lundi, septembre 27, 2021
AccueilUncategorizedLes médias d’Etat mettent en garde contre les conséquences de la crise...

Les médias d’Etat mettent en garde contre les conséquences de la crise de l’eau au Khouzistan

Les manifestations au Khouzistan contre les pénuries d’eau se sont poursuivies dimanche pour la quatrième journée consécutive. Le pillage et la corruption du régime ont provoqué cette crise qui menace désormais la sécurité des mollahs.

Parallèlement aux manifestations, les médias d’État iraniens ont reconnu le rôle du régime dans la crise de l’eau et ont mis en garde contre l’issue de ces manifestations. Au lieu de répondre aux demandes de la population, le régime a ouvert le feu sur des innocents, tuant au moins quatre personnes et en blessant des dizaines.

« Ces derniers jours, le problème de pénurie d’eau dans les rivières du Khouzistan, en particulier Karkheh, a entraîné des problèmes tels que le manque d’eau agricole et d’eau potable dans les zones rurales. Hier, le gouverneur par intérim de Shadegan a signalé qu’une personne avait été tuée lors d’un rassemblement de protestation en soutien aux manifestations contre la pénurie d’eau », a écrit dimanche le quotidien Hamdeli.

« La crise de l’eau au Khouzistan, qui a une température supérieure à 50 degrés, est généralisée. Les habitants d’environ 11 villes de la province n’ont pas d’eau à boire et 700 villages ont des problèmes d’approvisionnement en eau et d’irrigation », a écrit le quotidien Resalat.

Le quotidien Setar-e Sobh a reconnu dimanche que « le refus d’écouter les experts et les écologistes au cours des quatre dernières décennies et la construction de barrages non scientifiques » ont créé la crise actuelle de l’eau.

«La construction d’une autoroute au milieu du lac d’Ourmia, dont la construction a commencé avec des pelles et des pioches, après quoi le déclin du lac a commencé, a empêché le lac de revenir à son état antérieur. De plus, les barrages construits au-dessus des barrages de Karkheh et Dez et les manipulations effectuées dans la nature ont asséché la rivière Zayandehrood, provoquant en partie des protestations des agriculteurs à proximité », ajoute Setar-e Sobh.

Les Gardiens de la Révolution (CGRI) sont à l’origine de la construction de ces barrages hors des normes scientifiques. De plus, le CGRI transfère l’eau du Khouzistan vers les pays voisins pour en tirer davantage profit.

En outre, puisque le CGRI contrôle l’industrie et l’économie iraniennes, il transfère de l’eau du Khouzistan vers le centre de l’Iran, de sorte que les usines qu’il contrôle, comme l’aciérie Mobarakeh, continuent de fonctionner.

« Le transfert d’eau pour les industries du centre de l’Iran est la principale raison des protestations populaires. Le Khouzistan est aux prises avec le problème de la sécheresse et d’une grave pénurie d’eau », a écrit dimanche le quotidien Arman.

« Les agriculteurs et les gens ordinaires protestent. À l’heure actuelle, de Shush à Ahvaz, de nombreux villages sont confrontés à des pénuries d’eau ou n’ont pas d’eau, ni pour boire ni même pour l’hygiène », a écrit dimanche Setar-e Sobh.

Le Khouzistan est l’une des provinces les plus riches d’Iran avec de nombreuses ressources naturelles telles que le pétrole et le gaz. Pourtant, les gens de cette province souffrent de la pauvreté et de la pénurie d’eau.

« Beaucoup des cinq millions d’habitants du Khouzistan ont soif, et ils ont besoin de la détermination sérieuse des chefs des trois branches pour résoudre les problèmes de pénurie d’eau dans cette province« , ajoute le quotidien Arman.

Alors que les manifestations se poursuivent au Khouzistan, les médias d’État et les responsables du régime mettent en garde contre leurs conséquences. « Quand aujourd’hui, des centaines de personnes dans les rues protestent contre la sécheresse, le plan de transfert d’eau et qu’une personne est tuée, cela nous rappelle tous les mots du président de la Commission de sécurité nationale en 2018, qui a déclaré : La crise de l’eau dans Iran est devenu un problème de sécurité », a averti Arman.

Selon le quotidien Hamdeli, « Hassan Shahvarpour, commandant du CGRI au Khouzistan, a parlé vendredi lors d’une réunion du Conseil de coordination de la gestion des crises du Khouzistan, de la formation d’une crise sociale ». « En raison de la pénurie actuelle d’eau dans la province du Khouzistan, le terrain d’une crise sociale est en train de se former, et la crise sociale devient également une crise de sécurité. Si [la crise de l’eau] n’est pas gérée correctement, il y aura des conséquences comme les crises de 2018 et 2019 [les manifestations en Iran] », a écrit Hamdeli citant Shahvarpour.

« Faites très attention aux événements du Khouzistan. Je sens le sang et le complot. Ouvrez toute l’eau du Khouzistan pour étancher votre soif et éteindre le feu [de la colère du peuple] », a averti dimanche Ahmad Bighash, un député du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe