lundi, août 8, 2022
AccueilUncategorizedLes manifestations en Iran sont le signe de la volatilité sociale

Les manifestations en Iran sont le signe de la volatilité sociale

Les manifestations en Iran sont le signe de la volatilité sociale

Les protestations d’Iraniens de tous horizons se sont propagées dans tout le pays ces derniers jours. Ces protestations sont dues aux difficultés économiques du pays, une situation insupportable causée par la corruption, l’incompétence, la mauvaise gestion du régime et le gaspillage de la richesse nationale pour des objectifs malveillants.

Mercredi 2 mars, des travailleurs de la santé du secteur privé à Tabriz, dans le nord-ouest de l’Iran, ont organisé une manifestation devant le gouvernorat pour réclamer leurs six mois de retard de paie.

Le même jour, des bouchers de Boroujerd, dans la province du Lorestan, dans l’ouest de l’Iran, ont organisé un rassemblement pour protester contre la décision du bureau médico-légal de retarder la livraison de viande et de les retenir pendant 24 heures supplémentaires dans les abattoirs.

Mercredi, les créanciers escroqués de l’institution financière Badran Gostaran à Téhéran ont organisé un rassemblement de protestation. Le même jour, les créanciers fraudés par les institutions financières du régime ont organisé une autre manifestation à Téhéran, exigeant leur argent escroqués. Ces institutions ont été autorisées à gérer des stratagèmes frauduleuses en toute impunité pendant des années puisqu’elles appartiennent à des responsables du régime, à des fondations religieuses et aux gardiens de la révolution (CGRI).

Le 2 mars, des villageois de la province de Baneh-Abbasin Khuzestan ont organisé une manifestation devant le pouvoir judiciaire local. Selon les habitants, des assaillants inconnus avaient incendié leurs maisons, leurs véhicules, leurs pompes et leurs puits agricoles. Malgré les plaintes répétées de la population, les responsables du régime ont refusé d’agir. Par conséquent, les habitants soupçonnent les responsables du régime d’être à l’origine de ces incidents.

Mercredi, les employés contractuels du département de l’électricité de la province du Lorestan ont organisé un rassemblement de protestation devant le gouvernorat, exigeant des contrats complets, la sécurité de l’emploi et l’égalité de rémunération.

Mercredi, les ouvriers de l’usine de papier Pars Hafta Tappeh ont poursuivi leur grève pour la septième journée consécutive. Ils se sont rassemblés dans les locaux de l’entreprise pour protester contre le refus des autorités de répondre à leurs revendications.

Dans un autre développement mardi, les membres des familles des victimes du vol PS752 ont organisé un rassemblement devant l’ambassade d’Ukraine, exprimant leur solidarité avec le peuple ukrainien et condamnant la guerre d’occupation. Ces manifestants, qui ont perdu leurs proches lorsque le régime iranien a abattu un avion de ligne ukrainien en 2020, ont souligné que, contrairement aux responsables du régime iranien, ils se tiennent aux côtés du peuple ukrainien. Les voyous du régime iranien ont attaqué ces manifestants et les ont brutalisés.

Dimanche, les créanciers fraudés de la société Amitis ont organisé un rassemblement, réclamant leurs économies perdues. Amitis Company a volé les économies des gens pendant quatre ans avec la promesse d’un pour cent de profit par jour. Cette société affiliée à l’État a levé plus de 25 quadrillions de rials ou 950 millions de dollars sur la base du taux de change actuel sur le marché libre. Le même jour, les créanciers pillés des usines automobiles Negin Khodrow et Airthobia ont organisé un rassemblement de protestation devant le soi-disant tribunal révolutionnaire de Téhéran, exhortant les responsables à tenir les responsables des entreprises responsables du pillage de l’argent de la population.

Dimanche, les habitants de Baneh, dans la province du Kurdistan, ont organisé un rassemblement de protestation après le meurtre brutal d’un citoyen kurde par les forces du régime.

Dans un développement important dimanche, les retraités ont organisé un rassemblement national à travers le pays pendant un autre week-end. Les retraités ont protesté contre leurs maigres salaires et pensions, qui ne sont pas proportionnés à la flambée des prix et au taux d’inflation. Ils ont également protesté contre leurs mauvaises conditions de vie.

Parallèlement à la manifestation nationale des retraités, les enseignants contractuels de Téhéran ont organisé un rassemblement massif devant le parlement du régime (Majlis). Ces enseignants ont organisé des manifestations, exigeant la sécurité de l’emploi et l’égalité de rémunération.

Les manifestations en cours à travers l’Iran sont la plus large manifestation de mécontentement et de l’état explosif de la société depuis le grand soulèvement de 2019, qui a ébranlé les fondations du régime. L’effusion de colère est dirigée non seulement contre le président du régime, Ebrahim Raïssi, qui a promis de revitaliser l’économie, mais aussi contre le Guide suprême des mollahs, Ali Khamenei.

En fait, Raïssi, également connu sous le nom de « juge des pendaisons », a été nommé président du régime pour étouffer toute voix dissidente, et le nombre croissant d’exécutions et d’attaques contre des manifestants pacifiques en témoigne.

Mais ces actions ont l’effet inverse sur la société et augmentent sa volatilité. « Dans de nombreux cas, les manifestants ont subi des mesures violentes au lieu que les responsables répondent à leurs revendications. Cela, selon les experts, n’a pas seulement échoué à arrêter les manifestations, mais a accru les critiques sociales », a reconnu le quotidien officiel Hamdeli le 1er mars.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe