mardi, janvier 18, 2022
AccueilUncategorizedL’aggravation des luttes intestines du régime iranien

L’aggravation des luttes intestines du régime iranien

Parlement du régime iranien (photo d’archive)

Ces derniers jours, les luttes intestines entre factions rivales du régime iranien ont atteint de nouveaux sommets, une indication de la situation critique du régime et de la société iranienne.

Cette nouvelle série de luttes intestines du régime des mollahs a commencé à la suite des remarques du guide suprême du régime Ali Khamenei, le 12 octobre, au cours desquelles il a dit sarcastiquement au président de son régime Hassan Rohani et à sa faction de «ne pas avoir peur».

« Certaines personnes parlent de » rationalité « . Mais ce qu’elles entendent vraiment par là c’est » peur « . Quand elles disent » soyez rationnel « , elles veulent dire » ayez peur, soyez passifs et fuyez l’ennemi. « Non , les lâches n’ont pas le droit de parler de rationalité. »

Rohani a réagi à cela en comparant avec ironie Khamenei avec le prophète de l’islam, en disant: «Même le prophète a gouverné sur la base de la loi et des traités.» En Iran, sous le régime des mollahs, le guide suprême des mollahs est au-dessus de toutes les lois et réglementations.

Les propos de Rohani ont augmenté les frictions internes. Le quotidien d’État Keyhan, connu pour être le porte-parole de Khamenei, a écrit jeudi: « Les gens attendent du travail, pas la réécriture de l’histoire. »

Le Parlement du régime
Le député Ali Asghar Anabestani s’est référé jeudi au bilan de Rohani et a déclaré: «Le pays a été laissé à lui-même, et les gens sont désespérés de subvenir à leurs besoins et ils luttent sous le seuil de pauvreté. Pourtant, le président est occupé à se préserver. Honte à vous d’avoir fait honte à notre nation. »

Mojtaba Zolnouri, chef de la Commission de sécurité nationale du parlement, a déclaré: «L’écrasante majorité ne se contentera pas de moins que votre limogeage et votre châtiment. Selon votre logique, [Khamenei] devrait ordonner que vous soyez exécutés mille fois pour satisfaire le désire du peuple. »

Bien que Zolnouri ait menacé Rohani, il a également évoqué la haine croissante du peuple pour le régime. Au cours des deux manifestations à l’échelle nationale en Iran, la population a scandé «Les réformistes, les conservateurs, votre jeu est terminé» et ils ont boycotté la mascarade d’élections parlementaires du régime.

L’agence de presse officielle IRNA a écrit le 16 octobre: «Si la volonté du peuple est le critère, des changements majeurs doivent avoir lieu. De plus, il semble que si la punition des officiels est à l’ordre du jour, beaucoup d’entre eux seront en avance sur Rouhani. »

Le quotidien national Ebtekar, proche de la faction de Rohani, a averti dimanche la faction rivale des conséquences de leurs menaces contre Rohani : «Les extrémistes essaient de pêcher dans les eaux troubles de notre société, où [les gens] critiquent la situation économique et sociale quotidienne. Maintenant, au lieu de critiquer le gouvernement, [ceux de la faction rivale] ont choisi des insultes. N’allument-ils pas un feu dont la fumée entrera dans leurs propres yeux? »

Le Seday-e Eslahat a critiqué dimanche les députés: «La performance de Rohani au cours du deuxième mandat de sa présidence n’est pas défendable et son inaction a ruiné son image. Mais qu’avez-vous fait pour le peuple depuis juin? [Depuis que le nouveau parlement a commencé à travailler.] Pourquoi insultez-vous Rohani? Si vous dites que son action a amené le pays à ce point, pourquoi ne l’avez-vous pas mis en accusation » ?

Les Raison de l’intensification des luttes intestines du régime
Bien sûr, ce Parlement est incapable de destituer Rohani. Les principales manifestations en Iran ont ébranlé les fondations du régime. Ainsi, Khamenei tente d’empêcher tout incident qui pourrait conduire à un soulèvement. La destitution de Rohani et l’élargissement du fossé au sommet pourraient entraîner un nouveau soulèvement.

Mais, si la faction rivale est incapable de prendre des mesures contre le gouvernement, pourquoi appellent-elles ouvertement à l’exécution ou à la destitution de Rohani?

L’Iran est plongé dans des crises. Après avoir échoué à blâmer les sanctions ou l ‘«ennemi» pour les difficultés économiques et sociales du pays, chaque faction tente désormais de blâmer l’autre. En un mot, les deux factions sont terrifiées par la perspective de l’explosion imminente de la société iranienne.

Le régime dans son ensemble est incapable de gérer ses crises, comme les crises économique et COVID-19. Les deux factions savent que le résultat ultime de ces crises est la chute du régime.

En d’autres termes, comme l’écrivait le quotidien Ebtekar lundi, «l’observation sociale montre que peu importe pour la plupart des gens que les réformistes ou les extrémistes travaillent au gouvernement ou au parlement».

Vendredi le site Diplomacy Irani renchérissait : «Il existe maintenant une plate-forme beaucoup plus sérieuse pour les émeutes et les manifestations que l’automne dernier… Le pays est au bord de l’effondrement complet et nous ne pouvons ignorer cette menace potentielle. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe