mercredi, octobre 27, 2021
AccueilUncategorizedIran : il faut sanctionner le régime pour ses violations nucléaires ou...

Iran : il faut sanctionner le régime pour ses violations nucléaires ou pour le génocide de 88

Le 12 septembre, l’AIEA est parvenu à un accord avec le régime iranien pour résoudre « les problèmes les plus urgents ». Cet accord intervient à un moment où le régime a multiplié ses extorsions nucléaires.

À la suite du dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique sur les activités nucléaires de l’Iran, il y avait des signes que l’organe de l’ONU perdait patience.

Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, a été crédité d’avoir sauvé l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, ou le plan d’action global commun, de l’effondrement complet à plus d’une occasion, en concluant des accords temporaires avec Téhéran pour empêcher que les inspecteurs ne soient expulsés du pays.

Il a conclu un autre accord avec le régime des mollahs alors qu’il avait précédemment exprimé son inquiétude concernant les activités nucléaires de Téhéran.

« Je suis de plus en plus préoccupé par le fait que les problèmes liés aux sites non annoncés ne sont toujours pas résolus et que l’Iran doit les résoudre le plus rapidement possible », a déclaré Grossi avant son récent voyage en Iran dans un communiqué, faisant référence à trois sites où des traces de matières nucléaires ont été trouvées sur des sites non déclarés.

L’obstructionnisme de Téhéran à l’égard de ces sites est suffisamment troublant, mais son importance a été considérablement amplifiée par les deux dernières années de non-respect total des restrictions sur les activités nucléaires du régime.

Les responsables iraniens se sont ouvertement vantés des progrès réalisés dans l’enrichissement d’uranium, le développement de missiles balistiques et les activités connexes.

Le rapport de l’AIEA indique que le stock d’uranium enrichi à 20 % de Téhéran a atteint au moins 84,3 kg, contre 62,8 kg enregistrés dans le rapport précédent, date à laquelle Grossi avait déjà averti que la simple restauration de l’accord existant pourrait avoir été rendue impossible par l’acquisition par le régime de matières et de savoir-faire nucléaires supplémentaires.

Maintenant, des questions tourbillonnent pour savoir pourquoi Grossi a accueilli d’autres assurances verbales du régime.

Dans le cadre d’un accord temporaire avec Grossi, le régime iranien a accepté de conserver les images de vidéosurveillance et d’autres données des sites nucléaires, en promettant de permettre aux inspecteurs de les voir après que les négociations ont eu conduit à la réapplication du JCPOA.

Cependant, la date limite pour remplacer le stockage des données dans les équipements concernés a expiré le 24 août. Au lieu de faire pression sur le régime, le chef de l’AIEA a cédé aux promesses creuses du régime.

Grossi lui-même a reconnu dans ses derniers commentaires que le régime refusait maintenant de fournir des réponses satisfaisantes sur les sites nucléaires non déclarés depuis plus de deux ans.

Il contient de l’uranium d’enrichissement égal ou supérieur à son niveau d’avant le JCPOA pendant la même période. C’est-à-dire que depuis plus de deux ans Téhéran défie ouvertement les attentes internationales les plus élémentaires quant à son comportement sans faire face à des conséquences significatives.

L’accord du régime avec Grossi est intervenu un jour seulement avant la réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA. Téhéran joue au chat et à la souris avec la communauté internationale concernant les inquiétudes croissantes sur son programme nucléaire.

Le régime iranien a commencé l’extorsion nucléaire et chaque fois qu’il a estimé que la communauté internationale pourrait prendre des mesures décisives, il a fait quelques promesses et a ensuite violé ces promesses et accords. Pourtant, à chaque fois, la communauté mondiale a hésité à demander des comptes au régime.

L’hésitation de la communauté internationale à demander des comptes à l’Iran remonte au moins à 1988, date à laquelle le fondateur du régime, Rouhollah Khomeini, a émis une fatwa qui qualifiait l’opposition organisée au système théocratique d’« ennemis de Dieu », passible de la peine de mort.

La fatwa a conduit à la création de « commissions de la mort » dans tout le pays, chargées d’interroger les prisonniers politiques sur leurs opinions et leurs affiliations, puis de procéder à des exécutions massives de prisonniers.

En l’espace d’environ trois mois, 30 000 personnes ont été tuées de cette manière, pour la plupart des membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK)

Dans une lettre ouverte aux autorités iraniennes publiée l’année dernière, un groupe de sept experts des droits de l’homme des Nations Unies a noté qu’en condamnant le massacre dans une résolution de 1988 mais en refusant d’y donner suite, les organes de l’ONU avaient eu un « impact dévastateur » non uniquement sur les personnes directement affectées par le massacre mais aussi sur la situation générale des droits de l’homme en Iran et a donné un sentiment d’impunité au régime.

Ce sentiment d’impunité s’est renforcé tout au long du processus qui a émergé des violations systématiques de l’accord nucléaire par l’Iran. Et en cours de route, il a également été renforcé par la décision du guide suprême Ali Khamenei de nommer Ebrahim Raïssi, l’un des principaux auteurs du massacre de 1988, comme nouveau président du régime.

Il n’y a pas de signe plus clair que Téhéran s’attend à ce que la communauté internationale continue de fermer les yeux sur les pires crimes du régime. Et cela montre que ces crimes continueront de se reproduire jusqu’à ce que les puissances mondiales prennent des mesures rapides et décisives pour tenir Téhéran responsable de chacune de ses activités destructrices.

Tenir le régime iranien responsable de ses comportements néfastes n’est pas seulement dans l’intérêt du peuple iranien. Un régime terroriste belliqueux se dotant d’une bombe nucléaire entraînera des conséquences pour les nations occidentales. Il est temps d’agir.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe