mercredi, novembre 18, 2020
Accueil Uncategorized États-Unis : toujours en Iran, les «disparitions forcées» du massacre de 1988

États-Unis : toujours en Iran, les «disparitions forcées» du massacre de 1988

30000 prisonniers politiques ont été exécutés par le régime iranien en 1988

Le 30 août, Journée internationale des victimes des disparitions forcées, le Bureau de la démocratie, des droits de l’homme et du travail du Département d’État des États-Unis a condamné le massacre de 1988 des prisonniers politiques iraniens. Ce crime impuni a permis au régime iranien de continuer à violer les droits humains jusqu’à présent.

« Les disparitions forcées que l’Iran a perpétrées dans le cadre de ses soi-disant « commissions de la mort » de 1988, visant des milliers de dissidents politiques, se poursuivent sans relâche, alors que l’Iran continue de dissimuler le sort des personnes qui ont disparu. L’Iran n’a pas enquêté ni tenu les auteurs de ces crimes et les responsables et a promu d’anciens membres de la commission de la mort à des postes de haut niveau du régime, y compris à la tête de la justice iranienne et au poste du ministre de la Justice », a tweeté le Bureau de la démocratie, des droits de l’homme et du travail.

Massacre des prisonniers politiques en Iran : bouleversante révélation

Au cours de l’été 1988, le guide suprême du régime iranien d’alors, Ruhollah Khomeiny, a émis une fatwa ordonnant le massacre de prisonniers politiques résistants.

La fatwa de Khomeiny a produit les « commissions de la mort », chargées d’exécuter le massacre. On a simplement demandé aux prisonniers s’ils avaient toujours leurs convictions, et en particulier s’ils soutenaient toujours l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK). Quiconque nourrissait du ressentiment à l’égard du régime des mollahs qui les avait torturés et emprisonnés, et ceux qui soutenaient encore l’OMPI, ont été envoyés à la potence.

Le 17 juillet, Morgan Ortagus, porte-parole du département d’État américain, a souligné l’impunité de la justice iranienne à la suite de décennies de violations des droits de l’homme. « Tous les responsables iraniens qui commettent des violations des droits humains ou des abus devraient être tenus pour responsables », a-t-elle déclaré. « Les États-Unis appellent la communauté internationale à mener des enquêtes indépendantes et à rendre des comptes et à rendre justice aux victimes de ces horribles violations des droits de l’homme organisées par le régime iranien. »

« Le 19 juillet marque l’anniversaire du début de ce massacre en Iran. Les soi-disant commissions de la mort sur ordre de l’ayatollah Khomeiny. Ces commissions auraient disparu de force et exécuté de manière extrajudiciaire des milliers de prisonniers dissidents politiques. L’actuel chef de la justice iranienne et l’actuel ministre de la Justice ont tous deux été identifiés comme d’anciens membres de ces commissions de la mort. Le système judiciaire iranien est largement perçu comme dépourvu de garanties d’indépendance et de procès équitable. Et les tribunaux révolutionnaires sont particulièrement flagrants lorsqu’ils ordonnent des violations des droits de l’homme. Tous les responsables iraniens qui commettent des violations ou des abus des droits humains devraient être tenus pour responsables. Les États-Unis appellent la communauté internationale à mener des enquêtes indépendantes et à rendre des comptes et à rendre justice aux victimes de ces horribles violations des droits de l’homme, organisées par le régime iranien », a-t-elle déclaré dans un message vidéo sur Twitter.

Trente-deux ans se sont écoulés et ce crime est resté impuni. Amnesty International a qualifié ce massacre de « crime contre l’humanité ». De nombreux membres des commissions de la mort, y compris l’actuel chef du pouvoir judiciaire du régime, Ebrahim Raïssi, et le ministre de la Justice Alireza Avaï, occupent des postes importants dans le système de la théocratie au pouvoir. Le 28 août 2016, le ministre de la Justice de l’époque, Mostafa Pourmohammadi, a été cité par l’agence de presse publique Tasnim comme disant : « Nous sommes fiers d’avoir exécuté le commandement de Dieu à l’égard de [l’OMPI] et d’avoir résisté avec force et combattu contre les ennemis de Dieu et du peuple.

L’incapacité de la communauté internationale à punir le régime pour son pire crime a valu aux mollahs un permis de tuer. Il n’est pas surprenant que l’Iran détient désormais le record d’exécution par habitant le plus élevé au monde.

Un exemple clair de la façon dont le régime a utilisé son impunité après le massacre de 1988 pour continuer à tuer à grande échelle est la répression meurtrière contre les principales manifestations à travers l’Iran en novembre 2019, lorsque 1500 manifestants ont été tués. Des dizaines de personnes ont également été tuées par les forces de sécurité du régime lors de la première série de manifestations nationales en Iran en 2018.

Les nouvelles de l’Iran indiquent que cette frénésie meurtrière n’a pas cessé.

Récemment, le régime a exécuté Mostafa Salehi, père de deux enfants, arrêté lors des manifestations de 2018 dans la ville d’Ispahan, dans le centre de l’Iran. Dans un autre développement récent, le prétendu tribunal révolutionnaire du régime à Chiraz a condamné Navid Afkari Sangari à deux fois l’exécution, à la prison et à des coups de fouet. Les deux autres frères de Navid ont été condamnés à 81 ans de prison et coups de fouet. Les trois frères ont été arrêtés lors des manifestations de 2018.

L’OMPI a présenté à la communauté internationale les documents sur ce crime du massacre de 1988, de nombreux charniers en Iran ont été identifiés et des dizaines de survivants de ce massacre sont prêts à témoigner.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe