lundi, décembre 6, 2021
AccueilUncategorizedLe courage des martyrs de l’OMPI devrait inciter l'Occident à leur rendre...

Le courage des martyrs de l’OMPI devrait inciter l’Occident à leur rendre justice

Iran : Le courage des martyrs iraniens devrait inciter l'Occident à leur rendre justice
Iran : Le courage des martyrs iraniens devrait inciter l’Occident à leur rendre justice

Lors de ma première détention à la prison de Gohardacht, j’étais accompagné de Mohsen, un sympathisant de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI). Peu de temps après que nous sommes devenus des cohabitants du pavillon politique de l’établissement, Mohsen a succombé à l’aggravation de la torture. Sa mort ne m’a guère surpris, mais à l’époque, je n’avais pas prévu l’ampleur du massacre dont j’allais être témoin.

Plusieurs autres prisonniers politiques ont été tués de la même manière que Mohsen au cours des années qui ont suivi. Mais les six premières années entières de mon emprisonnement n’étaient en rien comparables à ce dont j’allais être témoin pendant quelques mois seulement en 1988.

C’est l’année où le Guide Suprême du régime, Ruhollah Khomeini, a émis une fatwa déclarant que les partisans de l’OMPI étaient des ennemis de Dieu et condamnés à mort. C’est l’année où des mollahs, des responsables judiciaires et des représentants du ministère du Renseignement se sont réunis en « commissions de la mort » chargées d’appliquer cette fatwa dans tout le pays.

Raisi, Butcher of 1988 Massacre in Iran

Entre juillet et septembre 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des partisans de l’OMPI, ont été tués dans les pavillons politiques des prisons iraniennes. J’ai été personnellement témoin de dizaines d’entre eux et témoin indirect de centaines d’autres.

La principale Commission de la mort du pays m’a privé de nombreuses connaissances, dont certaines que je ne connaissais qu’en passant du temps de notre emprisonnement commun, tandis que d’autres que je connaissais depuis des années, en tant que collègues dans la lutte contre la théocratie intégriste au pouvoir en Iran.

Tout au long du massacre, nous nous sommes tous aidés les uns les autres à en comprendre les détails et l’ampleur. Alors qu’on nous faisait entrer et sortir de l’isolement, nous communiquions en morse et partagions les nouvelles sur ceux qui avaient disparu, ceux qui étaient entrés dans le « couloir de la mort » et en étaient revenus, et sur ce qu’ils y avaient vu. Il a fallu un certain temps avant que ma propre expérience ne rattrape les récits de seconde main, mais je ne peux pas prétendre qu’ils m’ont préparé de quelque manière que ce soit à ce que j’allais voir lorsque j’ai finalement eu les yeux bandés et que je suis entré dans le couloir de la mort.

Là, je m’attendais à être interrogé et peut-être même soumis à un simulacre de nouveau procès fondé sur la fatwa de Khomeini. On m’avait déjà demandé de confirmer mon affiliation à l’OMPI, mais je n’étais que vaguement conscient du fait que ce seul fait pouvait être utilisé comme motif pour mon exécution.

Alors que je me dirigeais vers le couloir de la mort, un autre détenu m’a fait comprendre qu’avant de me faire passer devant la commission de la mort, on me montrerait d’abord le résultat de la procédure. Il était clair que les autorités pénitentiaires avaient l’intention de nous terroriser, de nous confronter à notre destin ultime dans le but de nous rendre malléables ou de nous convaincre de renier nos anciennes affiliations.

Lorsque l’on m’a retiré mon bandeau dans la salle de la mort, j’ai été confronté à la vue de cadavres éparpillés au pied d’une aire de rassemblement pour les exécutions. Sur la plateforme, j’ai vu une douzaine de partisans de l’OMPI qui avaient été emmenés avant moi, chacun debout sur une chaise avec une corde autour du cou. Je me suis évanouie lorsque les autorités ont commencé à retirer les chaises à coups de pied, mais à ce moment-là, j’en avais vu assez pour garder des cicatrices mentales qui me suivront toute ma vie.

Mais aussi horrible qu’ait été ce spectacle, j’ai pu en sortir avec un sentiment de fierté envers mes compatriotes. D’après ce que j’ai vu, chacune des 12 personnes tuées avant moi, et d’innombrables autres encore, sont allées à la mort courageusement, en scandant des slogans contre le régime théocratique et en soutenant la vision démocratique de l’OMpi pour l’avenir de l’Iran.

J’ai vu d’autres exemples de ce même courage à l’extérieur du couloir de la mort. La famille d’un codétenu, Hadi Mohammad Nejad, l’a supplié de faire quelque chose pour se sauver, et bien qu’il ait promis d’essayer, il a également dit qu’il ne trahirait pas ses idéaux les plus chers, même au prix de sa propre vie.

The 1988 Massacre of Political Prisoners in Iran: Eyewitness Accounts, Asghar Mehdizadeh

En repensant à un tel courage aujourd’hui, je ne peux éviter de me rendre compte à quel point il est supérieur à ce que l’on exigerait des responsables politiques occidentaux pour faire rendre des comptes aux auteurs de ce massacre.

Personne n’a été confronté à une telle responsabilité à ce jour. Bien au contraire, les principaux responsables ont été systématiquement récompensés, tout récemment et de la manière la plus accablante, par la fonction de président du régime iranien.

Ebrahim Raïssi a été investi à ce poste le 5 août, lors d’une cérémonie à laquelle a assisté sans vergogne le directeur politique adjoint du Service européen d’action extérieure. La présence d’une délégation européenne a légitimé la position de Raïssi au niveau international et a sans doute signalé l’intention des puissances occidentales de continuer à ignorer le massacre de 1988 comme elles l’ont fait, de manière plus ou moins constante, pendant 33 ans. Au moment de ce massacre, Raïssi était l’un des quatre responsables qui siégeaient à la commission de la mort de Téhéran, qui supervisaient directement les exécutions à la prison de Gohardacht, ainsi qu’à la prison d’Evin.

Mon contact personnel avec Raïssi n’a été que fugace, mais d’innombrables autres survivants du massacre le décrivent comme étant encore plus impitoyable que ses collègues et encore plus déterminé à appliquer l’ordre de mort global de Khomeini contre les partisans de l’OMPI. Cette évaluation est apparemment soutenue par un document contemporain qui montre que Khomeini a étendu la juridiction de Raïssi au milieu du massacre et l’a chargé de supprimer la « faiblesse du système judiciaire » par une campagne efficace d’exécutions.

L’engagement continu de Raïssi envers cette stratégie a été confirmé en 2019 après sa nomination à la tête du pouvoir judiciaire par l’actuel Guide Suprême, Ali Khamenei. À ce titre, Raïssi a supervisé des éléments de la répression d’un soulèvement national, qui a vu 1 500 manifestants pacifiques tués en quelques jours et des milliers d’autres arrêtés avant d’être soumis à une torture systématique.

Les protestations suscitées par cette répression ont hanté la candidature de Raïssi à la présidence, et la grande majorité de la population iranienne a boycotté son élection, mais le soutien de Khamenei a assuré sa « victoire ».

Depuis lors, les militants iraniens ne cessent d’exhorter la communauté internationale à prendre des mesures pour isoler le nouveau président iranien et préparer le terrain pour qu’il soit poursuivi pour crimes contre l’humanité et génocide. Lors d’une conférence organisée en août par le Conseil national de la Résistance iranienne, des juristes ont déclaré que le massacre de 1988 relevait du génocide, car il visait à éliminer tous ceux dont l’identité religieuse était en contradiction avec l’intégrisme théocratique du régime.

Ces juristes ont également noté que si Raïssi pouvait certainement être traduit devant la Cour pénale internationale, il pouvait également être poursuivi par n’importe quel État du monde en vertu du principe de compétence universelle. La Suède l’a prouvé en août en ouvrant le procès de Hamid Noury, un participant de rang inférieur au massacre.

Cette décision est désormais un modèle du courage politique que l’on devrait attendre des autres puissances occidentales. Et si cela ne suffit pas à les inciter à agir, les dirigeants de ces pays devraient penser aux milliers de partisans de l’OMPI qui, au cours de l’été 1988, ont préféré la mort à la trahison de leurs idéaux.

Asghar Mehdizadeh est membre de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI-MEK). Il a été prisonnier politique et a passé 13 ans dans les prisons iraniennes, notamment celles de Fooman, Rasht, Soomehsara, Evin et Gohardasht. M. Mehdizadeh est l’un des témoins du massacre des prisonniers politiques en Iran en 1988.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe