lundi, juin 27, 2022
AccueilUncategorizedLa théocratique honnie par la population en Iran

La théocratique honnie par la population en Iran

La théocratique honnie par la population en Iran
De jeunes religieux reçoivent leurs turbans lors d’une cérémonie de remise de diplômes dans un séminaire de la ville de Qom. (Photo d’archive)

Ceux qui connaissent bien les médias sociaux iraniens sont témoins d’une tendance à la hausse du nombre d’images et de messages montrant des gens ordinaires s’élevant contre
les mollahs dans la rue, les insultant et faisant même preuve d’agressivité. Fin décembre, une vidéo a été prise dans la ville sainte de Qom, traditionnellement la base du pouvoir
des mollahs, montrant comment une femme a attaqué deux religieux, arrachant et piétinant leurs turbans. De tels messages deviennent généralement viraux sur diverses
plateformes et les commentaires révèlent l’état d’esprit de la population.

En l’absence de liberté d’expression dans le pays et en raison de la domination totale de l’État sur les médias conventionnels, les plateformes de médias sociaux sont plus fiables,
car elles sont plus à l’abri de la propagande systémique que les diverses agences de Renseignement du régime iranien veulent transmettre au monde extérieur. Même si elles n’ont pas été épargnées par la cyber-armée, forte de plusieurs milliers de personnes. Mais au moins, il existe une sorte de protection pour l’utilisateur, qui se cache derrière plusieurs
couches de VPN, de profils anonymes ou de fausses identités. Aussi ironique que cela puisse paraître, il y a peut-être plus de vérité sur les médias sociaux iraniens et, dans une
certaine mesure, ils servent de jauge sociale.

گوشمالی یک آخوند مزاحم توسط یک زن شجاع

Mais pour ceux qui aiment être considérés comme des « professionnels » et recherchent la vérité auprès de sources officielles, les récentes déclarations des autorités et des médias
du régime pourraient également conduire à la bonne conclusion.

Le journal officiel Hamdeli écrivait le 15 janvier : « L’inflation inquiétante, d’une part, et l’incapacité à satisfaire les attentes du peuple et le mécontentement à l’égard de la gestion
du pays, d’autre part, ont empêché certains étudiants en sciences religieuses de poursuivre leurs études et de s’inscrire aux cours du séminaire. »

« Ces derniers jours, deux ou trois enseignants et administrateurs, ainsi que les principales autorités du séminaire de Qom, ont exprimé leur inquiétude concernant la réduction du
nombre d’inscriptions dans certains séminaires ou l’indifférence des étudiants à soutenir la façon dont le pays est géré », ajoute le quotidien.

Selon le site Internet officiel Hawzah News, Mohammad Alamzadeh Nouri, membre de la faculté et responsable au sein de l’Institut des sciences et de la culture islamiques, a
déclaré : « Dans le passé, le nombre de nouvelles recrues pour le séminaire était déjà faible et ces années, il a diminué en raison d’une série de facteurs. Chaque année, plus d’un
million de jeunes vont à l’université, mais seulement quatre à cinq mille personnes entrent au séminaire. C’est très injuste. Nous avons également un nombre élevé d’abandons
parmi les étudiants. Mais le problème le plus déchirant reste généralement invisible, et ce sont les retombées cachées de la circonscription. Certaines personnes sont religieuses,
mais elles deviennent des défenseurs des droits des animaux et d’autres se transforment en gérants de clubs de bowling et de billard. »

Il a ajouté : « Certains étudiants abandonnent secrètement leurs études et ne sont des religieux que sur le papier. Ils ne s’occupent pas vraiment des missions du séminaire, ils ne
sont que des chiffres et des statistiques… Nous avons toutes sortes de fuites cachées. Par exemple, un étudiant finit par devenir un employé et travaille comme commis pour le
secrétariat du centre de gestion. »

« Malheureusement, le séminaire est devenu trop politisé, et le gouvernement est devenu une sorte de gouvernement religieux », a déclaré Mohammad Taghi Fazel Meybodi au
journal officiel Dideban le mardi 4 janvier. « D’autre part, les religieux sont également dans des positions sensibles, ce qui explique pourquoi les gens n’ont pas une vision positive des nouveaux étudiants qui sont formés dans les séminaires. »

Il ajoute : « Les mollahs sont moins susceptibles d’apparaître en public en tenue cléricale. Beaucoup de savants qui veulent aller au marché ou à leurs affaires, essaient de ne pas y
aller en tenue cléricale parce que les gens les insultent ou les maudissent. Aujourd’hui, le clergé apparaît moins en public en tenue de clerc pour éviter d’être importuné. Lorsqu’un
ecclésiastique est assis dans un taxi, les gens commencent à l’insulter. Les gens accusent le clergé de tous les problèmes. »

Parallèlement, les fonctionnaires de rang inférieur se font de plus en plus entendre pour mettre en garde les dirigeants de Téhéran contre les sources de cette aversion.

Le 21 janvier, Taghi Azad Armaki, sociologue de l’Université de Téhéran affilié à l’État, a déclaré : « Par rapport aux six derniers mois, les habitants de Téhéran ont davantage
souffert psychologiquement. Le système politique n’a aucune volonté de résoudre les maladies sociales. »

Lors de son entretien avec le site Jamaran, il a ajouté : « Notre situation ne s’est pas améliorée, elle a plutôt empiré. Qu’est-ce qui a été fait au niveau national pour améliorer la
situation ? La seule chose que nous avons faite est d’empêcher les gens de parler. »

Le 18 janvier, dans une interview accordée au journal officiel Eghtesad News, un ancien candidat à la présidence, Mostafa Hashemitaba, a mis en garde les responsables du
régime contre le fait d’ignorer le mécontentement de la société. « Lorsque les gens voient que tout ce qu’ils disent ne mène à rien, ils commencent à protester. Il n’y a donc pas
d’avenir radieux à l’horizon et la pauvreté ainsi que le désespoir généralisés ont des effets secondaires extrêmement dangereux », a-t-il déclaré.

« Alors que la pauvreté sévit dans le pays, quiconque prononce des paroles [provocatrices] ne fait que verser du sel sur les plaies béantes du peuple. Parler bêtement et continuer
à ridiculiser la situation économique misérable rendra certainement la tâche difficile aux responsables. »

Critiquant les vagues promesses du président iranien concernant la baisse de l’inflation, le journal officiel Jahan-e Sanat a écrit le 20 janvier : « L’économie iranienne traverse des
temps difficiles. Les estimations indiquent que l’inflation de cette année est d’environ 50 % et le problème auquel nous sommes confrontés s’appelle le « populisme ». Promettre de
construire un million de logements par an n’est pas facile à concrétiser. L’économie iranienne n’a pas beaucoup d’opportunités pour éviter un chaos. »
Le 20 janvier, lors d’une réunion avec Akbar Kamijani, le chef de la banque centrale du régime, Javadi Amoli, un mollah affilié au régime au séminaire de Qom, a déclaré : « La
pauvreté brise l’échine du peuple et ces gens-là n’écouteront pas le gouvernement. »

Pour enfoncer le clou, il a prévenu : « Parfois, les problèmes économiques peuvent même faire tomber un grand gouvernement. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe