lundi, octobre 18, 2021
AccueilUncategorizedAugmentation du nombre d'exécutions en Iran au milieu de la crise du...

Augmentation du nombre d’exécutions en Iran au milieu de la crise du coronavirus

Le groupe des droits de l’homme, Iran Human Rights Monitor (Iran-HRM) a publié son rapport mensuel sur la situation des droits de l’homme en Iran. « Les autorités iraniennes ont exécuté 32 personnes, dont des délinquants juvéniles, des membres de minorités ethniques et des détenus en relation à la drogue », indique le rapport.
En avril 2020, alors que l’Iran et le reste du monde étaient aux prises avec COVID-19, le régime a eu recours à une répression accrue de la population.

Il a lancé une nouvelle vague d’exécutions, tuant au moins 32 personnes dans 14 villes, dont des mineurs délinquants et des minorités ethniques. Beaucoup de ceux qui ont été exécutés avaient participé aux manifestations contre les conditions de vie dans les prisons, en particulier à la lumière de la pandémie de Covid-19 et du fait que le régime ne leur a pas accordé de congé temporaire pour arrêter la propagation massive de la maladie dans les prisons.

Selon le groupe de défense des droits, le 11 avril, le régime a pendu le prisonnier politique kurde iranien Mostafa Salimi. Salimi, 53 ans, était parmi les quelque 80 prisonniers qui se sont évadés de la prison de Saqqez, dans la province du Kurdistan, à la suite d’une manifestation le 27 mars. Il a été arrêté de nouveau quelques jours plus tard.

Dans une autre partie de son rapport mensuel, Iran HRM a rapporté que le régime iranien avait exécuté une autre des personnes qui s’étaient évadées de la prison de Saqqez le 27 mars. Shayan Saeedpour a été emprisonné pour homicide involontaire après avoir tué quelqu’un dans une bagarre de rue alors qu’il n’avait que 17 ans au moment de son arrestation.

Amnesty International a déclaré que «son exécution était un acte de représailles de la part des autorités locales chargées de dissuader d’autres prisonniers de tenter des plans d’évasion similaires».

Selon Iran HRM, le 18 avril, ils ont exécuté Majid Esmailzadeh dans la prison d’Ardabil, il avait été condamné à mort pour un crime présumé commis avant l’âge de 18 ans, tandis que le 23 avril, Sina Mohammadi a été exécutée pour un meurtre qu’il aurait commis alors qu’il était mineur.

Le jeune délinquant Danial Zeinolabedin a été exécuté le 2 avril, après avoir été battu par des officiels de la prison de Miandoab, à la suite d’une manifestation à la prison de Mahabad le 28 mars.

Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a condamné les exécutions des enfants délinquants le 22 avril.

Les exécutions se sont poursuivies pendant le mois islamique du ramadan.

Le 21 avril, Shahram Baygan a été pendu à la prison centrale de Tabriz, sans que sa famille en soit informée. Il a été hospitalisé après avoir été roué de coups par des gardiens lors d’une manifestation contre les conditions de détention en mars.

Le 24 avril, les habitants de Baneh, Abdul Vahed Faizi et Ramyar (Payam) Mokhless ont été exécutés à la prison centrale de Sanandaj. Les Kurdes auraient été arrêtés pour meurtre. Le même jour, un membre de la minorité ethnique baloutche, Abul Baset Dahaniwas, a été pendu à Zahedan.

Fin avril, Soleiman Mirzayi et Vahed Rostamzadeh, 30 ans, ont été exécutés pour drogue dans les prisons de Borujerd et de Hamedan, respectivement.

Amnesty International a noté dans son rapport annuel sur la peine de mort que l’Iran avait le deuxième plus grand nombre d’exécutions dans le monde, soit un tiers des exécutions dans le monde. Elle compte également le plus grand nombre d’exécutions de mineurs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe