mercredi, décembre 8, 2021
AccueilUncategorizedQui est Hossein Amir-Abdollahian : un diplomate ou un agent de terrain...

Qui est Hossein Amir-Abdollahian : un diplomate ou un agent de terrain ?

On lui a attribué de nombreuses étiquettes : diplomate de carrière, agent de liaison anti-occidental et conseiller attitré du Guide Suprême Ali Khamenei en matière de « politique orientale ». Pendant de nombreuses années, Hossein Amir-Abdollahian a été l’assistant du commandant criminel de la force terroriste Qods, Qassem Soleimani, et le représentant de la force Qods au sein du ministère des Affaires étrangères.

Il était l’adjoint du ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et a contribué à offrir un « geste de bonne volonté » à l’administration Obama lorsque Khamenei a adopté la stratégie dite de « flexibilité héroïque ». Mais comme l’ont dit les médias affiliés au régime iranien, la position d’Amir-Abdollahian en dit plus long sur l’avenir que sur le passé.

En 2007, lorsque les milices soutenues par Téhéran prenaient pour cible les forces de la coalition en Irak, Hossein Amir-Abdollahian faisait partie de l’équipe de négociation de Téhéran lors de la réunion trilatérale Iran-Irak-États-Unis à Bagdad. Cette réunion s’est tenue à la demande des Américains dans le but de stabiliser une situation en Irak qu’ils qualifiaient de dangereuse.

Les discussions se sont terminées après trois sessions sans résultat. L’une des principales demandes de la délégation iranienne était que l’armée américaine livre les membres de l’Organisation des Moudjahidines du peuple (OMPI/MEK) du camp d’Achraf. La délégation américaine s’y est opposée.

Pendant le mandat d’Ahmadinejad, Amir-Abdollahian était le vice-ministre des Affaires étrangères chargé des affaires arabes et la liaison de la force Qods avec les pays de la région. Il rencontrait régulièrement le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, le dictateur syrien Bachar el-Assad et d’autres agents inféodés du régime dans la région.

De 2011 à 2016, Amir-Abdollahian a été vice-ministre des Affaires étrangères chargé des affaires arabes et africaines sous la direction d’Ali Akbar Salehi et était responsable des activités du ministère des Affaires étrangères dans la région, notamment en Irak, en Syrie et au Yémen. Il a également pris part aux négociations avec le P5+1 sur l’avancée du programme nucléaire du régime et s’est assuré que la force Qods était toujours tenue au courant.

Licenciement

Le 12 juin 2016, Jawad Zarif s’est rendu en Norvège pour deux jours, participant au sommet d’Oslo et s’entretenant 70 minutes avec le Secrétaire d’État aux affaires étrangères John Kerry. De retour de Norvège, Zarif a promu Jaber Ansari, alors porte-parole du ministère des Affaires étrangères, au poste d’Amir-Abdollahian et a choisi Bahram Qasemi comme nouveau porte-parole.

Le 20 juin, la nouvelle est tombée que le Bahreïn avait déchu de sa nationalité bahreïnie un religieux chiite nommé « Ayatollah Sheikh Issa Qassim ». Cela a suscité une vague de condamnations au sein du régime des mollahs, et Qassem Soleimani, alors commandant de la force Qods affiliée aux gardiens de la révolution, a déclaré que Bahreïn avait franchi une ligne rouge qui pourrait conduire à la guerre et au renversement de l’Al Khalifa bahreïni.

À cette époque, les médias et les chercheurs ont conclu que l’un des principaux sujets de la rencontre entre M. Zarif et le secrétaire d’État américain John Kerry à Oslo était le renvoi d’Amir-Abdollahian en tant que geste de bonne volonté du ministère iranien des Affaires étrangères. Selon des sources, la décision a été approuvée par le Guide Suprême.

Apparemment, la déclaration de Soleimani contre Bahreïn était censée transmettre un message de défiance contre la décision et a également été approuvée par le Guide Suprême pour équilibrer la décision du ministère des Affaires étrangères pour les loyalistes du régime et pour rassurer les groupes de mercenaires inféodés à l’échelle régional que Téhéran les soutiendrait toujours.

Fin mars 2016, Hassan Rohani a écrit une lettre confidentielle à l’émir du Koweït appelant à des pourparlers pour résoudre les différends avec les pays arabes. Le journal koweïtien Al-Rai a écrit que Mohammad Khalid, vice-ministre et ministre de l’Intérieur du Koweït, a transmis la lettre à quatre pays arabes. Selon les médias arabes parus 1er avril 2016, en réponse à la lettre de Rohani, les pays arabes avaient demandé une série de mesures, dont le remplacement d’Amir-Abdollahian, l’adjoint de Zarif pour les affaires arabo-africaines.

Le 19 juin 2016, Al-Monitor, un média aux liens douteux avec Téhéran, a écrit sur le limogeage d’Amir-Abdollahian et a spéculé sur la façon dont cette mesure conduirait à une extension de l’accord nucléaire avec l’Iran (JCPOA) visant à freiner les ambitions régionales du régime.

Le 19 juin 2016, Al Hayat a écrit : « Le ministère iranien des Affaires étrangères a pris des mesures pour évincer Amir-Abdollahian après que Zarif a rencontré John Kerry à Oslo la semaine dernière ». Jaberi Ansari qui remplace Amir-Abdollahian est l’un des résultats de cette réunion. »

Selon Mohammad Abdollahi, rédacteur en chef de Hamshahri, l’éviction d’Amir-Abdollahian a confirmé les « positions non révolutionnaires » du gouvernement Rohani et a préparé le terrain pour les restrictions occidentales sur l’activité régionale de l’Iran.

Selon Hoshdar News du 23 juin 2016, Mehdi Mohammadi (un expert proche de Saeed Jalili) a déclaré : « Le licenciement de Hossein Amir-Abdollahian nous renseigne davantage sur l’avenir que sur le passé. Il est clair qu’il a joué un rôle intrusif dans un projet qui a été considéré comme une urgence par l’administration. Ce projet est lié à cinq questions :

● Les conditions régionales des États-Unis pour la mise en œuvre du JCPOA.

● L’opportunité et la nécessité que l’administration de Rohani considère en interagissant avec l’équipe d’Obama.

● L’intérêt de contribuer au nouvel agenda régional des États-Unis.

● S. Élection présidentielle.

● Élection présidentielle de 2017 en Iran

Iran’s future foreign minister pledges to continue path of terror mastermind Qassem Soleimani

« Au sein du ministère des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian a été à lui seul un obstacle à la création et à l’avancement de ce projet. Son licenciement montre que ces messieurs ont conclu qu’ils n’ont pas de temps à perdre. Par conséquent, les prochains développements suivront rapidement. »

Le 20 juin 2016, l’agence de presse Daneshjoo a publié un article intitulé « Qu’est-ce qui se cache derrière le licenciement d’Amir-Abdollahian ? » et a abordé les échanges régionaux sur le licenciement d’Amir-Abdollahian dans tous les détails.

Le 21 juin 2016, la BBC Persian a publié un article intitulé « Qui est visé par la déclaration de Qassem Soleimani ? » On y lit : « Au cœur de ces spéculations se trouve la chronologie entre la déclaration du général Soleimani et le renvoi de Hossein Amir-Abdollahian, vice-ministre iranien des Affaires étrangères pour les affaires arabes et africaines, qui était proche de la force Qods et était connu comme un ‘diplomate révolutionnaire’ ». »

« La déclaration de Qassem Soleimani pourrait être une réaction à l’éviction d’Amir-Abdollahian, et un bâton dans la roue de la politique du gouvernement Rohani », ajoute BBC Persian.

Selon al-Arabiya, Amir-Abdollahian était proche des pasdaran et jouait le rôle de « liaison » entre le ministre des Affaires étrangères et le commandant de la force Qods. Le rapport indiquait que les pasdaran s’opposaient à la réinstallation d’Amir-Abdollahian, et qu’après son éviction, la déclaration de Qassem Soleimani indiquait qu’il aurait directement recours à la « diplomatie de guerre ».

Iranian regime's diplomacy is relying on terrorism, says diplomat-terrorist Amirabdollahian

Le 23 juin 2016, Afkar News a écrit : « Il est tout à fait évident que cette déclaration (de Soleimani) a été écrite en coordination avec des sources bien avisées », ce qui était une indication que le Guide Suprême Khamenei avait été au courant des choses.

Le 22 juin 2016, un tract politique interne des pasdaran évoquait le rôle d’Amir-Abdollahian dans la stratégie régionale du régime comme suit : « Le ministère des Affaires étrangères, qui soutenait diplomatiquement ‘la résistance’, a pu s’acquitter de certaines de ses tâches grâce aux efforts d’Amir-Abdollahian, de sorte que les combattants du Hezbollah libanais, du Fatemiyoun afghan, du Heydariyoun pakistanais et du Zeynabiyoun sont devenus un facteur qui a entravé le nouveau programme américain au Moyen-Orient dans la région. »

« Bien que ces négociations (sur un élargissement du JCPOA) aient été niées par le ministère des Affaires étrangères, il est apparu par la suite que certaines négociations entre l’Iran et l’Arabie saoudite ont eu lieu à Mascate. Mais ces négociations ont échoué en raison de l’obstruction forte et obstinée d’Amir-Abdollahian », ajoute le document interne des pasdaran.

Conformément aux instructions du Conseil suprême de sécurité nationale du régime, la force Qods affiliée aux pasdaran était responsable de la politique étrangère des pays déchirés par la guerre dans la région. La force Qods était censée élaborer et mettre en œuvre ses décisions en synchronisation avec le ministère des Affaires étrangères, le Conseil de l’expédient et la Commission de sécurité nationale et de politique étrangère du Majlis (Parlement des mollahs).

Dans la pratique, cependant, la force Qods a agi de son propre chef. Elle nommait les ambassadeurs des pays relevant de son mandat et, par l’intermédiaire d’Amir-Abdollahian, elle imposait en fait sa politique au ministère des Affaires étrangères.

Après une série d’échecs politiques et militaires dans la région (notamment en Syrie et en Irak en 2015), et surtout en raison de l’isolement sans précédent du régime dans la région, Javad Zarif s’est engagé à plusieurs reprises auprès du Guide Suprême Khamenei.

Il a été rapporté que Khamenei a accepté la proposition de Javad Zarif selon laquelle le Conseil suprême de sécurité serait responsable de l’élaboration de la politique régionale à partir de mai 2016.

En conséquence, le 9 juin 2016, le secrétariat du Conseil suprême de sécurité nationale a annoncé dans un communiqué de presse qu’Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité, coordonnerait les actions politiques, militaires et sécuritaires de l’Iran avec la Syrie et la Russie. Une fois la décision prise au plus haut niveau, Amir-Abdollahian a été démis de ses fonctions.

Rôle consultatif et déclarations

En 2016, lors de son éviction du ministère, Zarif a proposé à Amir-Abdollahian le poste d’ambassadeur à Oman. Mais l’homme de Soleimani décline le poste et choisit de devenir l’assistant spécial d’Ali Larijani, le président du Majlis, pour les affaires internationales.

Il est également devenu secrétaire général du secrétariat permanent de la Conférence internationale de soutien à l’Intifada palestinienne et directeur général du Dialogue stratégique palestinien. Sous Mohammad Bagher Ghalibaf, il continue d’agir en tant qu’assistant spécial pour la politique étrangère.

L’hystérie anti-OMPI d’Amir-Abdollahian est une autre raison de sa nomination au ministère iranien des Affaires étrangères. « Les Occidentaux devraient être choqués de savoir que nous ne resterons à aucun prix dans l’actuel tunnel à sens unique (JCPOA) », a-t-il déclaré après que certaines sanctions ont été rendues publiques contre le régime pour le complot terroriste déjoué à Villepinte en 2018. « En tant que refuge [pour l’OMPI], l’Europe doit maintenant recevoir un message raisonnable, sage, mais choquant. »

Avant de prendre ses fonctions et d’adopter un ton conciliant envers les pays arabes, il a utilisé un langage différent. Il a également reproché aux États-Unis de se servir de la Covid-19 comme une arme biologique contre la Russie et la Chine.

Le ministre des Affaires étrangères

Depuis que Hossein Amir-Abdollahian a été confirmé par le Majlis, il est sur le point de représenter l’opinion du Guide Suprême selon laquelle l’Iran doit se méfier de l’Occident et doit adopter une approche centrée sur les voisins et l’Asie. Lors de son audition de confirmation, il a déclaré : « En Asie occidentale, nous cherchons à institutionnaliser les réalisations de l' »Axe de la résistance » et, à l’est, nous cherchons à utiliser les capacités des puissances économiques émergentes pour développer notre économie et le commerce international. »

Peu importe ce que les institutions internationales, les groupes de réflexion ou les ministères des Affaires étrangères du monde entier peuvent penser de Hossein Amir-Abdollahian, au bout du compte, il a représenté la doctrine de Khamenei selon laquelle la République islamique est le centre du Moyen-Orient et doit y parvenir en se mettant à niveau par le biais de groupes de mercenaires inféodés dans chaque pays.

Peu importe qu’il ne prenne pas part aux pourparlers de Vienne, qu’il n’assiste pas aux négociations régionales ou qu’il ne remplisse pas d’autres rôles diplomatiques ordinaires. Amir-Abdollahian a été et reste l’homme de Soleimani pour la « diplomatie de guerre ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe