dimanche, avril 11, 2021
Accueil Uncategorized Lettre de Lord Alton au ministre britannique des AE : il faut...

Lettre de Lord Alton au ministre britannique des AE : il faut tenir le régime iranien pour responsable de son terrorisme

Dans sa lettre à Dominic Raab, le ministre britannique des Affaires étrangères, Lord Alton of Liverpool, a demandé au gouvernement britannique de tenir le régime iranien pour responsable du terrorisme d’État, suite à la condamnation du diplomate-terroriste des mollahs Assadollah Assadi, qui avait tenté de faire exploser le rassemblement de l’opposition en 2018 en France.

« La décision de justice et l’enquête préliminaire montrent sans aucun doute qu’il s’agissait d’un acte de terrorisme d’État commis par le régime des mollahs contre l’opposition organisée pro-démocratie du pays, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), en visant leur conférence, leur dirigeant et leurs partisans sur le sol européen », peut-on lire dans une partie de la lettre.

An Iranian diplomat convicted to 20 years imprisonment by a court in Belgium - February 2021

« La Grande-Bretagne toute entière doit avoir le courage de prendre la tête de l’Europe pour faire face aux graves menaces du terrorisme d’Etat iranien », ajoute Lord Alton.

Voici le texte intégral de cette lettre :

Le très honorable Dominic Raab, député

Secrétaire d’État aux Affaires étrangères, au Commonwealth et au développement

Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement (FCDO)

Rue du Roi Charles
Londres
SW1A 2AH
20 février 2021
Cher Dominic,
RE : Un diplomate iranien condamné pour terrorisme en Belgique

Plusieurs semaines se sont écoulées depuis que le tribunal pénal d’Anvers, en Belgique, a condamné un diplomate iranien, Assadolah Assadi, à 20 ans de prison pour terrorisme et meurtre. Ses trois complices, un couple et un homme, ont reçu entre 15 et 18 ans de prison et se sont vus retirer la nationalité belge.

La décision de justice et l’enquête préliminaire indiquent sans aucun doute qu’il s’agissait d’un acte de terrorisme d’État perpétré par Téhéran contre l’opposition pro-démocratie organisée du pays, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), en ciblant leur conférence, leur dirigeant et leurs partisans sur le sol européen.

Nous savons maintenant que le diplomate condamné a transporté l’explosif en Europe depuis l’Iran sur un vol commercial en utilisant ses références diplomatiques. Il a ensuite transporté l’engin explosif à travers plusieurs frontières européennes en voiture et l’a remis personnellement au couple de condamnés pour qu’ils bombardent la conférence du CNRI à Paris. Cela signifie que le diplomate accrédité a profité de son statut et de ses privilèges diplomatiques pour planifier, faciliter et réaliser cet attentat terroriste qui aurait pu provoquer un bain de sang et tuer de nombreux civils et parlementaires, y compris certains collègues de la Chambre des communes.

Suite à son arrestation en Allemagne, un carnet de notes a été confisqué dans la voiture du diplomate, prouvant qu’il était le centre d’un réseau iranien plus large à travers l’Europe. Selon la presse britannique, le carnet « a minutieusement détaillé 289 endroits dans 11 pays européens où il aurait été en contact avec des agents inféodés du régime ».

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, qui est responsable de la mission et de la conduite des diplomates iraniens à l’étranger, partage la responsabilité du comportement criminel des diplomates iraniens et doit être tenu responsable de son rôle dans cet attentat terroriste déjoué. Cela s’applique également au Guide Suprême Khamenei et au président iranien Hassan Rohani, puisque le diplomate n’a pas agi de son propre chef, mais a suivi un ordre direct de Téhéran, selon le Service de sécurité belge et des responsables du gouvernement français.

Le Comité britannique pour la liberté en Iran (BCFIF) regrette le silence du gouvernement sur cette grave menace pour les citoyens britanniques et la sécurité globale de l’Europe. Vous convenez certainement que ce comportement et cette conduite de Téhéran sont totalement inacceptables et méritent une réponse ferme et immédiate afin de décourager toute attaque future de ce type.

Pourtant, nous n’avons vu aucune déclaration ni action de la part du Royaume-Uni ou de nos alliés européens à cet effet. En fait, nos partenaires européens et l’UE prévoient plutôt d’assister et d’inviter Zarif à s’exprimer lors d’un forum économique en ligne au début du mois de mars.

Il est hautement irresponsable de la part de l’UE de parrainer un tel événement alors que Téhéran utilise ses diplomates et ses ambassades pour gérer un vaste réseau à travers l’Europe et pour planifier, faciliter et réaliser des attaques terroristes sur le sol européen. Elle envoie tous les mauvais signaux à Téhéran et crée un précédent très dangereux en récompensant le comportement criminel du régime.

Le Royaume-Uni et ses diplomates doivent s’abstenir de participer à de tels événements diplomatiques dangereux et rejeter toute tentative de l’UE de jeter un coup d’œil sur l’implication directe de l’État iranien dans un acte de terrorisme ou de l’excuser.

La Grande-Bretagne toute entière doit avoir le courage de prendre la tête de l’Europe pour faire face aux graves menaces du terrorisme d’État iranien.

Nous vous demandons instamment, à vous et au gouvernement britannique, de faire exactement cela en réponse à la convection d’un diplomate iranien accusé de terrorisme en enquêtant pour savoir si des diplomates iraniens au Royaume-Uni sont impliqués dans des activités similaires. Si c’est le cas, les responsables, y compris l’éventuel agent, doivent être poursuivis et expulsés du Royaume-Uni.

En outre, étant donné les graves menaces que le terrorisme d’État iranien représente pour les intérêts économiques et sécuritaires du Royaume-Uni et l’implication directe des diplomates et des ambassades iraniennes dans ces attentats, nous vous demandons, ainsi qu’au Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO), de dégrader les relations diplomatiques avec l’Iran jusqu’à ce que Téhéran fournisse des preuves vérifiables qu’il a mis fin à son terrorisme d’État et à ses activités terroristes.

Si Téhéran refuse de mettre fin à son comportement inacceptable, une réponse plus ferme telle que l’expulsion des diplomates iraniens et la fermeture de l’ambassade iranienne doivent être envisagées et mises en œuvre.

En attendant, nous espérons que vous mettrez bientôt en œuvre les recommandations de la commission des affaires étrangères de la Chambre des Communes concernant l’interdiction de l’ensemble des pasdaran et que vous utiliserez le régime des sanctions mondiales pour les droits humains pour imposer des mesures punitives aux responsables iraniens impliqués dans les actes terrorismes, notamment Zarif, Khamenei et Rohani, et à ceux qui agissent en leur nom.

Nous attendons avec impatience votre réponse et vous remercions de prendre notre lettre en considération.

Le professeur Lord Alton of Liverpool,

Membre indépendant de la Chambre des Lords

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe