n’a pas pris le billet depuis Arlanda. Il répond que c’est parce que Hamid a un visa Schengen délivré en Italie.

10. Un autre interrogatoire de Heresh a eu lieu le 20 novembre 2019, dix jours après l’arrestation de Hamid Noury. Selon le rapport de police de cet interrogatoire, « Heresh connaît Hamid Noury par l’intermédiaire de sa fille [Somayeh Alibeigi]. Heresh a rencontré sa fille Somayeh Alibeigi lors d’une fête à Téhéran il y a environ huit ans… C’est alors que Somayeh lui a dit que si Heresh rencontrait un problème à un moment donné, elle connaissait un procureur qui pourrait annuler une condamnation à mort, par exemple, pour 100 millions de tomans iraniens. Elle lui a dit que ce procureur est un proche et qu’ils travaillent ensemble. Mais elle n’a pas mentionné de noms. Somayeh a contacté Heresh via Facebook et aussi par SMS en cas de questions urgentes. Par exemple, à Noël ou aux anniversaires pour des voeux. Au cours du mois de septembre 2016, Somayeh a contacté Heresh, lui demandant s’il irait un jour à Francfort, car elle voulait le rencontrer. Heresh s’est rendu à Francfort le 1er octobre 2016, et ils se sont rencontrés dans un hôtel de Francfort, appelé Frankfurter Hoff. Ils y sont restés du 1er octobre au 5 octobre. Somayeh a dit qu’elle était venue à Francfort parce qu’elle avait des affaires à régler avec le « procureur » [Hamid Noury]. En fait, ils avaient des « affaires » dans une ville appelée Fulda, qui se trouve en dehors de Francfort… Somayeh lui a expliqué qu’ils aidaient de riches Iraniens à l’étranger qui avaient perdu leurs biens immobiliers et leurs propriétés en Iran… Là, Heresh a découvert que le nom du procureur était Hamid Noury, mais qu’il était appelé par un autre nom à la prison d’Evine. »
11. Dans une autre partie de l’interrogatoire, il est dit : « Pendant leur séjour à Francfort, Somayeh est tombée enceinte. Lorsque cette affaire est devenue claire, Heresh a également voulu que Somayeh se fasse avorter. L’ami d’Heresh, Kambiz Babaei, qui était le directeur d’ « Aseman Airlines », a essayé d’aider Heresh et de faire en sorte que l’avortement ait lieu [après leur retour en Suède]. Il a également continué à convaincre Somayeh de se faire avorter. Mais Somayeh a refusé de le faire et elle est retournée en Iran […]. Le 5 novembre 2016, Heresh s’est rendu à Téhéran. Là, Heresh et Hamid Noury se sont rencontrés pour la première fois. Heresh a montré une photo sur son téléphone qui est la photo de Somayeh, ceci afin de vérifier la date exacte à laquelle cette photo a été prise, qui était le dimanche 6 novembre, lorsque cette rencontre a eu lieu … Noury a quitté le restaurant avant Heresh, et c’est à ce moment-là que Heresh a remarqué que Noury portait une arme sous son manteau, accrochée à sa ceinture … »
12. « Somayeh [dit à Heresh] que Noury n’était pas son vrai père. Son vrai père était le collègue de Noury avant, et il est mort il y a environ 16 ans (…) Pour montrer Hamid Noury et son collègue, le père de Somayeh, à Heresh. Heresh lit un document obtenu par l’intermédiaire d’un officier de police qui est actuellement dans le coma (pièce jointe 1). Heresh s’exclame : « Au nom de Dieu ». Il est respectueusement annoncé que Hossein Ali Beigi, numéro de certificat de naissance 0602807001, est un officier de renseignement de la police à la retraite à Téhéran et un gardien de la révolution, et le directeur des prisonniers de la prison d’Azar. » Heresh a également posé une question sur Hamid Noury, et il continue à lire ce document : « M. Hamid Noury, un gardien de la révolution à la retraite, avec le surnom d’Abdul Wahid Abbasi. « Occupation : Le chef des autorités pénitentiaires, des tribunaux révolutionnaires, et le procureur adjoint en prison. » (…) En réponse à cette question et à la police qui a fourni ces informations à Heresh, ce dernier ne veut pas révéler son nom. Le père de Heresh est maintenant décédé et le policier qui avait fourni l’information était un ami de son père. Le vrai père de Somayeh et Noury, travaillaient ensemble dans la même prison. Lorsqu’il a été hospitalisé il y a 17 ans, il a arrangé le mariage de Somayeh avec un directeur de banque, qui a ensuite été tué.
13. Selon un rapport de police tiré des déclarations de Heresh lors de cet interrogatoire, le ministère des renseignements « est en train de monter un dossier contre lui [Noury] en rapport avec sa double nationalité. Le rapport ne peut être imprimé pour des raisons de sécurité. Heresh explique que cela a à voir avec le code, lorsque quelqu’un se connecte et le policier qui a imprimé ce qu’il a vu sur l’écran de télévision. « Il y est écrit que la personne en question est Somayeh Ali Beigi, la fille d’Hossein ». « Le 26 novembre 2017, Noury est venu en Suède. A l’époque, il avait utilisé un autre passeport que celui qu’il a maintenant. Heresh possède également une copie des anciens passeports qu’il montre à l’interrogateur. Il souligne que Noury est allé à Francfort, à Naples et en Suisse avant d’arriver à Francfort en octobre 2016 […]. Noury a envoyé des copies de ce passeport à Heresh via son téléphone, afin que Heresh puisse lui acheter un billet de voyage pour le 26 décembre 2017. »
Selon le rapport de police de l’interrogatoire de Heresh, il dit : « Le numéro de téléphone de Noury est 00989121142605. Le numéro de téléphone de Heresh est 0722994000. Ils ont parlé au téléphone en utilisant ces numéros et via WhatsApp et Telegram.
Heresh montre également une vidéo que Noury a envoyée de l’aéroport lorsqu’il s’y trouvait. Heresh dit que Noury a deux numéros de téléphone. Noury a récemment supprimé un grand nombre de photos. Heresh montre une autre photo qui est la dernière photo et là, Noury est assis dans l’avion et en route pour la Suède et dit que l’avion est en retard parce qu’ils n’ont pas pu fermer la porte de l’avion (…)
Heresh dit que la fois où Noury est venu en Suède, du 2 au 9 septembre 2018, alors qu’il était sur le point d’entrer dans le pays, il a été stoppé par la police d’Arlanda [à l’aéroport]. Somayeh lui avait expliqué à ce moment-là que Noury avait essayé d’avaler la carte sim de son téléphone parce qu’il y avait des informations dans cette carte qui étaient confidentielles et ces informations concernaient des personnes qui ont des postes très élevés. Heresh répond à la question et dit que les deux autres fois où Noury est venu en Suède étaient le 26 décembre 2017 et le 2 septembre 2018. « Le but des visites de Noury en Suède cette fois-ci était qu’il voulait servir de médiateur entre Heresh et Somayeh ».

Heresh et Mesdaghi

14. Le rapport de police sur l’interrogatoire d’Heresh du 20 novembre 2019 indique que :
« Heresh dit que parce qu’il a été menacé par Noury pendant longtemps, il a commencé à se renseigner sur Noury sur Google. Il voulait savoir quel genre de personne il était. Il a fait cela le 8 août 2019. C’est alors qu’il s’est rendu compte que Noury s’appelait aussi Abbasi, et à ce moment-là, il a obtenu des informations en farsi grâce à Google. Et c’est alors que des choses terribles lui sont apparues clairement sur le passé de Noury. La personne qui a écrit sur Noury était Iraj Mesdaghi, qui vivait en Suède. Iraj était lui-même un prisonnier. Heresh a fait cela dans le cadre d’un conflit concernant la garde de son enfant pour montrer à quel point les personnes proches de Somayeh sont dangereuses. Heresh a essayé d’obtenir des informations sur Iraj Mesdaghi afin de pouvoir le contacter. Il a ensuite écrit une lettre à Iraj Mesdaghi et lui a demandé de témoigner de la dangerosité de Hamid Noury. Heresh a décidé d’utiliser ce témoignage pour un procès concernant la garde des enfants. Cette lettre a été envoyée aux alentours du 10 au 13 octobre 2019. Environ 3 à 4 jours plus tard, Iraj l’a appelé.
Heresh et Iraj se sont rencontrés le 17 octobre au centre Kista.
Iraj voulait voir une photo de Noury. Heresh lui a alors montré une vidéo que Noury lui avait envoyée le même jour, dans laquelle il expliquait à Heresh comment lui acheter un billet pour la Suède. Heresh a ensuite montré le film à l’interrogateur. Cette vidéo a été enregistrée à Téhéran (…)
Ils ont décidé que Heresh dise ne rien savoir et ne parle pas du tout de sa rencontre avec Iraj (…) ».

Courriel de Noury envoyé d’Iran à Mesdaghi 10 mois avant son voyage en Suède et son arrestation

15. Étonnamment, dans les documents publiés, il y a des courriels de Noury à Mesdaghi dix mois avant son voyage et son arrestation en Suède. Par exemple, la police suédoise a trouvé dans le téléphone de Noury un courriel du 17 janvier 2019 de Noury depuis l’intérieur de l’Iran à Mesdaghi. Ce courriel a été enregistré dans le fichier le 17 février 2020 comme suit :
« Unité opérationnelle de la police nationale pour les enquêtes sur les crimes de guerre.
Numéro de dossier : 5000- KO1391829-19
Cette information est liée à l’adresse [email protected] qui a été trouvée dans le téléphone du suspect (…) Le suspect a envoyé deux courriels à [email protected] depuis [email protected] Le 17/01/2019 à 21:45, il y a un email dans la section des brouillons du téléphone de [email protected] à [email protected] Ce courriel n’a pas de contenu ni de titre.
Le 17/01/2019 à 09:28, un courriel de la section des courriers envoyés a été envoyé à Hamid Noury à l’adresse [email protected] et a été envoyé à [email protected] Ce courriel n’a pas de contenu, mais le titre en persan indique « Hamid Nouri Abbasi ». En dehors des informations mentionnées, il n’y a pas d’autres informations sur ces courriels. »
Il se peut qu’il y ait eu d’autres courriels qui ont été supprimés ou qui n’ont pas encore été rendus publics.
16. Lors des interrogatoires menés au sujet de ce courriel, Mesdaghi et Noury ont tous deux complètement nié avoir échangé des courriels ! Le 23 avril 2020, Noury a été interrogé à ce sujet. En réponse à cette question, Noury a clairement perdu l’équilibre et a tenté de nier l’existence d’un tel courriel. Les parties de la question et de la réponse à cet égard, dont le clip a été publié avec la voix de Noury, sont les suivantes:
– Martin [agent enquêteur] : Pouvez-vous me donner votre adresse électronique ?
– A [Noury] : Je n’ai jamais utilisé de courriel. Je ne savais pas comment faire. Je n’avais pas du tout de courriel ou de Gmail. Bien sûr, mon fils m’a créé une adresse, mais je ne l’ai jamais utilisée. Peut-être une ou deux fois au cours des dix ou vingt dernières années, juste pour apprendre, mais je n’ai jamais appris. Donc, je ne l’ai jamais utilisé. Je ne sais pas du tout.

– Q : Nous avons trouvé l’adresse électronique dans votre téléphone.
– R : Oui. C’est ce que je dis.
– Q : [email protected]
– R : Oui, j’ai dit, .com Gmail. J’ai dit que mon fils me l’avait créée, mais je ne l’ai jamais utilisée …
– Q : C’est-à-dire, vous n’avez pas contacté par e-mail avec l’adresse [email protected] et la même adresse Gmail ?
– R : Jamais … Jamais
– Q : Voulez-vous dire que quelqu’un d’autre peut avoir accès à votre ordinateur et utiliser votre courriel et envoyer un courriel ?
– R : Qui ? Quelle année ?
– Q : Je vous pose une question. Est-ce que quelqu’un a utilisé votre ordinateur ?
– R : Je n’avais pas d’ordinateur du tout. Je n’avais qu’un téléphone portable. Je ne l’ai jamais utilisé. C’est impossible qu’ils l’utilisent.
– Q : Peut-être que quelqu’un a utilisé votre téléphone portable et a envoyé ce courriel?
– R : Peut-être que quelqu’un l’a piraté. Je n’en sais rien. Je ne pense pas que quelqu’un l’ait fait. Pendant cette période, je n’ai rien remarqué et c’est la première fois que j’entends cela. Peut-être que quelqu’un a fait un méfait, une conspiration dans cette affaire et veut fabriquer des preuves. Je dis fermement que je n’ai pas utilisé de courriel ou de Gmail, et que je n’ai eu aucune correspondance, aucun contact, aucun courriel, rien du tout avec cette personne. Rien du tout. S’il y a quelque chose, c’est une conspiration. S’ils ont quelque chose ou des preuves, ils feraient mieux de les présenter pour que je m’explique.
– Q : Votre téléphone a-t-il un code ?
– R : Quel code ?
– Q : Avez-vous un code pour allumer votre téléphone ?
– A: Il a ouvert mon téléphone portable lui-même. Vous avez extrait tout ce qu’il y avait dans mon portable. Vous avez montré tout ce qui était dans mon téléphone portable. Vous avez déjà extrait tout ce qui concerne ma vie. J’ai toujours peur que les photos de ma famille que vous avez extraites tombent entre leurs mains et que ma vie soit en danger. Vous avez déjà extrait tous mes documents. Le premier jour de l’interrogatoire, vous m’avez également dit que : si vous ne fournissiez pas ces codes, nous le découvririons nous-mêmes. M. Martin m’a dit que (…) si vous ne les fournissiez pas, nous irions les chercher. J’ai dit que ce portable est mon appareil personnel. (J’ai dit) S’il vous plaît, vous n’êtes pas autorisé à toucher à mon appareil personnel. Et je lui ai demandé de ne pas toucher à mon téléphone portable. Laissez-moi vous dire une chose très importante à propos de ce téléphone portable. M. Martin, M. Joachim, j’ai dit à plusieurs reprises que j’ai toujours été au courant des revendications de ce groupe au cours de ces dix, vingt, trente années où ils ont dit un nom similaire au mien. Et j’ai toujours dit que j’étais conscient qu’ils disaient de telles absurdités. J’avais lu et vu un nom semblable au mien. Même dans des fêtes ou des réunions, certains de mes amis m’ont dit qu’ils avaient utilisé un nom similaire au tien. Et d’autres …
– Q : Nous nous éloignons de la question. Bon ? Ma question est la suivante : Avez-vous un mot de passe pour votre téléphone portable ?
– R : Si c’était le cas, je ne m’en souviens pas maintenant, et si c’est le cas, c’est mon affaire personnelle.
– Q : Si vous vous en souvenez, nous avons dit que nous étions entrés dans votre téléphone portable et vous n’avez pas voulu dire quel mot de passe il avait. Je veux juste savoir si votre téléphone portable a un mot de passe ou un code ou pas du tout ?
– Martin : Voyons voir, nous avons perdu le fil de la question.
– Noury : J’ai expliqué que j’ai apporté un téléphone portable qui fait partie de ma vie, et comme je n’ai rien fait de mal, j’ai apporté mon portable. Dites-lui que pourquoi ne prêtez-vous pas attention à cette question importante ? Si je n’avais pas de portable avec moi, vous auriez dû vous douter qu’il y avait un problème.
– Joachim : Martin vous a demandé si votre téléphone portable avait un code pin ou pas, si vous pensez avoir répondu à cette question, nous devrions en rester là.
– Noury : J’ai répondu oui. Lors de la première réunion, je leur ai dit que ce téléphone portable est mon bien personnel. Vous n’êtes pas autorisés à y entrer. Il a dit, nous allons y aller et entrer. Puis il est entré et a tout extrait.
– Martin : Donc si nous voulons connaître votre réponse directe, c’est que votre téléphone portable avait un code pin.
– Noury : Est-ce que j’ai dit ça ? Je dis que vous n’avez pas le droit de vous connecter à mon portable. Mon portable est une propriété personnelle. Mais vous y êtes allés et vous l’avez découvert. Vous avez tout découvert.
– Martin : Il est dit que le 17 janvier 2019, à 1h45 du matin, un email a été envoyé à Iraj Mesdaghi depuis votre adresse email, qui est [email protected]
– Noury : C’est impossible. C’est impossible. Le 17 janvier 2019 ?
– Martin: Oui
– Noury : C’est quelle année dans le calendrier iranien ?
– Martin : De toute façon …
– Noury : Laissez-moi trouver sa conversion dans le calendrier iranien.
– Traducteur : Allez, c’était l’année dernière.
– Noury : La date basée sur le calendrier iranien est très importante ? 2019 ?
– Traducteur : Le 17 janvier.
– Noury : C’est quand dans le calendrier iranien ? Maintenant si… que ce soit 11.10… non c’est impossible du tout. C’est impossible. Pas question. Cent pour cent.
– Joachim : Laissez-le poser sa question.
– Noury : Ok
– Martin. Il était neuf heures et 45 secondes ou 45minutes.
– Noury. 9 heures et 45 secondes ou [minutes] ?
– Martin. C’était dans la nuit du 17 janvier 2019, ceux-ci ont des segments différents. Ce qui sort de la boîte aux lettres va à lui (Mesdaghi).
– Noury : C’est impossible.
– Martin : Il n’y avait rien dans l’email qui a été envoyé.
– Noury : Ha !
– Traducteur : Ce n’était même pas un sujet
– Noury : Je dis que c’est impossible. Monsieur Martin !
– Martin : attendez, attendez, attendez. Quelques minutes avant l’envoi de cet email
– Noury : Eh bien ?
– Martin : Quelques minutes avant l’envoi de cet email, à la même date, le 17 janvier 2019, mais à 21:28 [minutes].
– Noury : Dites-moi en calendrier iranien. Je ne le comprends pas.
– Martin : L’email a été envoyé à Iraj Mesdaghi et il n’y avait rien dans l’email.
– Noury : Pas du tout. Si vous le prouvez, je vais écrire à (…) tout ce que vous voulez (…)
– Martin : attendez.
– Noury : S’il vous plait.
– Martin : Le sujet de la lettre était « Hamid Noury Abbasi » écrit en persan.
– Noury : Je dis que c’est impossible. C’est impossible. Je dis que je ne sais pas du tout comment utiliser Gmail. J’ai demandé à mon fils de me créer une adresse électronique et je ne l’ai pas du tout utilisée pendant cette période.
(Il y a du monde, deux ou trois personnes parlent)
– Traducteur : Votre avocat veut… Ce n’est pas une question, il veut juste informer.
– Noury. Trouvez la date dans le calendrier iranien, peut-être que je peux trouver ce que c’est.
– Martin : C’est la même date. Le 17 janvier 2019
– Noury : Quoi ? La même date ?
– Traducteur : Le 17 janvier 2019
– Noury : Donc, sur la base du calendrier iranien, ce n’est pas le 17.1 maintenant. Nous sommes dans le quatrième mois maintenant.
– Traducteur : Non. La date précédente qu’ils ont dit.
– Noury : Eh bien, dites-le-moi dans le calendrier iranien pour que je puisse vous le faire savoir. Alors ici (en se référant) à Hamid Noury c’est faux. Le mien est O.U. Regardez ! Maintenant vous m’apportez mes (feuilles d’interrogatoire) elles sont toutes écrites NOU.
– Martin : Ce sont les choses qui ont été trouvées dans vos téléphones portables. Votre courriel a été utilisé. Regardez ! c’est l’adresse email. Vous croyez qu’elle est mal orthographiée ?
– Noury : Ecoutez, j’ai dit que mon fils m’avait créé une adresse électronique. Je ne l’ai pas du tout utilisée. Lors de la première réunion, j’ai dit que je ne savais pas du tout comment l’utiliser. S’ils découvraient sur mon téléphone portable que j’avais envoyé un courriel ou Gmail au cours de vingt ou trente ans. Je ne l’ai jamais utilisé. Jamais. Je dis catégoriquement. Parce que je ne sais pas du tout le faire. M. Martin, je ne vous mentirai jamais. Je vous l’assure à cent pour cent. Vous savez que je suis quelqu’un de courageux. Si j’avais envoyé ou parlé, je l’aurais dit. Je n’ai pas peur. Pourquoi devrais-je avoir peur ? Pourquoi devrais-je avoir peur ? Pourquoi je ne le dirais pas? C’est fini.
– Martin : Maintenant, si vous n’avez pas envoyé de courriel à Iraj Mesdaghi depuis cette adresse email, alors qui a pu le faire ?
– Noury: Que dois-je faire ? Je dis que je ne l’ai pas fait. Aucun courriel n’a été envoyé. Je ne suis pas du tout d’accord. Peut-être que quelqu’un a piraté le courriel. Lisez son message et voyez ce qu’il a dit. Si c’est mon téléphone portable, je dois avoir envoyé un courriel ou Gmail à quelqu’un d’autre. M. Joachim, M. Martin, je vous dis la vérité. Je n’ai jamais utilisé de courriel ou de Gmail et je ne sais pas comment l’utiliser. Je dis cela avec courage et confiance. Vous m’avez interrogé jour et nuit pendant six mois. Je ne vous ai pas encore menti sur un seul mot. Même si j’endure les conditions les plus difficiles dans cette prison. Il se trouve que je suis très désireux que vous découvriez enfin le cœur du problème. J’ai une question pour vous, répondez-y s’il vous plaît : Avez-vous seulement l’intention de me condamner ou voulez-vous découvrir la vérité ? Je leur demande de me dire honnêtement. La réalité ou ma condamnation ? S’ils disent cela, je leur explique.
– Noury : Jamais ! J’étais en train de donner la même explication quand ils m’ont interrompu. S’ils me le permettaient, je dirais quelques phrases de plus et je répondrais à la même question.
– Q : Maintenant, répondez directement à cette question : Avez-vous un code ou pas ?
– Noury : J’y ai répondu lors de la première session. Est-ce qu’ils s’en souviennent ? Lors des premières sessions d’interrogatoire, on m’a demandé. Est-ce qu’ils s’en souviennent ?
– Q : Non, peut-être. Je ne m’en souviens pas.
– Noury : Si, je m’en souviens. Je vais leur expliquer. Il a dit le code et (…) j’ai dit excusez-moi, c’est mon appareil personnel et vous n’avez pas le droit d’y toucher. M. Martin a également dit que nous allons nous-mêmes trouver le code. Et ils l’ont fait. Ils m’ont apporté beaucoup de documents et me les ont montrés. J’ai également dit qu’il n’y avait pas de problème. Laissez-moi vous dire un point très subtil, car vous êtes un policier. M. Martin, vous devez savoir que si j’avais commis la moindre infraction, si j’avais commis un crime ou si j’avais eu peur, je n’aurais pas apporté mon téléphone portable avec tout ce qu’il contient. C’est une question très importante. J’ai apporté mon téléphone portable même si je savais qu’ils avaient prononcé ce nom. Toutes les informations de ma vie sont dans mon téléphone portable. Vous avez tout extrait. Je vous promets que si vous ne les avez pas, je vous apporterai toutes les photos de chaque réunion que j’ai eue en Iran.
– Traducteur : toutes ? !
– Noury: Nous avons des photos de toutes les réunions que nous avons eues à Téhéran, avec des collègues, avec des amis de notre société. Si M. Martin le souhaite, j’apporterai toutes les photos des vingt ou trente dernières années. Chaque année, j’ai des réunions avec des amis de l’armée, de notre entreprise, du bureau, de la prison. S’il l’ordonne, je dis à ma famille de prendre les photos des vingt ou trente dernières années et de les remettre à l’ambassade. Comme vous le savez, je suis clean. Je ne serais pas venu dans l’Union européenne et dans les pays européens pendant sept ans si j’avais commis le moindre délit ou si j’en avais eu peur. Je vous dis tous les secrets que j’ai. Ils ont dit ces noms au cours des vingt ou trente dernières années. J’ai vu un nom comme le mien au cours de ces vingt ou trente années. Même mes amis de la réunion avaient l’habitude de me dire que Hamid, ils disent toujours un nom comme le tien. Mes amis m’ont même envoyé un message par téléphone portable disant : Hamid ! C’est quoi cette absurdité à propos d’un nom qui est similaire au tien ? Pendant ces dix ou vingt ans, mes amis me disaient parfois cela. Mais comme je ne mens pas, que je n’ai pas commis de crime, ou quelque chose de mal, je ne m’en souciais pas du tout.
– Martin : Oh … nous cherchons la vérité.
– Noury : Merci beaucoup. Gardez-moi pendant des années jusqu’à ce que la réalité devienne claire pour vous. Jusqu’à ce que ceux qui vous mentent et vous exploitent soient identifiés. Gardez-moi pendant des années. Je vous prouverai quelle est la vérité et quelle est la réalité. M. Martin, il y a eu une révolution en Iran. La République islamique y a été instaurée il y a 41 ans. M. Martin, M. Joachim, il y a eu et il y a encore des dizaines de groupes et d’individus qui sont contre le gouvernement iranien. La question est très importante, je le répète. M. Martin, le seul groupe qui a pris les armes et déclaré une lutte armée contre le gouvernement iranien est ce même groupe des Monafeqin (Moudjahidines (MEK)), le seul groupe. M. Martin, la question est très importante. Le seul groupe qui a pris les armes est ce groupe. M. Martin, pour une fois, regardez la vidéo de leurs crimes, obtenez-la au moins de l’ambassade, regardez-les simplement. Je vous ai dit des dizaines de fois que ces gens ont tué des milliers de personnes en Iran. M. Martin, avez-vous entendu le nom de DAESH (ISIS), avez-vous entendu le nom d’ISIS ? L’avez-vous entendu?
– Martin : Oui
– Noury : Ce que ISIS a fait cette année ou ces deux, trois dernières années, partout dans le monde, ils l’ont fait en Iran il y a quarante ans, M. Martin.
– Traducteur : Vous avez dit il y a quarante ans ?
– Noury : Oui. Je vous demande de vous asseoir et de regarder la vidéo une seule fois. Je vous dis qu’ils se sont attachés des bombes, ils ont tué cinq imams de la prière du vendredi, ils les ont éliminés. Vous ne faites pas du tout attention. M. Martin, ISIS a tué des gens vivants et les a incendiés. Avez-vous vu ses films ? M. Martin, M. Joachim, en 1960, il y a trente-neuf ans, ils ont torturé trois gardes et les ont enterrés vivants, et ils les ont enterrés dans la tombe. Vivants. Il y a un clip. Regardez une fois. Regardez juste une fois.
– Traducteur : Quelle année ?
– Noury : en 1981, ils ont dépecé trois gardes. Quand on les a sortis de la tombe, leurs corps étaient chauds. Si vous me comprenez, vous saurez que ce sont des criminels dans votre pays. Je suis entré dans votre pays légalement. Voici le groupe. M. Martin, si vous répondez à cette question dans votre pays, comment réagiriez-vous face à un groupe déclarant la guerre à votre gouvernement ? Que feriez-vous M. Joachim ?
– Martin : Maintenant, nous n’enquêtons pas sur ce que les Moudjahidine ou les hypocrites ont fait en Iran ou contre l’Iran. Nous enquêtons sur la façon dont ils ont été traités dans les prisons iraniennes.
– Noury : M. Joachim, je comprends. Je veux m’assurer de votre connaissance des plaignants et des témoins afin que vous connaissiez leur caractère. M. Martin, il y a un proverbe en Iran. Veuillez l’écrire. Il y a un proverbe iranien qui dit : Que ferait aux autres celui qui commet l’adultère avec sa mère ? Ce proverbe répond à vos questions. Parce que je veux que vous vous souveniez de ce proverbe : Que ferait aux autres celui qui commettrait un adultère avec sa mère ?
– Martin : Attendez, nous nous éloignons du sujet, nous arrivons à la fin.
– Noury: C’est très important. Je dois l’expliquer. Je vous ai parlé du proverbe. Laissez-moi vous dire ce qu’il signifie. Cela signifie que celui qui n’a pas pitié de sa propre mère n’aura pitié de personne. C’est-à-dire que celui qui attaque son propre pays, pose des bombes, tue des gens, collabore avec un autre pays, attaque son propre pays, Dieu sait ce qu’il fera des autres pays s’il prend le pouvoir. Dieu sait. Voilà le sens. Est-ce que je vous ai fait comprendre ce que je voulais dire ?
– Martin : Oui
– Noury : Merci beaucoup pour l’opportunité que vous m’avez donnée. Est-ce que vous me laisserez-vous poser d’autres questions ?
– Martin : Nous devons terminer.

____________________________________________

17. Mesdaghi est interrogé au téléphone le 30 mars 2020 sur cette affaire. Il répond qu’il ne se souvient pas d’une telle chose. Le document indique :
Information fournie par: Martin Stein
Date: 30/03/2020
Cette information concerne un courriel que Noury a envoyé à Iraj Mesdaghi.
À la date susmentionnée, Iraj Mesdaghi est contacté pour cette note pendant le service, qui a été rédigée au préalable et concerne l’analyse du téléphone de Noury. Noury avait envoyé un courriel à l’email d’Iraj Mesdaghi depuis son propre email, [email protected]
La question posée à Iraj est de savoir s’il se souvient avoir reçu un courriel de Noury. Cependant, Iraj Mesdaghi ne se souvient pas d’avoir reçu un courriel de Noury ».

Convocation de Mesdaghi à (la prison d’) Evine par Noury et la promesse de coopérer
18. Contrairement aux autres prisonniers libérés qui n’avaient plus rien à voir avec le bourreau Noury, Mesdaghi a été convoqué par Noury six mois après sa sortie de prison. Un rapport de la police sur l’interrogatoire de Mesdaghi le 14 novembre 2019 indique : « Chaque semaine, il (Mesdaghi) devait se rendre au ministère du Renseignement pour se présenter et être interrogé et signer un papier. Sa femme s’est rendue à cet endroit chaque semaine pendant cinq ans. Au bout de six mois, Abbasi (Noury) a appelé le numéro du domicile d’Iraj et a dit à sa mère qu’il devait retourner à la prison d’Evine. Sa mère a été très effrayée à ce moment-là. Elle ne savait pas ce qui allait se passer. Iraj ne savait pas pourquoi il devait y aller, mais il l’a fait quand même. Il s’est rendu au bureau du procureur de la prison d’Evine. On lui a bandé les yeux et on l’a emmené dans un amphithéâtre, où il y avait un grand nombre de prisonniers. Des prisonniers ordinaires et des prisonniers politiques. Il a vu un grand nombre de prisonniers et Abbasi (Noury) qui était sur la scène. Abbasi a demandé à Iraj pourquoi il avait été arrêté, bien qu’il en connaisse la raison. On lui a demandé quel était son acte d’accusation et s’il était prêt à collaborer. Iraj a répondu qu’il allait collaborer. Il obéit à la loi et n’a pas d’activité politique. Selon Iraj, c’est ce que l’on entendait par collaboration. Abbasi demande également ce qu’il pense des Moudjahidine, et Iraj répond qu’il ne les aime pas et qu’il n’a aucune activité politique. Tout le monde avait peur d’être à nouveau arrêté. Mais ils l’ont laissé partir ».

Mesdaghi, un agent agissant contre l’OMPI

19. Le 17 décembre 2019, moins de 40 jours après l’arrestation de Noury, l’avocat de Nima Rostami, un résident en Suède, a écrit une lettre à la procureure de cette affaire, Kristina Lindhoff Carleson, qui a été jointe au dossier de l’affaire. Avec sa lettre, l’avocat de Rostami a également joint de nombreux liens vers des clips vidéo de Mesdaghi et y a fait référence à plusieurs reprises. Certains passages de la lettre se lisent comme suit :
« Il [Mesdaghi] a récemment calomnié d’autres plaignants, des avocats de plaignants et des militants. Il insulte pendant des heures tous ceux qui veulent s’impliquer dans cette affaire et croit que ceux qui veulent porter plainte dans cette affaire, et pour pouvoir le faire, doivent passer par lui et par l’avocat qui travaille avec lui… Il parle de manière désobligeante dans mon affaire, dans laquelle j’ai parlé à 14 plaignants. Le clip est rempli de remarques désobligeantes sur diverses personnes qui tentent d’attirer l’attention sur l’arrestation et le procès de Noury (…) Si Noury avait un avocat vigilant, il aurait pu facilement utiliser ce matériel contre les procureurs et les plaignants (…) Les remarques de Mesdaghi sont considérées par beaucoup comme un scénario effrayant dans lequel personne d’autre que Mesdaghi ne peut présenter un rapport. Toutes les autres personnes qui tentent de le faire ne sont que des hypocrites impitoyables et inconscients. Une fois de plus, Mesdaghi jure et crie contre presque tout le monde et contre ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont porté leur attention sur le cas de Noury.
Il en veut à quiconque prétend avoir quelque chose à voir avec l’affaire, affirmant qu’il contrôle toute l’affaire et tous les témoignages qui s’y rapportent.
Iraj dit que Massoud Radjavi, qui est vivant et dirige les Moudjahidine, a dit du mal de lui. Les Moudjahidine sont de connivence avec le gouvernement iranien et veulent aider Noury. Iraj cite des exemples de la façon dont Radjavi a aidé le gouvernement iranien au fil des ans. Iraj dit que Radjavi, en tant que leader des Moudjahidine, a interdit à ceux qui ont été influencés par Noury de témoigner contre lui. Iraj cite une vingtaine de personnes qui sont des Moudjahidine de Radjavi. Il dit qu’ils ont du sang sur les mains ».
20. Selon les documents, dans le cas de Mohammad Khodabandeh-Loui (prisonnier politique de 1981 à 1991) qui est l’un des témoins dans l’affaire, il a été interrogé par la police judiciaire le 21 octobre 2020. Il a pointé du doigt et protesté contre les commentaires méprisants de Mesdaghi. La police judiciaire lui a demandé de lui envoyer le document original. Le compte rendu de ce document est consigné dans le dossier comme suit :
« Le 23.10. 2020, Khodabandeh-Loui envoie l’adresse de l’intégralité du programme YouTube, soit un total de 4 heures et 45 minutes. Dans ce courriel, Khodabandeh-Loui dit que la partie qu’il nous a montrée pendant son interrogatoire se situe entre 30 et 35 minutes dans ce programme. Vous trouverez ci-dessous l’adresse de ce programme sur YouTube.
Le 27 octobre 2020, Omid Farhand [traducteur officiel] a écouté cette émission et les minutes entre 30 et 35. Vous trouverez ci-dessous un résumé de ce qui y est dit, qui n’est pas exact et mot pour mot. Iraj dit que tous ceux qui se sont échappés du couloir de la mort trahissent le sang des autres détenus. Il nomme quatre personnes vivant actuellement en Albanie qu’il considère comme des traîtres. Il s’agit de Hossein Farsi, Mahmoud Royaei, Akbar Samadi et Reza Sarvand. Et ils veulent que l’affaire Noury soit rejetée et échoue. Il y a des traîtres à l’extérieur du pays. L’un d’entre eux est Nasrollah Marandi. Et aussi Gholamreza Shemirani et aussi Mohammad Khodabandeh-Loui. En ce qui concerne Khodabandeh-Loui, c’est un traître qui se tait aujourd’hui.
Il a été battu et rendu aveugle par Lashkari et Noury et un certain nombre de gardiens de la révolution alors qu’il faisait du sport. Aujourd’hui, Massoud Radjavi veut influencer le peuple pour que l’aveugle n’ose pas se plaindre et tente, avec d’autres traîtres, de libérer son tortionnaire. Iraj nomme ensuite un certain nombre de personnes qui se trouvent en Albanie ou ailleurs et qui ont été empêchées de témoigner par l’organisation. Iraj dit que l’organisation Radjavi coopère avec les agents du régime. Iraj dit que ce n’est pas la seule chose dont il va parler, mais sur qui sont les partisans de Noury à l’étranger et comment le régime influence l’affaire. Iraj dit qu’il est pleinement conscient et qu’il expliquera tout cela le moment venu. »

Commission juridique du Conseil national de la résistance iranienne
Le 27 juillet 2021

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe