dimanche, septembre 26, 2021
AccueilUncategorizedLes Iraniens de la diaspora se rassemblent pour demander des comptes à...

Les Iraniens de la diaspora se rassemblent pour demander des comptes à Raïssi pour crimes contre l’humanité

Rassemblement Iran libre à Berlin 2018

Le 5 août, Ebrahim Raïssi deviendra officiellement le prochain président des mollahs, alors que les manifestations populaires ont secoué l’Iran, en particulier au Khouzistan.

Les partisans du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) organisent des rassemblements de protestation dans quinze villes du monde pour dénoncer Raïssi comme prochain président et exprimer leur solidarité avec les manifestations du peuple iranien.

Ebrahim Raïssi était un membre clé de la commission de la mort de Téhéran en 1988, qui a envoyé des milliers de prisonniers politiques à la potence.

Moins de 10 % des électeurs éligibles ont pris part aux élections après que la Résistance iranienne a appelé au boycott, indiquant clairement que le peuple iranien veut que ce régime soit renversé.

Des rassemblements et des marches auront lieu le 3 août à Berlin, Londres, Stockholm, Oslo, Paris, Rome, La Haye, Bruxelles, Vienne, Berne, Washington D.C., Toronto, Montréal, Ottawa et Copenhague. Les participants demanderont une enquête sur la conduite criminelle de Raïssi.

Ils exhorteront également la communauté internationale à s’abstenir de s’engager avec un régime dont le président a été impliqué dans des crimes contre l’humanité.

Le lundi 26 juillet, une nouvelle manifestation a éclaté dans la capitale iranienne avec des chants de « Mort au dictateur » et « Khamenei, honte à toi ! Lâche le pays ! » – une contestation directe du guide suprême du régime.

Des manifestations ont commencé il y a 12 jours dans la province du Khouzistan (sud-ouest de l’Iran) contre de graves pénuries d’eau, mais se sont maintenant transformées en appels pour un changement de régime. Dans de nombreuses régions d’Iran, le régime a fermé Internet pour bloquer la diffusion d’informations.

Des manifestations à Téhéran, Qazvin et Shushtar sont venues en appui aux manifestations du Khouzistan et ont scandé des slogans contre Ali Khamenei

Dans un rapport publié vendredi, Amnesty International a déclaré que les forces de sécurité avaient tué au moins huit manifestants, dont un adolescent, depuis le début des manifestations.

Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a confirmé de nouveaux meurtres, portant le dernier bilan à 12.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe