samedi, novembre 27, 2021
AccueilUncategorizedDes mesures supplémentaires sont nécessaires pour contrer la désinformation iranienne

Des mesures supplémentaires sont nécessaires pour contrer la désinformation iranienne

Des mesures supplémentaires sont nécessaires pour contrer la désinformation iranienne
Des mesures supplémentaires sont nécessaires pour contrer la désinformation iranienne

Des mesures supplémentaires sont nécessaires pour contrer la désinformation iranienne après les suppressions de Facebook

Facebook a récemment publié les conclusions de son rapport de septembre sur les comportements inauthentiques coordonnés et a révélé le dernier d’une série de suppressions massives de contenus trompeurs provenant d’Iran. Le rapport précise que 93 comptes Facebook et 194 comptes Instagram ont été supprimés pour avoir fait partie du réseau en question, ainsi que 14 pages distinctes et 15 groupes. Ces chiffres semblent modestes par rapport aux milliers de comptes qui ont été supprimés par Facebook et Twitter au cours des dernières années, mais ils soulignent le fait que la désinformation du régime iranien est une caractéristique récurrente du paysage des médias sociaux, et que les efforts pour la combattre n’ont jusqu’à présent connu qu’un succès intermittent.

Plusieurs autres rapports sur la sécurité en ligne ont conclu que les méthodes de l’Iran sont de plus en plus sophistiquées dans de multiples domaines, notamment le cyberespionnage et la coordination de comportements inauthentiques sur les médias sociaux. Le rapport de septembre de Facebook reconnaît le haut niveau de cette coordination en soulignant que les dirigeants du réseau iranien en question ont été spécifiquement identifiés comme des membres de la ligne radicale paramilitaire du pays, le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran). Il s’agirait du premier réseau à être identifié comme tel, et aussi du premier à concentrer ses efforts presque entièrement sur un public national iranien.

Facebook a fourni des captures d’écran à titre d’exemple du comportement inauthentique en question dans ses divulgations de lundi. Dans l’une d’elles, les propriétaires du compte s’en prennent au principal groupe d’opposition pro-démocratique, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), et répètent les allégations habituelles concernant son manque de soutien populaire en Iran. Le message affirme que le groupe, qui a été formé avant la révolution de 1979 et s’est ensuite opposé à la formation d’un régime théocratique par Ruhollah Khomeini, est en train de perdre de sa pertinence, la plupart de ses membres étant âgés et des centaines d’entre eux étant morts au cours de l’année précédente.

Ce message a toutefois été sapé des années à l’avance par nul autre que le successeur de Khomeini au poste de Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, qui a réagi à un soulèvement national en janvier 2018 en déclarant que l’OMPI avait « planifié depuis des mois » de faciliter les protestations et de populariser les slogans antigouvernementaux. Le soulèvement a rassemblé un large éventail de la population iranienne, avec une représentation substantielle de la jeunesse de la nation, et a été composé de rassemblements dans bien plus de 100 villes et villages. Moins de deux ans plus tard, en novembre 2019, l’OMPI a été crédité de la direction d’un autre soulèvement national, celui-ci s’étendant à près de 200 municipalités.

Dans le sillage de ces deux soulèvements, les responsables iraniens ont été inhabituellement francs quant à leurs préoccupations concernant l’influence croissante de l’OMPI. Presque immédiatement après le déclenchement du soulèvement de 2019, les autorités du régime ont ouvert le feu sur les foules dans de nombreuses villes, tuant 1 500 personnes en quelques jours. À l’époque, l’actuel président du régime, Ebrahim Raïssi, était à la tête du pouvoir judiciaire et son rôle dans la répression a servi à renforcer son héritage en tant que « boucher de 1988 », un surnom qu’il a acquis en raison de son rôle de premier plan dans la « commission de la mort » de Téhéran qui a supervisé l’exécution de 30 000 prisonniers politiques, principalement des membres de l’OMPI.

Le massacre de 1988 est le symbole du conflit qui oppose depuis toujours le régime des mollahs à l’OMPI, et la nomination de Raïssi à la présidence suggère qu’il s’agit toujours d’une priorité, malgré les efforts des réseaux de propagande pour affirmer que l’OMPI ne représentent pas une menace sérieuse pour le système théocratique. Les 33 années écoulées ont vu un déversement quasi-constant de cette propagande, avec des niveaux d’efficacité variables.

Pendant une période de 12 mois entre 2016 et 2017, le régime a publié au moins 14 livres diffamant l’OMPI, et entre 2019 et 2020, les médias officiels ont diffusé plus de 300 films et séries télévisées dans le même but. Le régime maintient également un magazine mensuel imprimé et plus d’une douzaine de sites Web consacrés aux questions liées à l’OMPI. Tout cela, bien sûr, ne fait qu’affaiblir l’affirmation du Corps des gardiens de la révolution islamique sur les médias sociaux selon laquelle l’organisation est en voie d’obsolescence.

L’orientation nationale des récentes stratégies des médias traditionnels et des médias sociaux n’a toutefois pas empêché le régime de diffuser sa propagande au-delà de ses frontières. En fait, sa désinformation nationale et internationale fonctionne souvent main dans la main dans le cadre d’une boucle de rétroaction où les points de discussion des médias officiels alimentent l’infiltration des médias étrangers, conduisant à des publications que le régime des mollahs peut ensuite citer comme vérification « indépendante » de ses affirmations diffamatoires.

Des aspects de cette boucle de rétroaction ont été décrits en février dans une lettre de Hadi Sani-Kani, un ancien membre de l’OMPI qui a reconnu avoir été recruté par le ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK) pour écrire de fausses histoires à son sujet peu après son départ de l’OMPI. Sani-Kani se disait « prêt à témoigner devant n’importe quel tribunal ou autorité impartiale » sur les tactiques et le contenu de la stratégie de désinformation du VEVAK, et l’importance potentielle d’un tel témoignage a été réaffirmée plusieurs fois depuis, tout récemment avec le rapport de Facebook sur la prolifération continue de la désinformation sur les médias sociaux affiliés à Téhéran.

Un mois à peine avant la publication de cette lettre, les autorités américaines ont annoncé l’inculpation de Kaveh Loftolah Afrasiabi, un universitaire du Massachusetts qui s’était présenté comme un expert indépendant des affaires du Moyen-Orient afin d’être publié dans de nombreux organes de presse occidentaux, tout en recevant une compensation financière de plus d’un quart de million de dollars du régime théocratique sur une période de 13 ans.

À la suite de cette inculpation, neuf membres de la Chambre des représentants des États-Unis ont signé une lettre adressée au ministère de la Justice, demandant instamment que des enquêtes soient menées afin d’identifier toute autre personne susceptible de se rendre coupable d’activités similaires. Indépendamment du statut de cette demande, il est de plus en plus clair que les efforts pour combattre la désinformation iranienne nécessitent une approche plus large et plus multilatérale, contrant les réseaux d’influence sur les médias sociaux ainsi que dans la communauté journalistique, et dans le monde occidental ainsi qu’en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe