mardi, septembre 21, 2021
AccueilUncategorizedIran : Les responsables du régime craignent le mécontentement de la société

Iran : Les responsables du régime craignent le mécontentement de la société

Alors que les crises économiques et sociales s’aggravent en Iran en raison des politiques néfastes du régime, de plus en plus de responsables expriment la crainte de l’agitation de la société et multiplient les mesures d’oppression pour contrôler le public.

«La sécurité doit être préservée 24 heures sur 24 et ne sera pas affectée par les vacances. Cependant, il arrive parfois que des événements affectent les personnes impliquées dans la sécurité du système », a déclaré Hossein Zolfaghari, vice-ministre de la sécurité, dans un entretien avec l’agence de presse officielle IRNA.

«Le système est confronté à une série de doubles menaces pour la sécurité. Compte tenu des conditions dans lesquelles nous nous trouvons et des hostilités, bien entendu, nous devons être plus prudents, tant en matière de défense que dans le domaine de la sécurité au sein du système. Même les jours les plus sûrs, il est inconcevable qu’une menace n’atteigne pas le pays car les menaces potentielles sont toujours là. S’ils sont négligés, ils deviendront une réalité », a ajouté Zolfaghari.

Il a ensuite averti que «même dans des conditions calmes, nous devrions être plus prudents. Sinon, il peut y avoir des problèmes [qui mettent en danger] la sécurité [du régime].  »

Iran Protests: Nationwide Uprising in Iran- November 2019

La seule menace qui menace la mainmise du régime sur le pouvoir, ce sont les soulèvements populaires, comme celui de 2018 et de novembre 2019, qui ont ébranlé les fondations du régime.

«Les incidents de janvier 2018 avaient de nombreuses raisons. L ‘opposition avait affirmé que le [régime] ne fêterait pas son 40e anniversaire. L’un de leurs projets était d’organiser des grèves, puis des manifestations, puis des émeutes. Les incidents de novembre 2019, en termes de sécurité, de socio-sécurité du système, en termes de type d’incidents, de type de dégâts infligés et de violence que certains des émeutiers ont subies, ont été l’incident le plus tragique qui soit arrivé au système, » a-t-il ajouté, évoquant le rôle de l’opposition organisée.

L’opposition organisée de l’Iran, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) et son réseau interne, les Unités de résistance, ont joué un rôle clé dans l’orientation des manifestations en Iran. L’OMPI a également dénoncé la brutalité du régime, notamment le meurtre de 1 500 manifestants innocents.

Iran: Who is Ebrahim Raisi?

«Nous avons été témoins de la propagande [sur les victimes du soulèvement de novembre 2019]. Par exemple, certains responsables ont récemment estimé le nombre de morts à 400, alors que le nombre réel de morts est de 230. Mais les médias de l’opposition ont estimé le nombre de morts à 1 500 », a déclaré Zolfaghari à propos du rôle de l’OMPI dans la révélation de la frénésie meurtrière du régime.

Craignant la société explosive de l’Iran et les manifestations éventuelles en raison des élections présidentielles du régime, Zolfaghari a déclaré: «pour l’élection présidentielle de [l’année perse de] 1400, nous formerons le siège de la sécurité électorale pour assurer la sécurité dans les bureaux de vote, les routes et les villes. »

Le 24 mars, le chef du pouvoir judiciaire du régime, Ebrahim Raisi, a tenté d’intimider le public : « Aucune insécurité dans la société n’est tolérable; la police et les responsables de la sécurité ne devraient pas laisser les perturbateurs agir. Raisi est l’un des principaux auteurs du massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988.

Selon l’agence de presse officielle Fars, le 21 mars, «Coïncidant avec le dernier jour du [nouvel an persan de] 1399, la police de Téhéran a procédé à une manœuvre militaire le samedi 21 mars 2021 au matin en présence du commandant des forces de sécurité de l’État, du chef de la police de Téhéran et du gouverneur de Téhéran sur la place Azadi. Les forces de police du Grand Téhéran ont montré leurs capacités sur la place Azadi.

Mais ces mesures oppressives n’intimident plus la population. «La leçon claire de Chaharshanbe Suri [Festival du feu persan] est que le [régime] est comme une scie à bois. Si nous voulons scier le fer avec cette scie à bois, non seulement elle sera incapable de scier le fer, mais toutes les nervures de cette scie à bois seront endommagées. Comme c’est le cas avec le pouvoir existant », a déclaré le 17 mars Abbas Abdi, l’un des responsables du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe