mercredi, mai 18, 2022
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxRapport exclusif : Le plan de censure d'Internet du régime iranien et...

Rapport exclusif : Le plan de censure d’Internet du régime iranien et ses conséquences

Rapport exclusif : Le plan de censure d'Internet du régime iranien et ses conséquences

Selon les médias officiels iraniens, le Majlis (Parlement des mollahs) est sur le point d’adopter un « projet de loi sur la protection » d’Internet, qui restreindra davantage Internet et les libertés en ligne dans le pays.

Ce projet de loi, officiellement intitulé « Protection des droits des utilisateurs du cyberespace et réglementation des principaux services en ligne », perturbera l’accès des citoyens aux services internationaux, principalement les médias sociaux, et permettra à l’appareil de sécurité du régime de contrôler les passerelles Internet afin d’intensifier la répression de la dissidence.

Dans son discours du 20 juillet 2021, le Guide Suprême des mollahs, Ali Khamenei, a exprimé sa crainte totale des médias sociaux, décrivant la nécessité de les contrôler comme la « tâche importante à accomplir » pour son régime. Il a ajouté que les responsables devaient y prêter attention en tant que « question clé ».

« Le cyberespace et les médias sociaux échappent à notre contrôle. C’est un [problème grave]. Les médias sociaux ne devraient pas être utilisés comme [les gens] le souhaitent. Comme l’eau, ils doivent être canalisés correctement. D’autres personnes gèrent désormais les médias sociaux, et nous ne devons pas rester sans rien faire », a déclaré M. Khamenei, selon l’agence de presse Tasnim, un organe affilié à la force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran).

« L’ennemi a pris une formation de combat à travers les médias sociaux. Le [régime] devrait également prendre sa propre position et se préparer », a laissé entendre M. Khamenei.

D’autres responsables du régime ont exprimé des craintes similaires. « C’est comme si l’on donnait [les médias sociaux] à l’ennemi pour qu’il puisse mener des opérations psychologiques dans le cadre de la guerre économique », a déclaré le général de brigade Gholamreza Jalali, chef de l’Organisation de défense civile du régime, à l’agence de presse publique ISNA en mars 2021.

Deux grandes manifestations nationales ont ébranlé les fondements du régime en 2018 et en 2019. Les manifestants ont appelé au changement de régime et à la démocratie. Lorsque le régime a commencé sa répression violente, les journalistes citoyens et le réseau social de la principale opposition iranienne ont rapidement diffusé les nouvelles des actions vicieuses du régime et les appels du peuple à la démocratie adressés à la communauté mondiale. En outre, les manifestants et l’opposition ont utilisé les médias sociaux pour organiser d’autres manifestations.

Le régime iranien a dû imposer une restriction d’Internet pour empêcher de nouveaux soulèvements et stopper le flux de nouvelles et d’informations vers le monde extérieur.

Manifestations en Iran : Un soulèvement national en Iran – novembre 2019

Les Iraniens de tous horizons utilisent les médias sociaux pour organiser des protestations quotidiennes en raison de l’exacerbation des malheurs économiques et sociaux.

Ces dernières années, malgré la vaste campagne de diabolisation du régime contre la principale opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), des milliers de jeunes ont rejoint le réseau des unités de Résistance de l’OMPI. Les unités de Résistance de l’OMPI ont fait voler en éclats l’atmosphère de répression et de terreur instaurée par le régime en menant des opérations quotidiennes audacieuses au nez et à la barbe des agents déclarés et secrets des mollahs.

« Les membres de l’OMPI, présents dans la capitale d’un pays européen, sont occupés nuit et jour à créer une ambiance contre la République islamique sur Twitter, Instagram et Telegram », a déclaré en mai 2019 le général Ebrahim Golfam, adjoint culturel à l’état-major des forces armées du régime.

Ainsi, en adoptant le nouveau projet de loi visant à restreindre l’accès à Internet, le régime entend empêcher la chute de la théocratie au pouvoir. Cela aura également de graves conséquences économiques pour des millions d’Iraniens qui gagnent leur vie grâce aux médias sociaux, en particulier pendant l’aggravation de la crise du Covid-19.

Pour environ plus d’un million d’Iraniens, les plateformes de médias sociaux telles qu’Instagram, Telegram et Twitter servent d’entreprises virtuelles. Le projet de loi proposé exige que les entreprises technologiques internationales aient un représentant légal en Iran, afin de coopérer avec Téhéran pour renforcer la surveillance en ligne.

Les entreprises qui hébergent des applications de médias sociaux non enregistrées en Iran s’exposeraient à des sanctions. Des millions d’Iraniens doivent soit se tourner vers des plateformes affiliées au régime et risquer leurs libertés fondamentales, soit s’enfoncer encore plus dans la pauvreté.

L’ancien ministre des Technologies de l’information du régime, Mohammad Javad Azari Jahromi, a reconnu que le projet de loi restreint l’accès à l’information et conduit à une interdiction totale des applications de messagerie populaires.

Dans une lettre adressée à Reza Taghipour, président de la Commission conjointe chargée d’examiner le « projet de loi sur la protection », le Centre de recherche du Majlis a mis en garde contre les conséquences économiques et sociales de l’adoption de ce projet.

Selon le Centre de recherche du Parlement du 31 décembre 2021, l’impact négatif du projet de loi sur l’économie numérique provoquera un exode important des capitaux tout en encourageant la corruption et les détournements de fonds. Il ajoute que le projet de loi « portera un coup irréparable aux petites entreprises en ligne » tout en augmentant le taux de fuite des cerveaux et en aggravant les griefs de la population à l’encontre du régime en place.

Qui est derrière le « projet de loi sur la protection » ?

Si l’objectif ultime du régime est la censure et le contrôle d’internet, certaines institutions et personnes sont directement concernées et tireront profit du projet de loi dit de « protection ». Il s’agit notamment de : « Institut de recherche sur la culture et l’art islamiques », « Institut de recherche sur la culture et la pensée islamiques », « Centre d’études stratégiques profondes » et « Institut de recherche et d’explication du discours de la révolution islamique ».

Ces entités reçoivent des budgets du gouvernement, mais sont des institutions privées sous le contrôle des pasdaran et de Khamenei. L’Institut de la culture et de la pensée islamiques reçoit à lui seul 293 trillions de rials du budget général 2022-2023. Parallèlement, la part de l’Institut de recherche sur le cancer de l’Université de Téhéran dans le budget 2022-2023 est de 50 milliards de rials.

Le népotisme et la corruption jouent également un rôle. Abbas Moradi, Sina Kalhor, Massoud Fayazi et Ruhollah Momen sont des personnes notables et des proches de responsables du régime à l’origine de cette mesure. Ils font la promotion des « plateformes nationales de médias sociaux ».

Massoud Fayazi, superviseur scientifique de l’examen du projet de loi, n’a aucune formation en informatique. Il a déclaré à la télévision officielle que « l’ère du filtrage des médias sociaux est révolue » et que le régime devrait plutôt « établir une réglementation de base pour les services Internet. »

En forçant les plateformes internationales de médias sociaux à quitter l’Iran, des entreprises comme Sharif Amid Computer Company vont s’emparer du marché. Cette société est dirigée par Maryam Zakani, fille du maire de Téhéran, Alireza Zakani, et son mari Hossain Heydari. Heydari travaille également pour Arsh Ideographer Company, une autre société de développement d’applications, dont l’application la plus connue est « Rubika ».

Actuellement, les fournisseurs de services iraniens permettent aux utilisateurs de télécharger cette application gratuitement. Cependant, il y a des spéculations selon lesquelles, une fois que les plateformes de médias sociaux comme Telegram auront été expulsées d’Iran, Rubika passera à un modèle d’abonnement payant.

Une autre application dite nationale est « Instagram Plus ». Lors d’un débat télévisé le 31 juillet 2021, Abbas Mordai, un autre planificateur du « projet de loi sur la protection », a reconnu que « sur Instagram Plus, nous aurons des services bancaires en ligne. » « Les propos de Moradi ont ravivé l’expérience amère des précédentes tentatives de produire des copies locales de plateformes de médias sociaux comme Golder Telegram, ou de moteurs de recherche. Ces actions ont abouti à la dilapidation de millions de dollars de la richesse du pays », a rapporté le quotidien officiel Hamshahri le 2 août 2021.

Citant Nima Namdari, membre du conseil d’administration de Tehran Computer Guild System, Hamshahri écrit que l’adoption du plan de protection d’Internet entraînera un « détournement de 10 000 milliards de rials [équivalent à 35 millions de dollars sur la base du taux de change actuel du marché libre] ».

« Selon ce plan, 10% des actions des entreprises privées fournissant des services de télécommunication seront fournies au ministère des Communications pour développer des applications de remplacement pour les plateformes filtrées. Si le ministère des Communications n’atteint pas cet objectif, ce crédit sera remis au secrétariat du Haut Conseil du cyberespace », qui est contrôlé par Khamenei.

Comme d’autres décisions adoptées par le régime, la restriction d’Internet suscitera d’importantes protestations, un « cauchemar amer » déjà prédit par les médias officiels. « Alors que les Iraniens sont écrasés sous le poids de la pauvreté et que la Covid-19 a ruiné de nombreuses entreprises, le Majlis cherche à faire passer une loi [restreignant] Internet. Ce plan a choqué la société, car les Iraniens craignent la perte de leurs entreprises. Cela aura des conséquences », a rapporté le site officiel Khabar-e Fori le 1er décembre 2021.

Malgré l’ordre direct de Khamenei de contrôler les médias sociaux, ses députés triés sur le volet au Parlement hésitent. « Les questions les plus fondamentales sont laissées sans réponse dans notre pays en raison d’une mauvaise gestion. Alors nous demandons l’autorisation de nous immiscer dans la vie privée des gens et, sous prétexte de protection, de réduire le débit d’Internet et la bande passante », a déclaré un député, Ruhoallh Hazrat-Pour, le 14 novembre, selon l’agence de presse Khan-e Mellat.

Le régime est dans une situation très délicate. S’il adopte le projet de loi, il risque des protestations majeures de la part d’une population déjà en colère. Et s’il ne le fait pas, alors davantage de jeunes rejoindront l’OMPI, et les protestations deviendront plus organisées et plus fréquentes. C’est la définition même d’un régime désespéré dont les jours sont comptés parce qu’il n’a plus d’options et ne peut trouver aucun moyen de sortir des crises qui s’aggravent.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe